Marcello Fabri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faivre.

Marcello Fabri, né Marcel Louis Faivre le 17 juin 1889 à Miliana, Algérie et décédé le 28 décembre 1945 à Mont Hydra, Alger, Algérie est un poète, peintre, pamphlétaire, essayiste, écrivain, dramaturge, philosophe et critique d'art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernier né d'une famille de quatre enfants, son père Jules Xavier Faivre, est originaire de la Haute-Saône et l'époux de Marie Félicité Faivre née Régnier, cette famille arriva en Algérie dans les années 1845. Il a quinze ans à la mort de son père et a déjà écrit ses premiers poèmes qui sont publiés dans les : Annales Africaines et dans la nouvelle revue : L'Echo d'Alger. Cette même année il entre dans l'Administration de la Poste pour avoir son indépendance.


Ami de son compatriote, le peintre Augustin Ferrando,(1880-1957) avec lequel, il va planter son chevalet dans la campagne algéroise Il part à Paris en 1909 et y passera deux années, il compte parmi ses amis : le compositeur Charles Berlandier, le sculpteur Emile Gaudissard (1872-1956), l'écrivain Robert Migot, Jean Pomier un des fondateurs du courant Algérianisme et Directeur de la revueAfrique, le peintre André Thomas Rouault (1899-1949), les poètes Alfred Rousse et Albert Tustes.

En 1915, il épouse Geneviève Germain, musicienne et femme de lettres ayant pour nom de plume Jacques Duvaldizier ; ils auront ensemble cinq enfants : Gérard, Marcel-Henri(Mario) qui deviendra compositeur de musique, Genevieve, Lionel et Monique. Ils s'installent à Paris en 1919 et Marcello fonde : La Revue de l'Époque.

À la fin de 1937, il est à l'initiative de la fondation, à travers sa revueL'Âge Nouveau du Prix de Poésie que va décerner l'Académie Mallarmé en 1938. Cette revue littéraire fait une grande place aux idées philosophiques et aux préoccupations sociales du temps, y écrivent entre autres: Jean Catulle-Mendés, Valéry, Alfred Villot. Rentré à Alger à la fin du mois d'août 1939, il doit par la force des choses exploiter un domaine pour faire face au quotidien. Il a toujours gardé le contact avec ses amis de Paris: Paul Achard, Alexandre Ballot, Georges Duhamel etc.

Il décéde le 28 décembre 1945, dans sa villa du Mont Hydra, des suites d'une hémorragie cérébrale. Son épouse contibuera à faire connaître, éditer et rééditer son œuvre jusqu'à son décès.

Son tombeau en lave fut sculpté par son ami Paul Cognasse, en taille directe à Alger. En 2001 une Association a été fondée pour promouvoir et faire connaître son œuvre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Poésie
  • 1909 : Hallucinations, Imprimerie algérienne
  • 1912 : L'Homme qui devient Dieu, La Plume
  • 1922 : Six poèmes synchroniques suivis de La Messe d'art, Povolosky et Cie
  • 1937 : De l'île déserte, La Cité Nouvelle
  • 1937 : Les Chers esclavages, La Cité Nouvelle (réédité en 1989 aux éditions La Porte du Sud)
  • 1947 : Cryptogrammes pour civilisés demeurés sauvages, La Cité Nouvelle
  • 1958 : Notre-Dame de la Chair, Hautefeuille (collection Caractères)
Théâtre
  • 1919 : La Folie de l'homme (thème pour chorégraphie), Le Carnet Critique en 1919, rééditée par Mercure de France en 1946.
  • 1925 : Le Génie camouflé, manuscrit mis en scène au Théâtre de l'Œuvre
  • L'Homme aux cent deniers, 'Âge Nouveau
  • Jugurtha, édition posthume de l'Âge Nouveau en 1951, rééditée par la Porte du Sud en 1993
Essais
  • 1925 - " Marcello Fabri , 1925 et notre Art " Edt de l'Époque
  • N - D - " Regards sur le destin des Arts " édition posthume Paris-Elf 1947 (réeédité en 1951 par le Cercle du Livre)
  • N - D - " Oedipes sans égnimes " édition posthume Paris Corréa 1950
Romans
  • 1919 - " La Force de vivre " Paris Livre Mensuel (réédité en 1990 par les Edt La Porte du Sud)
  • 1921 - " L'Inconnu sur la ville " Paris edt Povolosky & Cie
  • 1923 - " Visage du vice " Edt du Nouveau Monde
  • 1938 - " Puissance de la Foi " Edt Mercure de France
  • N - D - " La Terre et les Miraculées " édition posthume, La Colombe en 1958, rééditée par la Porte du Sud en 1994


Fondation de revues
  • 1919 - " La Revue de l'Époque " fondée à Paris, parution d'octobre 1919 à mai 1923
  • 1937 - " L'Âge Nouveau " parution de 1938 à juillet 1939
  • 1947 - " L'Âge Nouveau " reparaît de 1947 à 1974 par les soins de son épouse
Fondation de mouvement
  • 1937 - Fondation du F.A.T.I (Fédération Africaine des Travailleurs Intellectuels), avec Augustin Ferrando, pour faire connaître en métropole la culture de l'Algérie française
Peintures

De nombreuses toiles furent perdues en 1962

  • 1914 - " Le Séminaire de Kouba " HSCarton; SD; Dim; H:12cm × L:16cm (collection particulière)
  • 1915 - " Trityque, baie d'Alger " HS; SD; Dim; H: × L:
  • 1915 - " La baie d'Alger sous les nuages " HS; SD; Dim; H: × L:
  • 1916 - " Environs d'Alger " HST; SD; Dim; H: × L:
  • 1916 c " Les hauteurs d'Alger à Kouba " HS; S; Dim; H: × L:
  • 1917 - " Montvert, Kouba " HS
  • 1933 - " Berbère devant la baie " HS; SD; Dim; H: × L:

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Rinaudo, Jeannine de la Hogue, Marcel-Henri Faivre: " Rivages d'Algérie " choix de textes et portraits Edt Santa-Maria 2000
  • Marcel Faivre: " Marcello Fabri, paysage d'Alger " Edt Porte du Sud 1991 réédité et augmenté en 1998 aux Edt Santa-Maria
  • Abdelkader Fikri: " Centenaire de Marcello Fabri " dans L'Algérianiste no 47 de septembre 1989; p:47 avec en couverture de la revue le portrait de Fabri par Jeanne Granés.
  • Mario Faivre: " Vie et œuvre de Marcello Fabri, 1889-1945 " dans L'Algérianiste no 47 de septembre 1989-page:74
  • Jacques Soustelle: " Présence de Marcello Fabri " dans l'Algérianiste no 47 de septembre 1989-page:82
  • Roger Vaglio: " Marcello Fabri, le résistant " dans L'Algérianiste no 47 de septembre 1989-page:86
  • Dictionnaire Larousse: Dictionnaire mondial des littératures
  • Afifa Berehi, Beida Chikhi: " Algérie, ses langues, ses lettres, ses histoires " Edt Maisonneuve & Larose 2002 - ISBN 9961773004
  • Marion Bué-Vidal: " Alger et ses peintres, 1830-1960 " Edt Paris-Méditerranée 2000
  • Charles Richard Grassi: " Introduction à l'œuvre de Marcello Fabri " Edt La Cité Nouvelle 1939

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Augustin Ferrando , Portrait de Marcello Fabri
  • Jeanne Granés, Portrait de Marcello Fabri

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • [1] Prix de Poésie