La Prisonnière des Sargasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Prisonnière des Sargasses (titre original : Wide Sargasso Sea) est un roman de Jean Rhys publié en 1966. Son action se déroule avant celle de Jane Eyre de Charlotte Brontë.

Le roman a reçu de nombreux prix dont le Royal Society of Literature Award et le WH Smith Literary Award.

Résumé[modifier | modifier le code]

Antoinette Cosway vit durant son enfance à la Jamaïque alors que l'abolition de l'esclavage vient de ruiner sa mère, Annette. Celle-ci, veuve, vit avec sa fille et leurs domestiques dans un domaine reculé. Antoinette est déchirée pendant toute son enfance entre l'angoisse due à l'hostilité croissante des anciens esclaves, et le manque d'attention de sa mère qui sombre peu à peu dans la folie.

Après le remariage de sa mère, et l'incendie volontaire qui ravage Coulibri, leur domaine de résidence, la vie d'Antoinette change complètement. Elle part vivre dans un premier temps dans une ville voisine Spanishtown chez sa tante Cora. La servante qui lui avait servi de mère de substitution part vivre dans la maison qu'Annette lui a offerte et Annette sombre définitivement dans la folie avec la mort de Pierre, son fils mentalement déficient. Elle finit dans une maison où deux domestiques s'occupent d'elle. L'un d'eux, un vieux Créole, la viole régulièrement sans qu'elle puisse avoir une quelconque réaction.

Pendant ce temps, Antoinette est envoyée dans un couvent où elle suit des études. À 16 ans, elle est mariée de force à un jeune Anglais, Rochester. Celui-ci la séduit, et se fait aimer d'elle, mais il la déteste, et fait en sorte de lui prendre tout ce qu'elle a.

Antoinette a sombré comme sa mère dans la folie. Son mari part en Angleterre, il achète une maison et paye des domestiques pour s'occuper d'Antoinette, sans qu'il doive s'en soucier. Antoinette parvient une nuit à s'enfuir du grenier dans lequel elle est retenue prisonnière depuis son arrivée en Angleterre et met le feu à la maison. L'incendie de Coulibri avait changé sa vie, il l'avait libérée en lui permettant de sortir de cette prison où elle vivait en autarcie avec sa mère et les domestiques. C'est en incendiant la maison en Angleterre qu'elle se libère en mourant...

Beaucoup de ressemblances sont à noter avec le roman Jane Eyre, faisant de cet ouvrage une réécriture de l’œuvre de Charlotte Brontë, mais du point de vue d'Antoinette (Bertha Mason).