John Strange Spencer-Churchill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Churchill et Spencer.

John Strange Spencer-Churchill

Naissance 4 février 1880
Dublin en Irlande
Décès 23 février 1947 (à 67 ans)
Nationalité Anglaise
Activité principale businessman
Distinctions
Conjoint
Gwendoline Theresa Mary Bertie
Famille
Winston et John

Le commandant (Major) John « Jack » Strange Spencer Churchill DSO, TD (4 février 1880 - 23 février 1947) était le fils de Lord Randolph Churchill et Jennie Jerome et le frère de Winston Churchill.

Il est né à Dublin en Irlande, à Phoenix Park (où son père était secrétaire de son grand-père, le duc de Marlborough qui y était vice-roi d'Irlande) et éduqué à Harrow school. Il se marie à Oxford le 8 août 1908 avec Lady Gwendoline Theresa Mary Bertie (20 novembre 18857 juillet 1941), une catholique, sœur de Montagu Bertie.

Le couple aura trois enfants

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Officier de cavalerie du Oxfordshire (Queen's Own Oxfordshire Hussars) de l'armée territoriale, il participe à la seconde Guerre des Boers entre 1899 et 1900 comme lieutenant du South African Light Horse avec son frère Winston Churchill. Il est blessé à la jambe lors de la bataille des Hauts de Tugela pendant la campagne de Libération de Ladysmith[1] et reçoit une citation le 9 novembre 1900.

Il participe à la Première Guerre mondiale où il est cité; il sert en premier à l'état-major de John French puis à celui de Ian Hamilton en tant qu'officier de liaison naval avec le corps expéditionnaire en Méditerranée (son frère Winston impose le débarquement des Dardanelles) puis à celui de William Birdwood comme commandant au sein du Oxfordshire Hussars Yeomanry, Territorial Force (1ercorps de l'A.N.Z.A.C) et attaché militaire pour le quartier général de la cinquième armée. Il est nommé Lieutenant-colonel.

Durant le conflit il reçoit aussi une la Croix de Guerre et la Légion d'honneur[2] le 30 mars 1916. Il est également décoré de l'Ordre du Service distingué (Distinguished Service Order) le 3 juin 1918[3].

Enfin, le 24 octobre 1919, il est nommé commandeur de l'Ordre de Saint-Avis du Portugal[4].

Carrière civile[modifier | modifier le code]

Il devient plus tard un homme d'affaires à Londres.

John et Winston étaient très proches et passèrent beaucoup de temps dans la demeure familiale de Chartwell, une fois veuf et sa maison détruite pendant la seconde guerre mondiale, John habite alors au 10 Downing Street.

Il meurt en 1947 d'une crise cardiaque et est enterré près de ses parents et de son frère à Bladon.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Winston Churchill, London to Ladysmith via Pretoria, Londres, Longmans, Green & Co. 1900, p. 168-9
  2. London Gazette : War Office, 30 March, 1916. The President of the French Republic has bestowed the decoration of the Legion of Honour, with the approval of His Majesty The King, on the undermentioned Officers, in recognition of their distinguished service during the Campaign: Croix de Chevalier. Major John Strange Spencer Churchill, Oxfordshire Hussars Yeomanry, Territorial Force.
  3. London Gazette : War Office, 3rd June, 1918. His Majesty the KING has been graciously pleased, on the occasion of His Majesty's Birthday, to approve of the undermentioned rewards for distinguished service in connection with Military Operations in France and Flanders : Awarded THE DISTINGUISHED SERVICE ORDER. Major John Strange Spencer Churchill, Yeomanry.
  4. London Gazette : War Office, 24th October, 1919. The following are among the Decorations and medals awarded by the Allied Powers at various dates to the British Forces for distinguished services rendered during the course of the campaign: His Majesty the KING has given unrestricted permission in all cases to wear the Decorations and medals in question. Decorations Conferred by THE PRESIDENT OF THE PORTUGUESE REPUBLIC. Military Order of Avis. Commander. Major John Strange .Spencer Churchill, D.S.O., T.D:, Oxfordshire Yeomanry.

Sources[modifier | modifier le code]