Junco ardoisé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Junco hyemalis

Description de cette image, également commentée ci-après

Junco hyemalis mâle

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Emberizidae
Genre Junco

Nom binominal

Junco hyemalis
Linnaeus, 1758

Répartition géographique

Description de l'image  Dark-eyed Junco-rangemap.gif.

     /    habitat permanent

     /    zone de nidification

     /    zone d'hivernage

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Junco ardoisé (Junco hyemalis) est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Emberizidae, originaire du continent nord-américain. Cette espèce présente de nombreuses sous-espèces chez qui la variabilité de coloration du plumage est remarquable.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Junco ardoisé femelle

Cet oiseau de 13 à 16 cm présente de nombreuses variations de coloration selon les populations géographiques considérées. Tous les membres de cette espèce ont le dessus sombre et le ventre très clair, presque blanc. les parties supérieures sont d'un gris très foncé presque noir chez les mâles, et d'un gris plus terne chez les femelles. Le bec est clair, rosé, la queue gris sombre avec les rectrices externes blanches. Les mâles de la sous-espèce oreganus ont les flancs couverts de couleur chamoisée[1].

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le Junco ardoisé se nourrit généralement au sol, de graines et de petits fruits.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Cet oiseau au comportement territorial pendant la saison de nidification peut se nourrir en petits groupes en hiver. Les cris d'appel sont tsik ou tchet ou encore de doux trill quand l'oiseau est en vol. Le chant est constitué de trilles au son métallique émises sur le même ton[1].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Nid de Junco ardoisé
Junco ardoisé juvénile

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau se trouve dans toute l'Amérique du Nord (sauf dans les zones de toundra), de l'Alaska à Terre-Neuve au nord, jusqu'au nord du Mexique au sud. Les populations du nord du Canada migrent en hiver vers les États-Unis ou le Mexique. Celles des États-Unis peuvent migrer vers le sud ou sont résidentes à l'année (voir carte de répartition). Cette espèce est erratique dans le nord des Bahamas, à la Jamaïque, à Porto Rico et aux îles Vierges.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cet oiseau niche dans les forêts de conifères ou les forêts mixtes, mais il hiverne en lisière des forêts, ou dans les zones boisées plus clairsemées, ou dans les zones à forte pression humaine (champs et lisières, haies, bords de routes, parcs publics, pelouses et jardins) ainsi que dans les zones désertiques, y compris dans les plaines à Artemisia tridentata[1].

Systématique[modifier | modifier le code]

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Junco hyemalis hyemalis
Les mâles de la sous-espèce oreganus ont les flancs chamoisés
La sous-espèce caniceps a la tête plus grise que noire et une tache brun roux sur le dos
Junco hyemalis mearnsi
Junco hyemalis aikeni présente deux barres alaires blanches

Il existe plusieurs sous-espèces de Junco ardoisé[2]:

  • Junco hyemalis aikeni Ridgway, 1873 ;
  • Junco hyemalis caniceps (Woodhouse, 1853) ;
  • Junco hyemalis carolinensis Brewster, 1886 ;
  • Junco hyemalis cismontanus Dwight, 1918 ;
  • Junco hyemalis dorsalis Henry, 1858 ;
  • Junco hyemalis hyemalis (Linnaeus, 1758) ;
  • Junco hyemalis insularis Ridgway, 1876 ;
  • Junco hyemalis mearnsi Ridgway, 1897 ;
  • Junco hyemalis montanus Ridgway, 1898 ;
  • Junco hyemalis mutabilis Van Rossem, 1931 ;
  • Junco hyemalis oreganus (J. K. Townsend, 1837) ;
  • Junco hyemalis pinosus Loomis, 1893 ;
  • Junco hyemalis pontilis Oberholser, 1919 ;
  • Junco hyemalis shufeldti Coale, 1887 ;
  • Junco hyemalis thurberi Anthony, 1890 ;
  • Junco hyemalis townsendi Anthony, 1889.

Certains auteurs considèrent les sous-espèces Junco hyemalis aikeni, Junco hyemalis caniceps et Junco hyemalis oreganus comme des espèces à part entière[3].

Les sous-espèces Junco hyemalis annectens, Junco hyemalis connectens, Junco hyemalis eumesus et Junco hyemalis ridgwayi sont généralement considérées comme invalides. Junco hyemalis ridgwayi est considérée comme faisant partie de Junco hyemalis mearnsi, et Junco hyemalis eumesus comme faisant partie de Junco hyemalis shufeldti[3].

Statut et préservation[modifier | modifier le code]

L'IUCN a classé cette espèce en catégorie LC (préoccupation mineure)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c MacMahon J.A. (1997) Deserts p 609/610, National Audubon Society Nature Guides, Knopf A.A. Inc, ISBN 0-394-73139-5
  2. (en) « Junco hyemalis (Linnaeus, 1758) », ITIS (consulté le 20 novembre 2008)
  3. a et b (Avibase)
  4. (en) BirdLife International 2008, « Junco hyemalis », 2008 IUCN Red List of Threatened Species 2008 (consulté le 20 novembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]