Hermann Kant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermann Kant, 1982

Hermann Kant est un auteur allemand né le 14 juin 1926 à Hambourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un jardinier et frère aîné de l’auteur pour enfants, Uwe Kant (né en 1936). Après le lycée, il commence une formation d’électricien, qu’il termine avec succès en 1944 en devenant installateur. Le 8 décembre 1944, il est appelé comme soldat et fait prisonnier par la suite en Pologne. Il est conduit à la prison de Varsovie, puis dans un camp de travailleurs forcés. Là-bas, il devient membre fondateur du Comité antifasciste et professeur dans une école centrale antifasciste.

En 1949, il rentre en République démocratique allemande et s’inscrit au SED. Il repasse son baccalauréat en 1952 à Greifswald et étudie la littérature Allemande à Université Humboldt de Berlin. À partir de 1959, il travaille en tant que rédacteur au journal Neue Deutsche Literatur et devient dès l’année suivante, collaborateur indépendant de l’Association des Ecrivains de RDA.

En 1965 son œuvre la plus connue est publiée : Die Aula.

Dans les années 1950, il prend fonction en tant que secrétaire du parti de l’organisation des germanistes à l’Université Humboldt de Berlin, ainsi que membre de la direction au sein de l’université. Il s’investit dans l’Association des Écrivains à partir de 1959 (dont il occupe le poste de vice-président en 1969, puis le poste de président entre 1978 et 1990) et devient membre du PEN Club en 1964, dont il sera dans le comité de présidence entre 1967 à 1982. Entre 1969 et 1992, il est membre de l’Académie des Arts.

En 1979, il sanctionne des écrivains membres de l’Association comme Adolf Endler, Stefan Heym, Karl-Heinz Jakobs, Klaus Schlesinger. En 1987, il soutient prudemment la tentative de Günter de Bruyn et Christoph Hein, d’assouplissement de la censure en RDA.

Entre 1974 et 1979, il est membre de la direction du SED pour le district de Berlin, représentant à la Chambre du Peuple de 1981 à 1990 et membre du Comité Central du SED entre 1986 et 1989. Depuis 1990, il est inscrit sur les listes du PDS. Après la Réunification, de nombreuses critiques le dénoncent pour sa collaboration avec la Stasi, ce qu’il nie jusqu’à ce jour.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parfois les brötchen croquent sous la dent, Autrement, Collection Litteratures, 2009 (ISBN 2746712997)
  • Aula, Aufbau Taschenbuch Verlag, 1999 (ISBN 3746611938)