Iwo Jima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'île japonaise. Pour les films du même nom, voir Iwo Jima (film) et Lettres d'Iwo Jima.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iōjima.
Iōjima
Iwo Jima
Carte de l'île
Carte de l'île
Géographie
Pays Drapeau du Japon Japon
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 24° 47′ 00″ N 141° 19′ 00″ E / 24.7833, 141.3166 ()24° 47′ 00″ N 141° 19′ 00″ E / 24.7833, 141.3166 ()  
Superficie 21 km2
Point culminant Mont Suribachi (169 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Préfecture Tokyo
Sous-préfecture Ogasawara
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Iōjima
Iōjima

Iōjima ou Iōtō (硫黄島?, littéralement l'île du soufre) Écouter, plus connue pour des raisons historiques sous la transcription irrégulière Iwo Jima, est une île volcanique japonaise faisant partie de l'archipel d'Ogasawara (sous-préfecture d'Ogasawara), située à environ 1 046 km au sud de Tokyo (24,46° N, 141,18° E). Elle a une superficie d'environ 21 km2 et est étonnamment plate et peu accidentée. Son point culminant est le mont Suribachi, un volcan endormi qui culmine à 169 m d'altitude. Seule partie émergée d'une caldeira sub-océanique bien plus vaste, ce relief est l'unique trace évidente d'une activité passée.

Nom[modifier | modifier le code]

L'île a été nommée « l'île du soufre » (Sulphur Island) durant le troisième voyage du Capitaine Cook[1]. C'est la traduction littérale de son nom officiel.

Iwo Jima était traditionnellement appelée Iwōtō (Iōtō) par les Japonais avant la réforme orthographique de 1946. Une autre prononciation était Iwōjima (Iōjima), où jima est une autre prononciation du kanji « île » (, ?). Cette prononciation figurait sur les atlas marins[2].

Les officiers de la marine japonaise qui vinrent fortifier l'île avant l'invasion américaine durant la Seconde Guerre mondiale, la nommèrent par erreur Iwo Jima[2]. De la sorte, la prononciation « Iwo Jima » devint la plus courante et fut employée par les forces américaines lors de l'invasion. Les anciens résidents de l'île protestèrent contre cette appellation et l'Institut géographique national du Japon du Ministère de l'aménagement, des infrastructures et des transports (en) examina la question et annonça officiellement le 18 juin 2007 que la prononciation officielle redeviendrait la version d'avant-guerre Iōtō[3]. Les réactions pour revenir à l'ancienne prononciation furent provoquées par les films à grand succès Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima[2]. Le changement ne modifie pas la façon dont le nom s'écrit : 硫黄島, uniquement sa prononciation ou sa transcription en hiragana, katakana ou rōmaji.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

Avant-guerre, Iwo Jima connaît des activités liées aux mines de soufre et au raffinage du sucre[4], mais elle ne possède aucun habitant civil permanent et son accès est conditionné à l'obtention d'une permission spéciale. En général, les anciens insulaires, ainsi que les vétérans de guerre, n'accèdent à Iwo Jima que lors des commémorations de la bataille de 1945.

Bataille d'Iwo Jima[modifier | modifier le code]

Article détaillé : bataille d'Iwo Jima.

L'île fut le théâtre de la bataille d'Iwo Jima pendant la Seconde Guerre mondiale, du 19 février au 26 mars 1945, à la suite de quoi l'île fut occupée par les États-Unis jusqu'en 1968 avant d'être rendue au Japon. Elle relève depuis de la préfecture de Tokyo. La bataille fut certainement la plus sanglante de la guerre du Pacifique pour les Américains. En effet, l'île était parcourue d'un vaste réseau souterrain et regorgeait de pièges. Les Japonais se battirent quasiment jusqu'au dernier (1 083 survivants sur 20 à 22 000 combattants)[5],[6]. Seuls 8 700 corps de Japonais ont été retrouvés, des recherches étant toujours en cours en 2011[7].

Cérémonies du souvenir[modifier | modifier le code]

Le , au 40e anniversaire du débarquement des forces américaines sur l'île, les anciens combattants des deux armées autrefois ennemies se sont rassemblés pour une réunion d'honneur à quelques mètres de l'endroit où les US Marines ont touché l'île. Lors des cérémonies de souvenir, une plaque de granite a été dévoilée, où est inscrit le message suivant :

« Au jour du quarantième anniversaire de la bataille d'Iwo Jima, les vétérans américains et japonais se sont à nouveau rencontrés sur les mêmes étendues de sable, cette fois en paix et dans l'amitié. Nous nous souvenons de nos camarades, vivants ou morts, qui se sont battus ici avec honneur et bravoure, et prions ensemble pour que nos sacrifices en ce lieu soient toujours rappelés et ne soient jamais répétés. »

La citation est inscrite sur les deux faces de la plaque, le texte en anglais faisant face au large et celui en japonais regardant l'intérieur des terres où les troupes impériales défendirent leur position. Par la suite, les commémorations nippo-américaines des 50e et 60e anniversaires se déroulèrent au niveau de ce même monument, respectivement en mars 1995 et 2005.

Mont Suribachi sur Iwo Jima

Bases militaires[modifier | modifier le code]

Les Forces japonaises d'autodéfense entretiennent une base aéronavale sur l'île d'Iwo Jima, dont la piste d'atterrissage fait 2 650 mètres de long et 60 mètres de large. La Marine japonaise en assure le support matériel, le contrôle du trafic aérien, le ravitaillement, et le secours en mer et la Marine américaine l'utilise pour diverses opérations telles que des entraînements aux appontages de nuit sur porte-avions.

En dépit de la politique japonaise qui interdit la présence d'armements atomiques sur le sol japonais, Iwo Jima semble avoir abrité des têtes nucléaires américaines, comme Robert S. Norris, William M. Arkin et William Burr l'ont écrit dans The Bulletin of Atomic Scientists, mais, du fait du secret entourant l'implantation des bases nucléaires américaines, on ne sait pas si le site est encore actuellement utilisé à cet effet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Iwo Jima » (voir la liste des auteurs)

  1. Patrick, John M. Iwo Jima – Sulphur Island, United States Naval Institute Proceedings 76, no. 9, septembre 1950, pages 1028-1029.
  2. a, b et c (en) Hans Greimel, « Japan changes name of Iwo Jima », USA Today,‎ 20 juin 2007 (lire en ligne)
  3. (ja) « 地名等の統一に関する連絡協議会 硫黄島の呼称を「いおうじま」から「いおうとう」へ変更 », Institut d'études géographiques du Japon,‎ 18 juin 2007 (consulté le 20 juin 2007)
  4. Voir page 379 in International Dictionary of Historic Places: Asia and Oceania, Trudy Ring, Robert M. Salkin & Sharon La Boda, Taylor & Francis, 1994
  5. Voir page 234 in Iwo, Richard Wheeler, Naval Institute Press, 1994
  6. Voir aussi page 235 in Iwo Jima: Portrait of a Battle, Eric M. Hammel, Zenith Imprint, 2006
  7. Leo West, « Naoto Kan promet de trouver les derniers soldats d’Iwo Jima », Aujourd'hui le Japon, le 16 février 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :