Léon Comerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léon-François Comerre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Léon-François Comerre

Naissance 10 octobre 1850
Trélon
Décès 20 février 1916
Le Vésinet
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Peintre
Maîtres Alphonse Colas
Mouvement artistique Orientalisme
Influencé par Alexandre Cabanel
Récompenses Médaille d'or à l'Académie de Lille en 1867
Médaille de 3e classe au Salon de 1875 pour Cassandre
Prix de Rome de 1875
Chevalier de la Légion d'honneur

Léon-François Comerre, né le 10 octobre 1850 à Trélon (arrondissement d'Avesnes), et mort le 20 février 1916 au Vésinet, est un peintre et sculpteur orientaliste français.

Il est l'oncle du peintre Albert Gleizes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Oscar Louis Comerre, instituteur, et d'Appoline Knorr, Léon-François Comerre se retrouve à Lille où sa famille s'installe en 1853. Il est l'élève du peintre Alphonse Colas. En 1867, il obtient une médaille d’or à l'Académie de Lille et une bourse du Département du Nord qui lui permettent de poursuivre ses études à Paris. En 1868, il entre dans l’atelier d'Alexandre Cabanel, dont il subira l'influence orientaliste, puis est admis à l’École des beaux-arts de Paris. Il y obtient la grande médaille d'émulation décernée par le ministre des Beaux-arts.

Mobilisé à la guerre de 1870, il reprend la peinture une fois libéré et expose pour la première fois au Salon de Paris de 1871 avec portrait intitulé L'Italienne. Il y présente de nouveau son travail en 1874 puis en 1875, date à laquelle il obtient une médaille de 3e classe pour Cassandre.

À partir de 1872, il monte plusieurs fois en loge pour le concours du grand prix de Rome. Il reçoit le prix de Rome en peinture d'Histoire de 1875 pour L’Annonce aux bergers. La Ville de Lille, très honorée que, pour la première fois, un de ses élèves de l' École Académique de Lille obtienne ce grand prix, lui décerne une médaille d'or grand modèle. Après un court séjour d'études en Belgique et en Hollande, il réside en Italie à la Villa Médicis de janvier 1876 à décembre 1879. Il enverra en France : Jézabel dévorée par les chiens et Junon en 1878, et Le Lion amoureux en 1879.

Installé à Paris dans un hôtel particulier où il a un atelier au 67 rue Ampère, il trouve l'atelier des rêves au Vésinet et en confie l'aménagement à l'architecte Louis Gilbert. C'est à partir de 1884 qu'il y vient toutes les semaines et finit par s'y installer avec sa famille. Il y restera jusqu'à sa mort. Il est élu conseiller municipal au Vésinet de 1904 à 1908 sous le mandat de Gaston de Casteran.

Son épouse Jacqueline Comerre-Paton (1859-1955) est également peintre. Après la mort de son mari, elle donne à la ville de Trélon le tableau La Poupée de Cosette ou Cosette endormie, en son souvenir. Leur fils, l'architecte Maxime Comerre, fera en 1928 l'acquisition d'une petite maison dans la ville, au 15 rue des Charmes.

La succession de sa petite-fille, Denise Lion-Comerre, mit sur le marché de l'art le fonds d'atelier de son grand-père (343 lots) le 3 février 2003. La ville de Trélon y fit l'acquisition de huit tableaux dont Étude de tête féminine sur fond bleu, Le Chapeau à plumes, La Petite Fille au cerceau, Le Clin d'œil, Femme en tenue de bal, Femme au Chapeau noir.


Collections publiques[modifier | modifier le code]

Portrait de la femme de l'artiste (1892), musée des beaux-arts de Strasbourg.

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1871, L'Italienne
  • 1874, Portrait de Monsieur Darcq
  • 1875, Cassandre, médaille de 3e classe
  • 1878, Junon, Jézabel dévorée par les chiens
  • 1879, Le Lion amoureux, envoi de Rome
  • 1881, Samson et Dalila
  • 1882, Albine morte
  • 1884, Pierrot, Madeleine
  • 1886, Mme Louise Théo, Été, Automne
  • 1887, Raphaël Duflot
  • 1888, Le Printemps, Le Destin et l'Hiver, triptyque
  • 1890, Bain à l'Alhambra, Madame Moreau de la Tour
  • 1891, Portrait de M. A. Lefort
  • 1894, Le Rhône et la Saône

Expositions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1867, médaille d'or de l'Académie de Lille
  • 1872, deuxième second prix de Rome
  • 1874, premier second grand prix de Rome
  • 1875, médaille de 3e classe au Salon de Paris pour Cassandre
  • 1875, grand prix de Rome en peinture pour L'Annonce faite aux bergers
  • 1875, médaille d'or grand modèle de la ville de Lille pour L'Annonce faite aux bergers
  • 1876, médaille à Philadelphie
  • 1879, médaille à Sydney
  • 1880, médaille à Melbourne
  • 1881, médaille de 2e classe au Salon des artistes français pour Samson et Dalila
  • 1885, médaille d'honneur à l'Exposition universelle d'Anvers

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Georges Comerre, Léon François Comerre, Paris, Les Presses Artistiques, 1980.
  • Béatrice Durand, Catalogue Raisonné de Léon Comerre

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :