Jean Rhys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Rhys

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Rhys (à gauche, coiffée d'un chapeau) et Mollie Stoner dans les années 1970.

Nom de naissance Ella Gwendolen Rees Williams
Naissance 24 août 1890
Roseau, Drapeau de la Dominique Dominique
Décès 14 mai 1979 (à 88 ans)
Exeter, Devon, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture anglais britannique
Genres

Ella Gwendolen Rees Williams, dite Jean Rhys, OBE, née le 24 août 1890 à Roseau, en Dominique, aux Antilles, et morte le 14 mai 1979 à Exeter, dans le comté du Devon, est un écrivain britannique.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Fille d'un médecin gallois et d'une créole blanche, elle grandit dans les dernières grandes années du colonialisme britannique. Durant son enfance, elle fut entourée et influencée par la langue, les coutumes et les croyances religieuses de la communauté noire des Caraïbes, au sein de laquelle elle vivait. Elle émigre en Europe à l'âge de 17 ans : elle rejoint dans un premier temps Londres où elle travaille en tant que danseuse dans une revue musicale, puis voyage en Autriche et en France avant de s'installer à Paris.

Son premier recueil de nouvelles, Rive gauche, date de 1927 et décrit la vie parisienne.

Carrière[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse, elle lut Jane Eyre de Charlotte Brontë. Cela lui inspira son livre majeur : La Prisonnière des Sargasses publié en 1966 et récompensé par le Royal Society of Litterature Award et le W H Smith Award.

L'écriture de Jean Rhys a souvent pour thème la vie de femmes coupées de leurs racines et abandonnées aux caprices de groupes sociaux qui ne leur sont pas familiers, visiblement en écho aux difficultés de sa propre existence. Son style a été caractérisé comme un mélange spécifique de techniques narratives modernes et des sensibilités de son pays d'origine. Son travail a été soutenu notamment par le romancier et critique Ford Madox Ford.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Quartet (1928), publié dans une première version en 1927 sous le titre Postures
    Publié en français sous le titre Quatuor, Paris, Denoël, coll. « Les Lettres nouvelles », 1973 ; réédition sous le titre Quartet, Paris, Denoël, 1981 ; réédition sous le titre Quatuor, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1379, 1982
  • After Leaving Mr Mackenzie (1931)
    Publié en français sous le titre Quai des Grands-Augustins, Paris, Denoël, 1979 ; réédition, Paris, coll. « Folio » no 1308, 1981
  • Voyage in the Dark (1934)
    Publié en français sous le titre Voyage dans les ténèbres, Paris, Denoël, coll. « Les Lettres nouvelles », 1974 ; réédition, Paris, coll. « Folio » no 1071, 1978 ; réédition, Paris, coll. « L'Imaginaire » no 513, 2005
  • Good Morning, Midnight (1939)
    Publié en français sous le titre Bonjour minuit, Paris, Denoël, coll. « Les Lettres nouvelles », 1969 ; réédition, Paris, Denoël, 1987
  • Wide Sargasso Sea (1966)
    Publié en français sous le titre La Prisonnière des Sargasses, Paris, Denoël, coll. « Les Lettres nouvelles », 1971 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 944, 1977 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « L'Étrangère », 1995 ; réédition, Paris, coll. « L'Imaginaire » no 502, 2004

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Left Bank: And Other Stories (1927)
    Publié en français sous le titre Rive gauche, Paris, Mercure de France, 1981 ; réédition, Paris, coll. « L'Imaginaire » no 182, 1987
  • The Whistling Bird (1960)
    Publié en français sous le titre L'Oiseau moqueur, et autres nouvelles, Paris, Denoël, 2008
  • Tigers Are Better Looking (1968)
    Publié en français sous le titre Les tigres sont plus beaux à voir, Paris, Mercure de France, 1969 ; réédition, Paris, coll. « L'Imaginaire » no 118, 1983
  • Penguin Modern Stories 1 (1969), recueil collectif avec Bernard Malamud, David Plante et William Sansom
  • My Day (1975)
  • Sleep it Off, Lady (1976)
    Publié en français sous le titre Il ne faut pas tirer les oiseaux au repos, Paris, Denoël, 1978 ; réédition, Paris, coll. « Folio » no 2597, 1994
  • Tales of the Wide Caribbean (1985), anthologie posthume
  • The Collected Short Stories (1987), anthologie posthume
  • Let Them Call It Jazz: And Other Stories (1995), anthologie posthume
    Publié en français de façon partielle sous le titre À septembre, Petronella, suivi de Qu'ils appellent ça du jazz, Paris, Gallimard, coll. « Folio ». 2 euros no 4448, 2006

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Smile Please: An Unfinished Autobiography (1979)
    Publié en français sous le titre Souriez, s'il vous plaît, Paris, Denoël, 1980 ; réédition, Paris, coll. « L'Imaginaire » no 657, 2014

Autre publication[modifier | modifier le code]

  • The Letters of Jean Rhys (1984), publication posthume
    Publié en français sous le titre Correspondance, 1931-1966, Paris, Denoël, 1987

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]