Jean Robieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Robieux

Naissance 15 octobre 1925
Jugon (Côtes-d'Armor) (France)
Décès 14 juin 2012 (à 86 ans)
Châtenay-Malabry (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Champs physique
Renommé pour Fusion nucléaire par laser

Jean Robieux, né le 15 octobre 1925 à Jugon (Côtes-d'Armor) et mort le 14 juin 2012 à Châtenay-Malabry, est un physicien français. Ingénieur de Polytechnique et docteur ès sciences, il fut l’un des principaux spécialistes français du laser et de l'optronique. Il a été directeur scientifique du Centre de recherches d'Alcatel à Marcoussis et Professeur de robotique et responsable à l'École centrale Paris. Il a aussi émis l’idée initiale de la création de l'École Louis de Broglie en 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est ancien élève de l'École polytechnique (1946-1949), ancien élève de l'École nationale de l'aviation civile (1949-1951), docteur es sciences physiques de la faculté des sciences de Paris (1959) et a obtenu un master of Science du California Institute of Technology.

En 1952, il est ingénieur à la société californienne Helipot, puis responsable du contrôle des fabrications de matériel électronique et électrique commandé par l’Aviation civile. Ingénieur puis Chef de Laboratoire au Centre de Recherches de la Compagnie Sans Fil, il participe à la fondation du Centre de Corbeville de 1954 à 1961 où ses travaux portent sur la réalisation de câbles hertziens à grand débit, la théorie de l'influence de la précision de fabrication des antennes sur leurs performances, la théorie des lois générales de la liaison entre radiateurs d'ondes, les applications aux ondes de surface et à la propagation, les innovations à l'origine du contrôle électrique du faisceau des antennes par ferrites et semi-conducteurs, méthodes aujourd'hui utilisées dans les radars. Il fonde la Compagnie Cofelec.

Directeur-fondateur du Département « Recherches physiques de base » du Centre de recherches de la Compagnie générale d’électricité à Marcoussis, il est y responsable des activités : Lasers-Matériaux-Composants semi-conducteurs puis directeur scientifique et conseiller scientifique du Président du Centre de recherches de 1975 à 1990.

Il est également Professeur à l'École centrale de Paris, où il fonde l'option Robotique en 3e année, qu'il dirige entre 1982 et 1989. A Centrale, il est aussi président du Conseil d'administration (puis président d'honneur) et président du Conseil scientifique de l'Ecole. Il y suit plus particulièrement le développement du département Matériaux.

Jean Robieux est aussi président de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, qui a pour but de mettre en avant la réussite des entrepreneurs dans l’évolution des techniques et les nouveaux procédés industriels, de 1984 à 1991.

Il s’oriente ensuite vers la décentralisation de la formation et de la recherche en fondant l'École Louis de Broglie à Rennes en 1990, dont il est le Président. L'école forme des ingénieurs généralistes orientés vers l'informatique, la productique, l'électronique, les matériaux et les lasers. La direction de l'École Louis de Broglie et la formation sont assurées par des ingénieurs ayant exercé de hautes responsabilités dans les industries mécaniques et électriques. Cette école s'associera ensuite à deux autres écoles d'ingénieurs : I'ECAM de Lyon et l'EPMI à Cergy -Pontoise (Électricité, Productique, Méthodes Industrielles) pour constituer le groupe ECAM formant environ 300 ingénieurs par an.

Afin de créer de nouvelles technologies à partir de la recherche en mécanique, en particulier pour l'industrie automobile, il fonde l'Institut Maupertuis à Rennes en 2003. La transformation des technologies grâce au laser y est étudiée, en particulier en vue de la réduction du poids des véhicules.

Il est élu membre correspondant de l'Académie des sciences et membre de l'Académie des technologies.

Travaux[modifier | modifier le code]

Jean Robieux est à l’origine de la découverte du principe du contrôle de la fusion par laser en 1961 puis de la découverte du principe de la séparation des isotopes par laser, et de la création de particules élémentaires par laser. L’ensemble de ses contributions sont exposées dans son livre « High Power Laser Interactions : Isotopes Separation - Nuclear Fusion Control - Elementary Particles Selective Creation ». Il obtient la réalisation d'un laser dopé au Néodyme émettant 500 joules en 30 ns, 30 fois plus puissant que les lasers construits dans le monde à cette époque.

Il réalise des expériences de principe démontrant la possibilité d'émettre des puissances moyennes supérieures à 1 Mw. Elles ouvrent la voie à l'arme laser en 1967. En utilisant un laser réalisé par le centre de recherches de Marcoussis, le CEA de Limeil produit, en 1969 pour la première fois au monde d'une manière reproductible, des neutrons au cours de l'interaction laser/matière, il permet alors d’ouvrir la voie vers le contrôle de la fusion. Entre 1990 et 2010, Jean Robieux a participé aux recherches sur la fusion de la matière par laser. Le but de ces recherches est de transformer la matière en énergie (inversion de la formule E=mc2): Comme sous-produit de cette réaction, de l'énergie électrique pourrait être produite en abondance grâce à un combustible non polluant : l’hydrogène lourd.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des lauréats de la médaille André Blondel », sur le site de la Société de l'électricité, de l'électronique et des technologies de l'information et de la communication (consulté le 26 septembre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]