Joseph Maïla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Joseph Maila)
Aller à : navigation, rechercher

Joseph Maïla, né en 1948, est un professeur de sociologie politique et de relations internationales, d'origine libanaise, spécialiste du Moyen-Orient, de l'islam et de la sociologie des conflits, qui est notamment le premier laïc à avoir occupé le poste de recteur de l'Institut catholique de Paris. En 2009, il prend la direction du « pôle religion » créé au ministère des Affaires étrangères français. De 2010 à 2013, il est directeur de la prospective au ministère des Affaires étrangères.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cursus universitaire[modifier | modifier le code]

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est également titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) de sciences politiques et d’un DEA de droit international de l’université Paris-I. Il est également détenteur d'un doctorat en philosophie de l’université Paris-X obtenu en 1976 et d'un doctorat en sciences sociales de l’Institut catholique de Paris depuis 1992[1].

Parcours académique[modifier | modifier le code]

De 1977 à 1984, Joseph Maïla est vice-doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines de l'université Saint-Joseph de Beyrouth. De 1997 à 2004, il est doyen de la faculté des sciences sociales et économiques de l'Institut catholique de Paris dont il devient le premier recteur laïc pour l'année académique en 2004. À la suite de tensions internes sur l'orientation à donner à « la Catho », et estimant qu'il est « mis dans l’impossibilité de poursuivre (son) mandat », il démissionne un an plus tard, à la demande de l'archevêque de Paris, André Vingt-Trois[2].

Il est par ailleurs professeur invité au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (Cérium) où il assure un séminaire de maîtrise sur la dynamique des conflits contemporains. En septembre 2013, il est directeur de programme au sein de l'institut de recherche IRENE de l'Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales et assure en tant que Professeur au sein de l'ESSEC des enseignements de relations internationales[3].

Fonctions et engagements[modifier | modifier le code]

Joseph Maïla dirige le Centre de recherche sur la paix (CRP) et l'Institut de formation à la médiation et à la négociation (IFOMENE) à l’Institut catholique de Paris. Il est membre du comité de parrainage de la Coordination pour l'éducation à la non-violence et à la paix (anciennement Coordination française pour la Décennie internationale de promotion d'une culture de la non-violence et de la paix). Il intervient comme expert auprès d’organisations internationales. Il milite pour la prédominance chrétienne au Liban et l'engagement occidental au profit des chrétiens d'Orient.

Éditorialiste au quotidien La Croix, il fait également partie du comité de rédaction de la revue Esprit.

En juin 2009, il est placé à la tête d'un « pôle religions » comptant six personnes, créé par le ministre Bernard Kouchner au sein de la direction de la prospective du ministère des Affaires étrangères français[4], pôle dont la vocation affichée est l'« observation et l'analyse des grandes tendances et mouvements qui affectent les religions à travers le monde »[5]. Depuis 2010, il est à la tête de la direction de la prospective.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice biographique sur le site du Centre d'études et de recherches internationales de l'Universitté de Montréal
  2. « La “Catho” veut sortir de la crise », in La Croix , 25 septembre 2005, article en ligne
  3. https://sites.google.com/a/essec.edu/essec-irene-english/
  4. Stéphanie Le Bars, « Bernard Kouchner vient de créer un pôle religions au Quai d’Orsay, une première en France », in Le Monde, 25 juillet 2009, article en ligne
  5. « Joseph Maïla, chef du pôle religions au Quai d'Orsay, explique son rôle », AFP in La Croix, 29 juillet 2009, article en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J'ai déposé les armes : Une femme dans la guerre du Liban, préface du livre de Regina Sneifer, Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2006.
  • Le Grand Âge de la vie, en collaboration avec Maurice Godelier et François Jullien, éd. Presses universitaires de France, Paris, 2005.
  • De Manhattan à Bagdad : Au-delà du bien et du mal, en collaboration avec Mohammed Arkoun, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 2003.
  • Iraq : les enjeux du conflit, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 2003.
  • Le conflit israélo-palestinien, en collaboration avec Daniel Lindenberg, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 2001.
  • « L'islam au XXe siècle : du réformisme à l’islamisme », in Encyclopédie des Religions, sous la direction de Frédéric Lenoir et Ysé Tardan-Masquelier, éd. Bayard, Paris, 1997.
  • L'islam moderne : entre le réformisme et l'islam politique, éd. Bayard, Paris, 1997.
  • The Taif Agreement: A Commentary, éd. Centre for Lebanese Studies, Oxford, 1993.
  • The Document of National Understanding: A Commentary, éd. Centre for Lebanese Studies, Oxford, 1992.
  • Les droits de l'homme sont-ils impensables dans le monde arabe ?, éd. Hachette, Paris, 1991.
  • Hegel et l'islam, éd. Publications de l'université Saint-Joseph, Beyrouth, 1980.