Thomas Chapais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapais.

Thomas Chapais

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Sir Joseph Amable Thomas Chapais

Naissance 23 mars 1858
St-Denis-de-la-Bouteillerie (Canada-Est)
Décès 15 juillet 1946 (à 88 ans)
Saint-Denis (Québec)
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Profession
Activité principale
politicien, historien, journaliste
Ascendants
Conjoint
Hectorine Langevin

Sir Joseph Amable Thomas Chapais (1858 - 1946) était un historien, un journaliste et un homme politique québécois. Il est réputé pour sa chronique des événements parlementaires qui ont marqué l'histoire du Canada, à Londres comme à Ottawa. Il détient également le record de la plus longue carrière parlementaire au Canada, soit 54 années (de 1892 à 1946)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils cadet de l'honorable Jean-Charles Chapais et d'Henriette-Georgina Dionne, Thomas Chapais naît à Saint-Denis-de-la-Bouteillerie (comté de Kamouraska), le 23 mars 1858. Il est très tôt introduit au milieu politique et poursuit de brillantes études au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, puis à la Faculté de droit de l'Université Laval.

Fervent conservateur, il débute sa carrière journalistique en 1884, alors qu'il devient éditeur en chef du Courrier du Canada, organe officiel du Parti conservateur.

Candidat défait aux élections fédérales de 1891, il est nommé sénateur puis ministre conservateur dans le gouvernement de Louis-Olivier Taillon, ainsi que président du conseil législatif du Québec. En 1897, il devient commissaire de la Colonisation et des Mines dans le gouvernement d'Edmund James Flynn.

Auteur de plusieurs ouvrages, il a écrit les biographies du Marquis de Montcalm et de l'Intendant Talon. Chapais enseigne à l'Université Laval, où il obtient un doctorat en 1898. Il meurt à Saint-Denis, comté de Kamouraska

La ville de Chapais a été nommée d'après lui[2], de même que le parc Thomas-Chapais, à Montréal.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Congrégations enseignantes et le brevet de capacité (1893)
  • Discours et conférences (4 tomes, 1895)
  • Le Serment du roi (1901)
  • Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France (1904)
  • Mélanges de polémique et d'études religieuses, politiques et littéraires (1905)
  • Le Marquis de Montcalm (1911)
  • Mélanges (1915)
  • Cours d'histoire du Canada de 1760 à 1867 (8 volumes, publiés de 1919 à 1934)

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Chapais : le dernier des aristocrates
  2. Toponymie : Chapais
  3. Fonds Thomas Chapais (P36) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]