MV Derbyshire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

25° 30′ N 130° 30′ E / 25.5, 130.5 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Derbyshire (homonymie).
Derbyshire
Autres noms M.V. Liverpool Bridge
M.V. Derbyshire
Type Vraquier/pétrolier/minéralier (OBO)
Histoire
Lancement 1976
Statut Naufrage le 9 septembre 1980
Caractéristiques techniques
Longueur 294,1 m (hors-tout)
Maître-bau 44,3 m
Tirant d'eau 18,4 m
Tonnage 91 654 tjb
Autres caractéristiques
Chantier naval Haverton Hill
Armateur Bibby Lines
Coordonnées 25° 30′ 00″ N 130° 30′ 00″ E / 25.5, 130.5 ()25° 30′ 00″ Nord 130° 30′ 00″ Est / 25.5, 130.5 ()  

Le M.V. Derbyshire est un vraquier britannique construit en 1976, qui a fait naufrage au sud du Japon dans un typhon en 1980. L'enquête qui a suivi le naufrage a eu de grandes conséquences sur la sécurité et la conception de ce type de navires. Il est le plus gros navire britannique perdu à ce jour.

Histoire et description[modifier | modifier le code]

Le MV Derbyshire est construit en 1976 par Swan Hunter au chantier Haverton Hill ; il est enregistré à Liverpool et armé par Bibby Line. Long de 294,1 m, large de 44,3 m et ayant un tirant d'eau de 18,4 m, il est enregistré pour un tonnage brut de 91 654 tonneaux. Sa construction prit deux ans au total, et il est d'abord nommé MV Liverpool Bridge. Il dispose de neuf cales, fermées par des panneaux de cale en acier coulissant latéralement de part et d'autre du navire lors du chargement.

C'est un navire de type OBO (Ore / Bulk / Oil Carrier) : il remplit à la fois les fonctions de vraquier (transport de grains), de pétrolier (transport de brut liquide) et de minéralier (transport de minerai de fer, beaucoup plus lourd). Ce type était fréquent dans les années 1980, car il pouvait générer potentiellement plus de revenus qu'un navire plus spécialisé. En revanche, les différentes contraintes structurelles imposent des renforts plus solides. Le plan de chargement diffère aussi selon le type de cargaison : quand du minerai est chargé, deux des cales sont laissées vides.

Le naufrage[modifier | modifier le code]

Le MV Derbyshire sombra le 9 septembre 1980 durant le typhon Orchid, au sud du Japon, par 25°30' N et 130°30' E. Les 42 membres d'équipage périrent, ainsi que deux femmes qui avaient embarqué.

À l'origine, la négligence de l'équipage fut considérée comme la principale cause du naufrage, mais l’International Transport Workers' Federation (ITF) lança sa propre en enquête pour trouver l'épave. Bien que cette entreprise ait été considérée comme sans espoir, le syndicat persévéra, même s'il ne pouvait payer que huit jours de recherches. L'épave fut finalement retrouvée en juin 1994, quasiment à la fin de cette période de huit jours, grâce au sous-marin télécommandé Magellan qui prit de nombreuses photos pour confirmer qu'il s'agissait bien du Derbyshire. L'orientation étrange de l'épave fut signalée dans un rapport le 12 mars 1998, ce qui incita le gouvernement britannique à rouvrir l'enquête sur les causes du naufrage.

Cette enquête commença le 2 avril 2000, et conclut finalement que le navire avait sombré à cause de problèmes structurels tout en innocentant l'équipage. Douze dégagements d'air (bouches de ventilation) ont laissé rentrer de l'eau dans la cale no 1 (à l'avant), ce qui a alourdi l'avant du navire, lui permettant d'embarquer encore plus d'eau et de sombrer très rapidement par l'avant. S'y ajoutaient de hautes vagues submergeant l'avant et des pressions dans les cales pour lesquelles le navire n'était pas conçu.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]