Leif Segerstam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Leif Segerstam

Description de l'image  Leif Segerstam.jpg.
Naissance 2 mars 1944 (70 ans)
Vaasa, Drapeau de la Finlande Finlande
Activité principale Compositeur, musicien, chef d'orchestre
Formation Académie Sibelius, Juilliard School

Leif Segerstam (né le 2 mars 1944 à Vaasa) est un musicien, chef d'orchestre et compositeur finlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de violon et piano à l’Académie Sibelius, puis à la Juilliard School de 1963 à 1965. Chef d'orchestre au répertoire illimité, il s'est fait connaître dès la fin des années 60 par la direction d'orchestre, d'abord à l'opéra (Helsinki, Stockholm et Berlin Ouest). Il dirige à l'Opéra Metropolitan de New York, à Covent Garden, à la Scala, au Treatro Colón, au Staatsoper de Vienne et au Festival de Salzbourg, Il accompagne Montserrat Caballé, Birgit Nilsson, mais aussi Henryk Szeryng, David Oïstrakh, Emil Gilels et Arthur Rubinstein. À partir de 1975 il se tourne également vers le répertoire symphonique, étant chef principal de l'Orchestre Symphonique de la Radio Autrichienne (ORF Vienne) jusqu'en 1982, puis de l'Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise (YLE Helsinki) de 1977 à 1987. Il devient Directeur musical de l'Orchestre Philharmonique du Rheinland-Pfalz de 1983 à 1989 et chef principal de l'Orchestre National Symphonique de la Radio Danoise de 1988 à 1995, restant depuis chef honoraire de ces deux formations. Il est ensuite chef principal et directeur musical de l'Opéra Royal de Stockholm de 1995 à 2000. Il est l'invité de nombreux autres orchestres, comme le Chicago Symphony Orchestra ou le London Symphony.

Jusqu'en 2007, Leif Segerstam a été chef principal et directeur musical de l'Orchestre Philharmonique d'Helsinki, dont il est désormais Chef Émérite. Il dirige toujours régulièrement aux Festivals de Savonlinna et d'Helsinki. Depuis 1997, il enseigne la direction d'orchestre à l'Académie Sibelius d'Helsinki. Il a reçu le Prix musical 1999 du Conseil des Pays Nordiques, le Prix d'État de Finlande en 2004 et la Médaille Sibelius en 2005. Son enregistrement de Luonnotar et autres lieder orchestraux de Sibelius avec Soile Isokoski, a été élu disque de l'année 2007 par le "BBC music magazine".

Personnalité fantasque et hyperactive, c'est aussi un compositeur prolifique (265 Symphonies, en juillet 2013). Son caractère bouillonnant et semblant parfois quelque peu irrationnel a pu faire croire à un aspect brouillon de ses interprétations ou de ses propres œuvres. "…Enfant terrible, toujours prêt à jouer un bon coup au sage rituel du concert" (Pierre Gervasoni, Le Monde), Segerstam s'est expliqué souvent sur sa volonté de recréer l'esprit de la musique de chambre au sein de l'orchestre par le biais d'une écriture du "hasard contrôlé", nécessitant une écoute accrue entre les musiciens. En effet, depuis 1994, la plupart de ses partitions sont organisées en sections à l'intérieur desquelles les diverses parties se superposent ou s'entrecroisent au hasard de reprises et variations (tempos, parfois dynamiques) qui, impliquant les interprètes complètement, doit a priori leur permettre de s'exprimer plus librement. Une conséquence directe sur sa musique symphonique (depuis la 20ème Symphonie) est le fait qu'il n'est plus nécessaire pour les orchestres jouant ces œuvres d'être dirigés.

En 1990, Henk Maarten écrivait dans le Dictionnaire des Compositeurs contemporains (St. James press, Chicago - London, édition préfacée par Brian Ferneyhough) que, de Segerstam, "Monumental Thoughts: "Martti Talvela in memoriam", l'imposante Première Symphonie, et les 2ème, 3ème et 5ème Symphonies en un mouvement sont parmi les plus magnifiques œuvres [en Finlande] pour orchestre depuis la mort (ou silence) de Sibelius et semblent contenir cette balance délicate d'expression et d'intériorité qui fut le plus profond legs de Sibelius à ses compatriotes".

Segerstam reste un compositeur parfois violemment controversé, mais il est rare que sa musique suscite l'indifférence, tout autant que son imagination d'interprète ou sa personnalité humaine hors du commun.

Liens externes[modifier | modifier le code]