Lichtenburg (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lichtenburg.
Lichtenburg
Schloss Lichtenburg01.jpg
Présentation
Type Camp de concentration
Gestion
Date de création Juin 1933
Date de fermeture 15 mai 1939
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région Saxe-Anhalt
Localité Prettin
Coordonnées 51° 39′ 45″ N 12° 55′ 55″ E / 51.6625, 12.93194451° 39′ 45″ Nord 12° 55′ 55″ Est / 51.6625, 12.931944  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Lichtenburg

Le camp de concentration de Lichtenburg était un camp de concentration situé dans un château du XVIe siècle à Prettin (Land de Saxe-Anhalt).

Déjà à partir de 1812, il servait de pénitencier et en 1928, il fut fermé pour cause d'état sanitaire insuffisant et de bâtiments en mauvais état.

Le camp de concentration de Lichtenburg a une importance historique car il était un des premiers camps de concentration ayant eu une fonction provisoire dans le système concentrationnaire de l'état Nazi.

Le 13 juin 1933, il devint un « camp de concentration pour hommes en détention provisoire ».

Le plus ancien détenu, Wolfgang Langhoff, y entrait le 6 décembre 1933. Ensuite, il y eut environ 70 % de détenus communistes, 20 % de détenus socialistes (comme Ernst Reuter) et 10 % de détenus politiques non affiliés à un parti.

D'abord la surveillance incomba à la police, à partir de la mi-août les SS la remplacèrent. En 1934, Arthur Liebehenschel en fut l'adjudant et dès le 1er juin 1934, il fut sous les ordres du camp de Dachau.

À partir de cette même année, la chasse aux homosexuels en plein jour commença et après les décrets des Lois raciales de Nüremberg en septembre 1935 (à cause de la « Honte raciale ») des détenus juifs y furent incarcérés.

À la suite de la construction des camps de Sachsenhausen et de Buchenwald, le camp des hommes fut dissous en août 1937 et remplacé à partir de décembre 1937 par un camp de femmes.

Le 15 décembre 1937, les 200 premières détenues arrivèrent du camp de femmes du camp de concentration de Moringen. Jusqu'en 1939, 1415 femmes y furent détenues et immatriculées.

À côté des détenus politiques, qui pour une partie y étaient déjà incarcérés depuis 1933, renforcés depuis 1935 par les « Étudiants de la Bible » plus connus sous le nom de Témoins de Jéhovah, d'émigrantes rapatriées et, à cause de la « Honte raciale », des femmes d'origine juive pourchassées, de prétendues asociales et des criminelles de droit commun furent déportées dans ce camp.

En octobre 1938, Maria Mandel fut intégrée dans le personnel de ce camp comme Aufseherin. Elle y travailla avec environ 50 autres femmes qui comme elle appartenaient toutes à la SS. En mai 1939, elle fut envoyée avec d'autres gardiennes dans le camp nouvellement ouvert du camp de concentration de Ravensbrück près de Berlin. Les détenues les suivirent la même année dans ce même camp.

Les SS occupèrent le château de 1940 à 1945. Ce camp abritait l'Inspection des camps de concentration et notamment la réunion des Stabsführers et des représentants des Inspecteurs des camps de concentration dans la salle de la galerie.

Après 1945[modifier | modifier le code]

En 1995, l'association du camp dut lutter pour la conservation de ce site historique. Au début de l'été 2000, le KZ de Lichtenburg, comme propriété d'État, devait être vendu par la Direction Financière Supérieure de l'État fédéral de Magdebourg. Sous le slogan « Camp de concentration à vendre », une protestation nationale et internationale se manifesta. La question fut posée au Bundestag. En novembre 2004, le problème du site historique fut posé à nouveau. C'est seulement après des protestations massives que le gouvernement du Land de Saxe-Anhalt éclaircit sa position en annonçant clairement qu'il participerait financièrement au site et à son fonctionnement.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]