Mahdi al-Harati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mahdi al-Harati (2011)

Mahdi al-Harati (né vers 1973 à Tripoli en Libye) est un djihadiste irlando-libyen, ayant vécu deux dizaines d'années à Dublin en Irlande où il a épousé une irlandaise et enseignait l'arabe[1]. Il se rend en Libye en 2011 pour fonder et commander en tant que colonel la brigade de Tripoli, entrainé par le Qatar, de l'armée de libération nationale de Libye.

Il est aussi commandant en second du conseil militaire de Tripoli.

Il a été décrit par De Volkskrant, un quotidien néerlandais, comme une personne importante de la seconde bataille de Tripoli et l'un des commandants les plus importants de lutte contre le colonel Mouammar Kadhafi.

En mai 2010, il a fait partie de la flottille pour Gaza.

En juillet 2011, sa maison à Dublin est cambriolée. 200 000 euros en billets de 500 euros lui sont dérobés. Il déclare à la police irlandaise que cette somme lui avait été donnée par les services secrets américains[2].

En octobre 2011 le gouvernement irlandais a indiqué[réf. nécessaire] que Mahdi al-Harati est un agent au service de l’agence de renseignement CIA; qu’il était chargé de porter les aides financières de la CIA aux combattants de « Al Qaeda » en Libye durant la lutte contre le régime de Kadhafi.

Il devient le commandant de la Brigade de Tripoli, puis le numéro 2 du Conseil militaire de Tripoli dirigé par Abdelhakim Belhaj. Il démissionne à la suite d'un conflit avec le CNT. Il rejoint ensuite la Syrie en pleine guerre civile. Il y commande un important groupe de combattants islamistes nommé Liwa al-Umma [3]. Ce groupe, distinct de l'ASL, affronte le régime laïque en place en Syrie afin d'y établir la charia [4]. Selon Algeria ISP, il serait de retour en Libye en septembre 2012[5]. Il est élu maire de Tripoli en 2014 [6]

Notes et références[modifier | modifier le code]