Juan Belmonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan Belmonte
{{#if:
Image illustrative de l'article Juan Belmonte
Juan Belmonte (à droite) à côté de Joselito (à gauche, montera sur la tête)
Présentation
Nom de naissance Juan Belmonte García
Naissance 14 avril 1892
Séville
Décès 8 avril 1962 (à 69 ans)
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative 16 septembre 1913 à Madrid
Parrain, « Machaquito ».
Invention Molinete belmontino
Demi-véronique
Escalafón général Premier de l’escalafón en 1919.

Juan Belmonte García, né le 14 avril 1892 à Séville (Espagne), mort le 8 avril 1962 à Utrera (Espagne, province de Séville), est un matador espagnol.

Présentation[modifier | modifier le code]

Juan Belmonte fut l’un des matadors les plus populaires de l’histoire, et est considéré comme un « révolutionnaire » de la corrida. Jusqu’à lui, les matadors reculaient devant la charge du taureau, appliquant le précepte « ou tu t’enlèves, ou le taureau t’enlève ». Belmonte fut le premier à attendre immobile la charge du taureau, puis à tenter d’enchaîner les passes. Cette manière de toréer semblait si révolutionnaire, et surtout si impossible à pratiquer, que Guerrita, un des plus grands matadors de la fin du XIXe siècle dit à son sujet : « Si vous voulez le voir, dépêchez-vous avant qu’un taureau le tue ! »

La carrière de Belmonte s’étend du début des années 1910 jusqu’en 1936, année où il prit une retraite définitive. Mais en réalité, la partie la plus glorieuse de sa carrière date de l’époque de sa rivalité avec son ami José Gómez Ortega « Joselito », de 1914 à la mort de celui-ci en 1920. Ces quelques années sont appelées l’« Âge d’Or » de la tauromachie par les aficionados, tant la rivalité des deux maestros fut intensive. Il a créé un grand nombre de manœuvres très personnelles, parmi lesquelles le « molinete belmontino » (« molinete belmontien »), qui est une élégante passe de muleta de fioriture ou adorno[1]. On lui attribue également la façon nouvelle d'exécuter une naturelle, qui, avant s'exécutait en citant le taureau de face. Belmonte aurait été le premier à citer le taureau de profil ou de trois quarts pour arriver à un enchaînement, liant les naturelles, chaque passe devenant plus serrée jusqu'à la passe de poitrine finale[2]

À près de 70 ans, il tombe follement amoureux de la belle rejoneadora colombienne Amina Assís qui avait cinquante ans de moins que lui. « Désespéré de se voir repoussé, il se tire une balle dans la tête le 8 avril 1962[3] » dans sa propriété d’Utrera.

Manuel Chaves Nogales a rédigé une biographie de Belmonte, sous le titre Juan Belmonte, matador de toros (Titre original : Juan Belmonte, matador de toros, su vida y sus hazañas).

C'est à son goût pour le toreo esthétique que l'on doit l'invention du toreo de salon que l'on attribue également à Joselito[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

La vie de Juan Belmonte a fait l'objet d'une adaptation cinématographique sortie le 5 mai 1995 en Espagne et le 26 mars 1997 en France sous le titre original « Belmonte ». Achero Mañas joue le personnage de Juan Belmonte.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Manuel Chaves Nogales, Juan Belmonte, matador de taureaux. Biographie, traduit de l’espagnol par Antoine Martin, Verdier, collection « Faenas », 1990 (éd. en langue originale : Juan Belmonte, matador de toros: su vida y sus hazañas, Estampa, Madrid, 1935 ; Alianza Editorial, Madrid, 1992 ; Libros del Asteroide, Barcelona, 2009).
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2-221-09246-5)
  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Toreros pour l'histoire, Besançon, La Manufacture,‎ 1991 (ISBN 2-7377-0269-0)
  • Auguste Lafront et Paco Tolosa, Encyclopédie de la corrida, Paris, Prisma,‎ 1950
  • Claude Popelin et Yves Harté, La Tauromachie, Paris, Seuil,‎ 1970 et 1994 (ISBN 2-02-021433-4) (préface Jean Lacouture et François Zumbiehl)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Lafront - Paco Tolosa : « Encyclopédie de la corrida », éditions Prisma, 1950, p. 172
  2. Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Jeanne Laffitte, 1981, p. 113 (ISBN 2-86276-043-9)
  3. Bérard 2003, p. 312
  4. Casanova et Dupuy 1991, p. 165

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste de matadors

Sur les autres projets Wikimedia :