Izumi Shikibu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Izumi Shikibu

Description de cette image, également commentée ci-après

Izumi Shikibu, par Kikuchi Yōsai

Activités poétesse
Naissance vers 970 ?
Langue d'écriture japonais
Izumi Shikibu dans Hyakunin Isshu.

Izumi Shikibu (和泉式部?) est une poétesse japonaise de l'époque Heian. Elle serait née dans les années 970 et sa date de décès est inconnue. Elle est membre des Trente-six poètes sages (中古三十六歌仙, Chūko Sanjurokkasen?). C'est une contemporaine de Murasaki Shikibu et Akazome Emon à la cour de Joto Mon'in et était peut-être la plus grande poétesse de son temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

La date de naissance de Izumi Shikibu est inconnue. On pense qu'elle serait née dans les années 970. Elle naît dans une famille de lettrés nobles. Son père est Oe no Masamune, mais son propre prénom est inconnu, Izumi Shikibu étant l'un des noms sous lesquels elle est connue dans les anthologies. Elle se marie avec Tachibana no Michisada, qui devient par la suite gouverneur de la province d'Izumi. Ils ont une fille, Tachibana no Michisada, elle-même poète. Le couple se sépare assez rapidement[1].

Elle est courtisée par le prince Tametaka, troisième fils de l'empereur Reizei. Après la mort de Tametaka en 1002, elle a une relation avec le prince Atsumichi, avec lequel elle échange des poèmes. L'aventure est relatée dans le Journal d'Izumi-Shikibu, probablement écrit en 1004. Elle vit ensuite au palais du prince, ce qui provoque un scandale et le départ de l'épouse d'Atsumichi[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre poétique d'Izumi Shikibu est composée de tankas. Les descriptions de la nature y sont avant tout l'occasion de peindre la pensée amoureuse[2].

Sa contemporaine Murasaki Shikibu a laissé dans son Journal une critique du style d'Izumu Shikibu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Izumi Shibiku, Poèmes de cour, p. 119-121.
  2. Fumi Yosano, dans Izumi Shibiku, Poèmes de cour, p. 13-14.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Izumi Shibiku, Poèmes de cour, trad. Fumi Yosano, La Différence, « Orphée », 1991.
  • Sarashina, Murasaki Shikibu et Izumi Shikibu, Journaux des dames de cour du Japon ancien, Éditions Picquier poche, 1998, 210 p. ISBN 2-87730-382-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]