Malik Shah Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malik Chah.
Malik Shah Ier
Malik Shah
Malik Shah
Titre
4e sultan seldjoukide
15 décembre 107219 novembre 1092
19  an s, 11 mois et 4  jours
Prédécesseur Alp Arslan
Successeur Mahmud Ier
Biographie
Dynastie Dynastie seldjoukide
Nom de naissance Mu`izz ad-Dîn Djalal Jalâl ad-Dawla Malik Shah[1]
Date de naissance 6 août 1055
Date de décès 19 novembre 1092 (à 37 ans)
Père Alp Arslan
Conjoint Turkan Khatun
Zubeida Khatun
Enfant(s) Berk-Yaruq
Muhammad Ier
Ahmad Sanjar
Mahmud Ier
Deux autres filles
Religion Sunnisme

Mu`izz ad-Dîn Djalal Jalâl ad-Dawla Malik Shah[2], Melikşah ou Malik Shah Ier (né le 6 août 1055 et mort en novembre 1092[3]) est un sultan seldjoukide qui règne de 1072 à 1092.

Remarque[modifier | modifier le code]

Malik Châh le sultan seldjoukide ne doit pas être confondu avec son lointain cousin homonyme du sultanat de Roum Malik Châh Ier (vers 1096-1116).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il accède au trône en 1072 après l'assassinat de son père Alp Arslan, sous la tutelle du vizir Nizam al-Mulk, déjà au service de son père et continuant à gouverner pendant tout son règne.

En 1074, Malik Shah Ier donne par firman, trois ans à peine après la bataille de Manzikert, l’Anatolie à son oncle paternel Soleïman Ibn Qutlumuch à condition que celui-ci reste son vassal. Soleïman achève la conquête d'une grande partie de l'Asie mineure. Malik Shah annexe la Transoxiane et supprime les anciennes principautés vassales de haute Mésopotamie et d'Azerbaïdjan.

C'est sous son règne que l'empire seldjoukide connaît son apogée puisqu'il règne de la mer Égée au Turkestan. Peu avant sa mort il entre en conflit avec le calife de Bagdad, son gendre Al-Muqtadi, qu'il cherche à faire expulser de la ville.

Il fait travailler le mathématicien, astronome et poète Omar Khayyam, pour qui il édifie un observatoire à Ispahan, la capitale (aujourd'hui en Iran). Omar Khayyam entreprend également une réforme du calendrier en 1074.

L'empire à la mort de Malik Shah I, 1092

Nizam al-Mulk est assassiné. Quelques semaine plus tard, Malikshâh meurt de maladie (novembre 1092)[4].

.

Après sa mort, une guerre civile affaiblit sensiblement la dynastie.

Succession[modifier | modifier le code]

Malik Shah a eu cinq épouses qui lui ont donné quatre fils et deux filles :

  • Berk-Yaruq né en 1079/1080. Le vizir Nizam al-Mulk a essayé de persuader Malik Shah de le désigner comme son successeur, mais son épouse Turcan Khatoun l'a convaincu de désigner son propre fils Mahmud. Ce dernier succède à leur père à Ray en 1092, après quoi Berk-Yaruq succède à son jeune frère en 1094 à Ispahan.
  • Muhammad Tapar né en 1081/1082. Il combat contre son frère aîné et prend l'Irak en 1100. Il lui succède en 1105 et meurt en 1118.
  • Mahmud né le 9 novembre 1086. Sa mère influence Malik Shah qui le désigne comme successeur. À la mort de Malik Shah en 1092, le jeune sultan n'a alors à peine plus de cinq ans. Il meurt en 1094 de la variole. L'aîné, Berk-Yaruq, lui succède.
  • Sanjar né en 1084/1085. En 1118, après la mort de son aîné, Muhammad Tapar, et après avoir vaincu son fils Mahmud il est nommé « commandeur des croyants » par le calife Al-Mustarchid. Il règne au Khorasan et en Transoxiane jusqu'au 8 mai 1057[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Seldjoukides, Al-Muqtadi et Al-Qa'im.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, PUF, 1030 p. (ISBN 978-2-130-54536-1), p. 740-743, Article Seljoukides
  • Amin Maalouf, Samarcande, Lattès, coll. « Livre de poche n°6675 »,‎ 1989 (ISBN 978-225305120-6, résumé)
    Ce roman met en scène Omar Khayyam, Hasan Sabbah, Nizam al-Mulk ainsi qu’Alp Arslan et Malik Shah Ier.
  • John Malcolm (trad. Louis Langlès), Histoire de la Perse, depuis les temps les plus anciens jusqu'à l'époque actuelle : suivie d'observations sur la religion, le gouvernement, les usages et les mœurs des habitans de cette contrée, Pillet ainé,‎ 1821 (résumé)
  • (en) D. Brewster, The Edinburgh encyclopaedia,‎ 1830 (résumé)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom entier durant son règne fut Diya ad-Dunya wa ad-Din Adud ad-Dawlah Abu Shuja Muhammad Alp Arslan ibn Dawud
  2. turc : Melikşah,
    arabe : abū al-fatḥi mu'izz ad-dīn jalāl ad-dawla malikšāh,
    أبو الفتح معز الدين جلال الدولة ملكشاه بن ألب أرسل.
    Malik, arabe : malik, ملك, roi.
    Chah, persan : šāh, شاه, roi
    Jalāl ad-Dawla, arabe : splendeur de dynastie
    Mu`izz ad-Dîn, arabe :soutien de la religion
  3. 5 novembre 1092 d'après John Malcolm, op. cit. (lire en ligne), chap. X (« Histoire des rois de la dynastie seljoucide avec une courte notice sur les princes de Khaurizm »), p. 84-85
    16 novembre 1092 d'après (tr) « Türk Sultanları, Melikşah »
  4. Janine et Dominique SOURDEL, Dictionnaire de l'Islam, Paris, PUF, 1996, page 525.
  5. (en) Charles Cawley, « West Asia & North Africa, Chapter 5. Iran and Iraq. Seljukid Sultanat », Foundation for Medieval Genealogy,‎ 2006-07