Jean-Charles Chapais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapais.
Jean-Charles Chapais receveur général, en 1870

Jean-Charles Chapais est un homme d'affaires et un homme politique québécois. Il est considéré comme l'un des pères de la Confédération canadienne pour sa participation à la Conférence de Québec (1864) visant à déterminer la forme du futur gouvernement du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Rivière-Ouelle, il est le fils de Jean-Charles Chapais, marchand, et de Julienne Boucher. De 1824 à 1830, il fréquente le séminaire de Nicolet.

Après ses études, son père lui achète des terres dans le fief de Saint-Denis, qui n'est pas encore un village. Il y construit une grande demeure ainsi qu'un magasins général pour approvisionner les quelques colons. En 1841, la paroisse de Saint-Denis est créée, et 4 ans plus tard, en 1845, c'est au tour du village. M.Chapais en sera le premier maire.

Le 30 juin 1846, à l'âge de 35 ans, il épouse Georgina Dionne, fille d'Amable Dionne, important notable de Kamouraska et futur Seigneur de St-Roch-des-Aulnaies. Georgina était de 19 ans sa cadette. Ils eurent six enfants:

  1. Georgina Chapais(Georgette), qui mourut célibataire à l'âge de 92 ans.
  2. Jean-Charles Chapais Jr., agronome et co-fondateur de la première beurrerie-école, à Saint-Denis-de-la-Bouteillerie.
  3. Amélie Chapais qui épousa Édouard Barnard, agronome de Varenne et second co-fondateur de la beurrerie-école.
  4. L'historien Thomas Chapais, qui épousa Hectorine Langevin, fille d'Hector Langevin, un autre des Pères de la Confédération.

Les deux autres enfants sont morts en bas âge. [1]

Il est décédé le à Ottawa à l'âge de 73 ans et fut inhumé dans l’église Saint-Denis-de-la-Bouteillerie.

Expérience politique[modifier | modifier le code]

Agriculteur et marchand prospère, Chapais devint maire du village de Saint-Denis en 1845, puis est élu député conservateur de Kamouraska en 1851. Il travailla à l'abolition du système seigneurial au Québec et à des réformes des lois sur l'agriculture.

À la suite de la Conférence de Charlottetown en septembre 1864, Chapais participa à la conférence de Québec pour négocier, comme représentant du Canada Est en faveur de plus grands pouvoirs pour les gouvernements provinciaux dans le futur système fédéral canadien.Sa participation lui permet d'être reconnu comme l'un des quatre Canadiens-Français à être père de la Confédération.

Lors de la création de la fédération canadienne en 1867, Chapais devint ministre de l'agriculture. À cette époque, après un scandale dû à des irrégularités électorales dans son comté de Kamouraska, il changea de circonscription pour devenir député de Champlain.

Il fut nommé sénateur au Sénat du Canada à partir de 1868 et restera sénateur jusqu'à sa mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La demeure de Jean-Charles Chapais à Saint-Denis-de-la-Bouteillerie est aujourd'hui un musée.

L'école primaire du village porte son nom.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Jean-Charles Chapais Suivi par
John Jones Ross
Conservateur
Député de Champlain
Conservateur
Assemblée législative du Québec
1867-1871
François-Xavier-Anselme Trudel
Conservateur

Références[modifier | modifier le code]

  1. BARNARD, Julienne. Les Mémoires Chapais, t. I, II et III