La Vie, l'Amour, les Vaches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Vie, l'Amour, les Vaches

Titre original City Slickers
Réalisation Ron Underwood
Scénario Lowell Ganz
Babaloo Mandel
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Sortie 1991
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Vie, l'Amour, les Vaches (City Slickers) est un film de Ron Underwood sorti en 1991 avec Billy Crystal, Daniel Stern et Bruno Kirby.

Jack Palance a remporté l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle en 1992.

Il a été suivi en 1994 de L'Or de Curly avec Jon Lovitz remplaçant Bruno Kirby.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mitch, Phil et Ed sont trois hommes entre 30 et 40 ans, qui sont chacun plongé dans une crise existentielle. Mitch (Billy Crystal) se sent particulièrement déprimé à propos de son boulot et de sa famille. À une fête, ses amis de toujours, Phil et Ed, lui montrent une brochure pour un séjour de deux semaines auquel ils se sont inscrits, pour conduire un troupeau de vaches dans le Middle West.

Phil (Daniel Stern) est le gérant d'un magasin qui appartient à son beau-père. Quand une des caissières du magasin arrive soudainement à la fête et dévoile sa liaison avec Phil, sa femme le menace de divorce. Ed vient d'épouser une femme qui ressemble à un mannequin et doit affronter la pression d'être papa.

Quand les trois hommes arrivent au troupeau, ils rencontrent le patron du convoyage, Curly (Jack Palance), qui est bourru et intimidant. Curly et Mitch finissent par se rapprocher quand ils partent regrouper le bétail errant qui s'était éparpillé quand Mitch avait déclenché une débandade générale. Mitch aide même à la naissance d'un veau qu'il appelle Norman. Mitch en vient à respecter Curly, qu'il trouve profondément fascinant et sage. Mais peu de temps après leur retour au camp, Curly meurt mystérieusement. Le cuisiner se casse une jambe, les voyous qui assistaient le patron du convoi se saoulent et abandonnent le voyage. Finalement c'est aux citadins (city slickers en anglais) de terminer voyage.

Les personnages joués par Crystal, Kirby et Stern mènent alors le troupeau avec succès au ranch du Colorado. Là, Crystal partage avec les autres la dernière chose que Curly lui a appris. Il s'agit d'une leçon profonde et existentialiste (comme l'idée de Kierkegaard pour laquelle je pourrais vivre et mourir) : ce qui est vraiment important dans la vie est que chacun de nous trouve sa passion, son « truc ». Le retour triomphant des trois hommes est gâché quand le patron du ranch leur annonce qu'il va vendre le troupeau à l'abattoir pour un joli pactole. Mitch et ses amis protestent, mais le propriétaire ne s'émeut pas. Alors que les amis de Mitch finissent par accepter cette décision puisqu'ils pensent que cela ne dérangera pas le bétail, Mitch a l'impression qu'il a trahi la confiance des animaux et plus particulièrement quand Norman vient frotter son nez contre lui.

À la fin, Mitch trouve son « truc » alors qu'il était sur le point de se noyer dans une rivière gonflée par la pluie. Il est sauvé, retourne dans sa famille, et se lance dans une vie pleine de sens et avec un but. Par ailleurs, Mitch sauve Norman de l'abattoir en l'achetant et en ramenant le veau en rentrant chez lui avant de le placer dans une ferme pédagogique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 179 033 000 $ au box-office mondial, dont 124 033 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 27 000 000 $[1]. En France, il a réalisé 44 445 entrées[2].

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 90 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7/10 et sur la base de 30 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[3].

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Vie, l'Amour, les Vaches sur Box Office Mojo.
  2. La Vie, l'Amour, les Vaches sur JP‘s Box-Office.
  3. La Vie, l'Amour, les Vaches sur Rotten Tomatoes.