Ligue urbaine et rurale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’association La Ligue urbaine et rurale (LUR) pour l’aménagement du cadre de la vie française a été reconnue comme organisme d'utilité publique par décret du 27 août 1970, et agréée dans un cadre national, depuis le 27 octobre 1978, au titre de la loi relative à la protection de la nature.

Son but[modifier | modifier le code]

Fondée en août 1943[1] par Jean Giraudoux, Commissaire Général chargé de la propagande de Vichy, à partir d'une précédente association homonyme dissoute entre les deux guerres[1], elle a été maintenue par Raoul Dautry à la fin de la seconde guerre mondiale en réaction contre l’urbanisation anarchique de l’entre-deux-guerres et l’indifférence au cadre de vie. Dès l’origine elle avait une double vocation : la défense du patrimoine naturel et construit, la promotion d’un urbanisme contemporain, et elle a œuvré efficacement depuis lors dans ces deux domaines. La LUR a fusionné (décret du 29 janvier 2004) avec l’association Espaces pour demain (EPD), également reconnue d’utilité publique, dont la vocation principale était d’œuvrer pour le développement durable en recherchant l’équilibre entre les nécessités économiques et les préoccupations d’ordre écologique. La LUR est ainsi la seule association nationale qui couvre l’ensemble du champ des préoccupations allant de la défense du patrimoine architectural et naturel à la promotion d’un cadre de vie et d’un aménagement de l’espace soucieux du développement durable. Grâce au réseau de ses délégués régionaux et départementaux (hérités pour la plupart d’EPD), son influence rayonne désormais sur l’ensemble du territoire.

Objectifs[modifier | modifier le code]

La LUR entend défendre l’équilibre indispensable entre le respect du patrimoine et les exigences du développement. Elle s’oppose aux occupations abusives de l’espace dans les sites protégés, les sites sensibles, en particulier sur le littoral et en montagne ou dans les zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique. Elle milite en faveur d’aménagements conçus en fonction de la protection de l’environnement dans une perspective durable. Elle appelle de ses vœux un urbanisme de qualité et des réalisations architecturales susceptibles d’enrichir le patrimoine.

Modes d’intervention[modifier | modifier le code]

Le conseil, s’opposant aux atteintes portées aux monuments, aux ensembles anciens de qualité ou aux paysages de nos campagnes, la LUR suggère aux adhérents et aux associations locales qui la saisissent la marche à suivre pour résoudre les situations difficiles et intervenir à bon escient auprès des administrations centrales ou locales et des collectivités territoriales.

La présence dans les commissions : Certains représentants de la LUR participent à ce titre aux diverses commissions qui, aux niveaux national, régional et départemental, assistent les pouvoirs publics dans les domaines du patrimoine, des sites, de l’environnement et du Développement durable, notamment la "Commission supérieure des sites, perspectives et paysages"; les "commissions régionales du Patrimoine et des Sites"; et les "commissions départementales des Sites, Perspectives et paysages"; des Carrières, ou de l’Urbanisme commercial.

La Ligue urbaine et rurale est par ailleurs membre du « Groupe des 8 »[2].

Activités[modifier | modifier le code]

Les groupes de visite. Les délégués territoriaux affirment la présence de l’association par les sorties et les conférences qu’ils organisent autour de monuments et de sites de qualité, en combinant patrimoine architectural, patrimoine naturel, et patrimoine industriel. En Île-de-France, vingt-trois groupes de visites réunissent un millier d’adhérents

Actions en Régions[modifier | modifier le code]

Outre les groupes de visites, les délégués organisent en régions des conférences et des colloques et montent des actions dans différents domaines tels que :

  • La promotion du véhicule électrique comme moyen de transport de proximité en ville, dans les sites touristiques, dans les parcs naturels (déplacement des handicapés), et pour la livraison de marchandises dans les centres-villes.
  • La mise en lumière d’édifices remarquables.
  • Les entrées de village.
  • La réhabilitation du patrimoine et l’aménagement des espaces urbains ou naturels.

Concours des entrées de villes[modifier | modifier le code]

En organisant depuis quatre ans un concours national s’adressant aux villes, aux établissements publics de coopération intercommunale, et à leurs maîtres d’œuvre, la LUR entend encourager et faire connaître les collectivités qui ont entrepris une rénovation de leurs entrées de ville dégradées. Réhabilitation d’espaces dénaturés, structuration de zones de développement, mais aussi, à partir de réflexions et d’exemples locaux, recherche de solutions pratiques de planification cohérente, tels sont les objectifs de ce concours auquel sont associés divers ministères et partenaires du secteur privé.

Edition[modifier | modifier le code]

La Ligue urbaine et rurale édite une revue trimestrielle illustrée, les Cahiers de la Ligue urbaine et rurale. Son contenu doctrinal, formulé par des personnalités de haute compétence, donne leur notoriété à ces Cahiers qui ont pour objet d’évoquer les grands problèmes de l’environnement et de s’attacher à la préservation du patrimoine architectural, des sites et des paysages en liaison avec l’évolution des idées et des mœurs contemporaines.

Études[modifier | modifier le code]

La LUR a lancé avec l’Association nationale des maires des Stations classées et des Communes touristiques, EDF, la Caisse des Dépôts et Consignations, et l’Agence française de l’ingénierie touristique, une étude qui consiste à construire, en prenant appui sur des territoires volontaires, un cadre d’analyse opérationnel des impacts des projets et des activités touristiques sur l’évolution des territoires, cadre destiné aux différents acteurs locaux.

La Direction des entreprises commerciales, de l’artisanat et des services du Secrétariat d’État aux PME a demandé à la LUR d’étudier les problèmes relatifs à l’esthétique commerciale et à l’insertion urbaine des espaces de chalandise et de détecter un certain nombre de réalisations qui pourraient constituer des exemples à suivre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L. Ferri, Les intellectuels s'interessent ils au patrimoine monumental et architectural? Un siècle de pétitions en France., in Livraisons d'histoire de l'architecture n°5, p. 144, Paris, 1er semestre 2003.
  2. Le groupe national sur le patrimoine 8 associations reconnues d'utilité publique constituent, avec l'aide de l'association "Les journées juridiques du patrimoine", le "G8 du patrimoine" : Fédération nationale des associations de sauvegarde des sites et ensembles monumentaux ; La Demeure historique ; Ligue urbaine et rurale ; Maisons paysannes de France ; Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France ; Union REMPART ; Vieilles maisons françaises ; La Sauvegarde de l'Art Français

Liens externes[modifier | modifier le code]