Infini (symbole)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Image du caractère
Unicode
Code U+221E
Nom INFINI
Bloc Symboles mathématiques
(U+2200 à U+22FF)
Voir ∝, ω, 8,
Tracé
Symétrie centrale (1) et axiale (variable)
Trait courbe (1)
Symbole utilisé par Euler pour désigner l'infini
Variation du symbole dans différentes polices d’écritures.

(Unicode U+221E, \infty \infty en LaTeX) est le symbole représentant l’infini. Il a été inventé par le mathématicien John Wallis en 1655 dans De sectionibus conicis[1] (lit. des sections coniques), contemporain de Bernoulli.

Sa forme est similaire à la lemniscate de Bernoulli et à certaines configurations du ruban de Möbius. Une lemniscate est une courbe plane ayant la forme d'un 8, le terme vient du grec ancien λημνισκος par le latin lemiscus qui signifie justement ruban[2].

Selon la police d'écriture et la fonte de caractères, ce symbole peut comporter des pleins et des déliés ou non, modifiant ainsi sa symétrie.

Une variante non fermée du symbole, plus du tout usitée dans la typographie, a été couramment utilisée au XVIIIe siècle, en particulier par Leonhard Euler[3], qui l'appelle absolutus infinitus, par opposition à d'autres quantités infinies qu'il construit à partir de ce « nombre infini absolu » (comme son logarithme par exemple).

Le symbole de proportionnalité \propto est également assez similaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Wallis, De sectionibus conicis nova methodo expositis tractatus (1655), section I, Prop.1, p.4
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « lemniscate » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  3. Voir par exemple Cor. 1 p. 174 de : Leonhard Euler. Variae observationes circa series infinitas. Commentarii academiae scientiarum Petropolitanae 9, 1744, pp. 160-188. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]