L'Osservatore Romano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 54′ 19″ N 12° 27′ 25″ E / 41.90528, 12.45694 ()

L'Osservatore Romano
Image illustrative de l'article L'Osservatore Romano

Pays Vatican Vatican
Langue Italien
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Date de fondation 1861
Ville d’édition Rome

ISSN 0391-688X
Site web L'Osservatore Romano

L’Osservatore Romano est un quotidien du soir en italien (daté du lendemain de sa publication), publié par le service officiel d'information du Vatican.

Organe officiel du Vatican[modifier | modifier le code]

Le premier numéro de L'Osservatore Romano est paru le 1er juillet 1861. La création du journal répondait alors à la nécessité de défendre les positions du Saint-Siège au moment où les États pontificaux venaient de perdre l'essentiel de leur pouvoir temporel.

L'Osservatore publie les communiqués officiels et les textes du pape. Le journal fait ainsi office de publication officielle, par exemple, concernant les audiences privées et nominations épiscopales et de curie. De même, Sandro Magister affirme que « sa lecture est indispensable pour comprendre le pontificat de Benoît XVI[1] ». Si L'Osservatore est autonome, dans la pratique, la secrétairerie d'État a son mot à dire sur les sujets sensibles. Il arrive ainsi que des textes soient bloqués ou réécrits. En 2008, le responsable du service de supervision est Mgr Carlo Maria Polvani[1].

La devise du journal est : « Unicuique suum » (à chacun le sien) ; « non praevalebunt » ([Les portes de l'enfer] ne prévaudront pas).

Éditions[modifier | modifier le code]

En dehors de l'édition quotidienne en italien, plusieurs équipes sélectionnent et traduisent les articles et nouvelles de l'édition originale, afin de réaliser des éditions hebdomadaires en différentes langues :

Il existe aussi une édition mensuelle en polonais, depuis 1980.

Relation avec le magistère[modifier | modifier le code]

Une erreur courante pour les journalistes et les théologiens est d'interpréter les textes de L'Osservatore Romano, comme s'ils étaient de valeur officielle pour le magistère. Ils ne peuvent pas avoir une telle valeur, sauf si un évêque de haut rang est l'auteur d'un texte plus solennel, et non d'une simple opinion théologique. Sinon, L'Osservatore ne possède pas la capacité d'écrire ou d'approuver les encycliques et allocutions papales.

Ainsi, un article de 2008 exprimait le souhait que le débat sur la mort cérébrale soit rouvert en raison de nouveaux développements dans le monde médical. Un porte-parole officiel a alors affirmé que l'article présentait simplement une opinion personnelle de l'auteur et « ne reflète pas un changement de position de l'Église catholique[3] ».

Difficultés[modifier | modifier le code]

Selon le vaticaniste Sandro Magister, L'Osservatore Romano n'est plus que l'ombre de sa gloire passée[4], reflétant en cela les difficultés vécues par le conseil pontifical pour les communications sociales.

En septembre 2007, le journal est doté d'un nouveau directeur, le professeur Giovanni Maria Vian[1]. Celui-ci entame une profonde réforme autant éditoriale que technique, répondant à la demande du secrétaire d'État du Vatican Tarcisio Bertone d'opérer un « tournant net ». La réforme lance notamment un site internet publiant une édition polyglotte en ligne[1].

Ouverture à l'international[modifier | modifier le code]

Depuis le numéro du 25 juillet 2012, l'édition anglaise de L'Osservatore Romano est également imprimée à Huntington, dans l'État de l'Indiana, et est distribuée par la maison d'édition américaine Our Sunday Visitor (en) dans toute l'Amérique du Nord[5].

Le 17 décembre 2013, le journal se dote d'un nouveau site internet censé permettre une ouverture plus vaste au monde. Le site est créé par le Conseil pontifical pour les communications sociales avec le soutien d'une agence de presse espagnole pour la partie technique. Le site du journal sera entièrement gratuit[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « L'Osservatore Romano » change de directeur. Petit guide de lecture - Sandro Magister, article reprenant l'histoire de L'Osservatore Romano, Chiesa, 29 septembre 2007.
  2. (en) « L'Osservatore Romano to be published in India », Catholic News Agency,‎ 2 avril 2007 (consulté en 8 février 2008).
  3. (en) Cindy Wooden, Vatican newspaper says new questions raised about brain death, 3 septembre 2008. Catholic News Service. Consulté le 11 janvier 2010.
  4. Curie romaine : la réforme qui n'a pas lieu - Sandro Magister, Chiesa, 28 juin 2007.
  5. Le journal du Pape à peine sorti de presse et déjà de l'autre côté de l'Atlantique, dans L'Osservatore Romano le 25/07/2012, [lire en ligne]
  6. Nouveau site de L'Osservatore Romano , Osservatore Romano, 17 décembre 2013 (consulté le 21 décembre 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (fr) L'Osservatore Romano - Version électronique hebdomadaire en français sur le site du Vatican