Johann Andreas Schubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Andreas Schubert

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

J. A. Schubert, fondateur de l’université technique de Dresde

Naissance 19 mars 1808
Wernesgrün
Décès 6 octobre 1870 (à 62 ans)
Dresde
Nationalité Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe
Profession
Ingénieur, chef d'entreprise et universitaire
En 1836, Schubert créa avec d’autres actionnaires les Ateliers ferroviaires d’Übigau, d'où sortirent les premiers véhicules à vapeur entièrement conçus et construits en Allemagne.

Johann Andreas Schubert (19 mars 1808 à Wernesgrün6 octobre 1870 à Dresde), ingénieur et entrepreneur saxon, fut professeur de génie mécanique et de génie civil à l’université technique de Dresde, dont il fut aussi le premier directeur. Génie universel, Schubert conçut entre autres des steamers, une locomotive (la Saxonia) et le fameux viaduc à voûtes multiples dit « Göltzschtalbrücke ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un journalier, ses parents l'envoyèrent étudier à la Thomasschule zu Leipzig, puis à l’école militaire de Königstein. Il devint membre de la loge maçonnique Zu den drei Schwertern und Asträa zur grünenden Raute de Dresde-Friedrichstadt.

Puis Schubert étudia la construction et l’architecture à l’École des arts décoratifs de Dresde (Bauschule der Akademie der bildenden Künste). Il se distingua au point qu'en 1828, âgé de seulement 20 ans, on lui proposa d'enseigner les sciences de l'ingénieur dans le tout nouvel institut de la ville, le Königlich-Technischen Bildungsanstalt, noyau de la future université technique de Dresde.

Le 28 avril 1832, Schubert obtint le titre de professeur. Il enseignait les mathématiques et les sciences de l'ingénieur non seulement à la Technische Bildungsanstalt, mais aussi à la Bauschule de l’École des Arts Décoratifs de Dresde. En 1836, il créa une société par actions, les Ateliers ferroviaires d’Übigau, dont il prit la direction technique tout en en présidant le directoire. La même année, il lança avec d'autres investisseurs la Compagnie saxonne des navires à vapeur de l'Elbe. Dès 1837, un premier vapeur, la Königin Maria, fut mis en service sur la la Haute-Elbe, puis ce fut le tour du Prinz Albert. Ces deux navires sortaient des ateliers de Schubert. Au mois d'avril 1838, Schubert se retira de la société pour se consacrer entièrement à l'enseignement universitaire.

Sépulture de Schubert dans le cimetière Saint-Matthieu.

Lors de l'inauguration de la Compagnie de chemins de fer Leipzig-Dresde (LDE), le 8 avril 1839, Schubert fit suivre le train officiel de la compagnie (tiré par des locomotives de facture britannique) de sa propre locomotive, la première conçue et fabriquée entièrement en Allemagne, la Saxonia.

La pose de la première pierre du Göltzschtalbrücke eut lieu le 31 mai 1846. Ce pont à voûtes multiples, chef-d'œuvre de Schubert, est l’un des premiers viaducs d'Allemagne entièrement conçu à partir de calculs de statique. Comportant plus de 26 millions de briques, ce pont de la vallée de la Göltzsch est le plus grand viaduc en briques au monde, avec une hauteur de 78 m et une portée de 574 m franchie en 81 arches. Depuis son ouverture au trafic ferroviaire le 15 juillet 1851, cet ouvrage d'art est toujours en service, même si quelques mesures de renforcement marginales ont dû être prises pour répondre aux exigences des trains actuels.

J. A. Schubert prit sa retraite de l'université en 1868, et mourut à Dresde le 6 octobre 1870. Sa sépulture se trouve dans le Matthäusfriedhof, le cimetière protestant de l’église Saint-Mathieu, dans la Friedrichstrasse.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Pour le jubilé des 200 ans de sa naissance, la TU Dresden a organisé en 2008 un colloque et une exposition[1].
  • Déjà en 1985, comme par la suite en 2008, les postes fédérales allemandes ont émis un timbre à son effigie.
  • Il y a une plaque commémorative sur la façade de sa maison natale de Wernesgrün[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Manfred Bachmann (éd.), Kleine Chronik großer Meister - Erzgebirger, auf die wir stolz sind., Aue, Druckerei und Verlag Mike Rockstroh,‎ 2000, partie 1, « Prof. Johann Andreas Schubert - Wissenschaftler und Konstrukteur. », p. 43-46
  • (de) Thomas Hänseroth, Klaus Mauersberger, Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 23, Berlin, Duncker & Humblot,‎ 2007 (lire en ligne), « Schubert, Andreas », p. 606 et suiv.

Source[modifier | modifier le code]

  • (de) Klaus Mauersberger (dir.), Sächsische Biografie, Institut für Sächsische Geschichte und Volkskunde e.V. (lire en ligne), « Schubert, Johann Andreas »

Notes et références[modifier | modifier le code]