Kalenjin (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kalenjin.

Kalenjins

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'athlète Lornah Kiplagat en 2007

Populations significatives par région
Drapeau du Kenya Kenya 4 967 328 (2009)[1]
Autres
Langues

Langues kalenjin

Les Kalenjin sont un ensemble de populations d'Afrique de l'Est, d'origine nilotique, vivant dans et autour de la Vallée du grand rift, à l'ouest du Kenya. Parmi elles figurent notamment les Elgeyo, les Kipsigi, les Marakwet, les Nandi, les Okiek, les Sebei, les Suk, les Terik et les Tugen[2].

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2009, 4 967 328 Kalenjin ont été dénombrés[1]. Ils forment ainsi la troisième population du pays, après les Kikuyu et les Luhya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Principalement pasteurs vivant d'élevage extensif, ils seraient originaires du Soudan et auraient migré il y a 2 000 ans.

Ethnonyme[modifier | modifier le code]

Le nom donné à ce groupe ethnique n'est stabilisé et accepté que depuis les années 1960, l'administration coloniale ayant auparavant pris l'habitude de désigner ces peuples sous le nom de « peuples parlant la langue nandi »[3]. Le nom Kalenjin, adopté par la suite, signifie « Je te dis » en langue nandi.

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues kalenjin.

Performances sportives[modifier | modifier le code]

Les Kalenjins sont très connus en dehors du Kenya pour leurs performances sportives exceptionnelles[4]. Ils ont en effet remporté depuis les années 1980 environ 40 % des médailles en course de fond et demi-fond aux Jeux olympiques comme aux championnats du monde d'athlétisme. Des recherches génétiques poussées pour identifier un éventuel gène de la course à pied sur les Kalenjins ont pour l'instant échoué.[réf. souhaitée] Leurs performances sportives et leur mode de vie sont à l'origine du nom de la marque commerciale "Kalenji" utilisée par Décathlon[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kenya Census 2009 : Ethnic affiliation [1]
  2. IdRef [2]
  3. Voir Monone Omosule, « Kalenjin: the emergence of a corporate name for the Nandi-speaking tribes of East Africa », in Genève-Afrique, 27 (1), 1989, p. 73-88
  4. « Kenyan runners: nature or nurture? », article de Steve Sailer, UPI, 27 septembre 2000 [3]
  5. http://www.kalenji-running.com/FR/historique-7684639/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ciarunji Chesaina, Oral literature of the Kalenjin, Heinemann Kenya, Nairobi, 1991, 167 p. (ISBN 9966468919)
  • (en) Michael William Coy Jr., The social and economic relations of blacksmiths among Kalenjin- speaking peoples of the Rift Valley, Kenya, University of Pittsburgh, 1982, 253 p. (thèse)
  • (en) Robert E. Daniels, Mari H. Clark et Timothy J. McMillan, A bibliography of the Kalenjin peoples of east Africa, African Studies Program, University of Wisconsin, Madison, 1987, 74 p. (ISBN 0942615034)
  • (en) John Albert Distefano, The precolonial history of the Kalenjin of Kenya : a methodological comparison of linguistic and oral traditional evidence, University of California, Los Angeles, 1985, 295 p. (thèse)
  • (en) B. E. Kipkorir, People of the Rift Valley : Kalenjin, Evans, Londres, 1978, 42 p. (ISBN 0237498960)
  • (en) John Lamphear, « Nilotes, eastern Africa : southern Nilotes : Kalenjin, Dadog, Pokot », in Kevin Shillington (dir.), Encyclopedia of African History, vol. 2, Fitzroy Dearborn, New York, 2005, p. 1130-1132
  • (en) Monone Omosule, « Kalenjin : the emergence of a corporate name for the Nandi-speaking tribes of East Africa », in Genève-Afrique, 27 (1), 1989, p. 73-88
  • (en) Gideon S. Were, Western Kenya historical texts: Abaluyia, Teso, and Elgon Kalenjin, East African Literature Bureau, Nairobi, 1967, 196 p. (d’après une thèse, University of Wales)
  • (fr) Yaya Koné, "Anthropologie de l'athlétisme en Afrique de l'Ouest, La condition d'athlète" Editions L'Harmattan, Paris, 2011, 523p. (ISBN 978-2-296-56181-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]