Matthew Carter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carter.
Matthew Carter
Matthew Carter, 2014.jpg

Matthew Carter en 2014

Naissance
(77 ans)
Londres, Angleterre
Nationalité
Activités
Distinctions
Exemples de polices créées par Matthew Carter.

Matthew Carter (né en Grande-Bretagne le 1er octobre 1937) est un typographe et créateur de caractères. Il vit aux États-Unis à Cambridge dans le Massachusetts. Durant sa carrière de typographe, Carter a pu assister à la transition de la typographie traditionnelle (avec les caractères mobiles) à la typographique numérique.

Famille[modifier | modifier le code]

Matthew Carter est le fils de Harry Carter, un spécialiste de l’histoire de l’imprimerie de la presse de l’université d’Oxford.

Éducation[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière de typographe, Carter a pu assister à la transition de la typographie traditionnelle (avec les caractères mobiles) à la typographique numérique. À Londres, il s'installe comme typographe freelance et conseiller typographique pour Crosfield Electronics, qui distribue la machine Lumitype. Carter a aussi dessiné de nombreuses polices pour Mergenthaler Linotype as well. Pour Linotype, Carter crée de nombreuses polices très connues, notamment Bell Centennial, qui commémore le centième anniversaire de la société Bell (aujourd'hui AT&T).

En mai 1962, il dessine le logo du magazine satyrique britannique Private Eye en mai 1962, qui est toujours utilisé aujourd'hui. Avant ce logo, le lettrage du titre changeait pour chaque numéro du magazine. Le logo est aussi présent dans de nombreux livres, souvenirs et merchandising pour le magazine[1].

En 1981, Carter et son collègue Mike Parker créent la société Bitstream Inc.[2]. Cette fonderie numérique est une des principales sociétés du secteur lorsque Monotype la rachète en 2012. Carter quitte Bistream en 1991 pour créer la fonderie Carter & Cone avec Cherie Cone. Carter se concentre sur l'amélioration de la lisibilité de nombreuses polices. Il travaille notamment sur des commandes spécifiques d'Apple et Microsoft. Georgia et Verdana sont deux polices créées avant tout pour la lecture sur écran.

Carter a travaillé pour des journaux comme Time, The Washington Post, The New York Times, le Boston Globe, Wired, et Newsweek. Il est membre de l'Alliance Graphique Internationale (AGI), est un critique senior dans le programme de design graphique de l'université Yale, est membre du conseil de direction du Type Directors Club et est membre invité du conseil de direction de la Society of Typographic Aficionados (SOTA).

Carter a remporté de nombreuses récompenses pour ses contributions significatives à la typographie et au design. Il est notamment docteur honoris causa de l'Université Lesley (une université privée de Cambridge, Massachussets, réputée pour ses programmes artistiques). Il a également remporté en 1995 la médaille AIGA (American Institute of Graphic Arts), une médaille du Type Directors Club en 1997, et en 2005 le Typography Award de la Society of Typographic Aficionados|SOTA. Une retrospective de son travail, "Typographically Speaking, The Art of Matthew Carter," a été montée à l'Université du Maryland en décembre 2002. En 2010, Carter est un des lauréats du prix MacArthur, connu comme étant un prix "des génies"[3].

En 2007, Carter dessine de nouvelles variantes des polices Georgia destinée à l'interface graphique du système de terminaux Bloomberg.

Polices de caractères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Adam MacQueen, Private Eye The First 50 Years An A-Z, Private Eye Productions Limited,‎ , p. 180
  2. A Man of Letters, U.S. News & World Report, 1er septembre 2003.
  3. Gillian Rich, « Cambridge font man wins MacArthur grant », Wicked Local Cambridge, GateHouse Media, Perinton, New York,‎

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Margaret Re et Johanna Drucker, The Art of Matthew Carter: Typographically Speaking Paperback, Princeton Architectural Press,‎ , 2e éd., 104 p. (ISBN 978-1568984278)