Henry Plée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henry Désiré Plée (2008)

Henry Plée est né le 24 mai 1923 à Arras dans le Nord Pas de Calais. 10e dan (Japon) de karaté, a été le pionnier du karaté en France et en Europe au début des années 1950. Il est en outre 5e dan de judo, 3e dan d'aïkido et 1er dan de kendo. Il est aussi le maître le plus haut gradé hors du Japon.

Né le 24 mai 1923 à Arras (Nord-Pas-de-Calais, France), il fonde en 1955 au 34 rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, dans le 5e arrondissement de Paris, le premier dojo occidental enseignant les quatre piliers des arts martiaux japonais, le judo, le karaté, l'aïkido et le kendo. Éditeur du premier magazine francophone d’arts martiaux (Judo kdk-Budo Magazine de 1950 à 1973) il bouscule les certitudes avec ses «Chroniques martiales» qui paraissent périodiquement dans les colonnes de la presse spécialisée depuis plus de 20 ans[pas clair].

Il est l'auteur avec le légendaire Fujita Saiko du best seller L'Art sublime et ultime des points vitaux (Budo Editions, 1998).

Un professeur renommé[modifier | modifier le code]

Il a été élu « le professeur du siècle »[1],[2] en avril 1999, lors du 14e festival des arts martiaux de Bercy. Son nom est arrivé en première position parmi une liste de 33 maîtres d'arts martiaux nominés et exerçant en France.

Henry Plée entre ses deux enfants enseignants : à sa droite, Thierry (judo-jujitsu) et à sa gauche Pascal (karaté). Maître Henry Plée porte le kimono frappé au blason de son école (casque de samouraï et éventail de commandement) offert par Yoshinaho Nanbu.

Henry Plée a formé un nombre conséquent de pratiquants "remarquables", parmi lesquels :

Citons également :

Vernon Bell, Guy Bourrelet, Thierry Riesser-Nadal, Bernard Cousin, Bernard Bordas, Pierre Portocarrero, Victor Marques, Julien Petitfour, Florence Braunstein, Kacem Zoughari, Raoul Battarel, Jean-Marc Ortega, Jean Pierre Lavoratto, Georges Charles, Gérad Mene-Safrane (dit Smilodon), Philippe Meraud, Jacques Bahut, Patrice Barroux, Jacques Secques, Roland Maroteaux, Roland Hernaez, Bernard Nadoulek, Amidou, Jean-Jacques Sanvert, Jean-Daniel Cauhépé, Eric Phelippot, Jean-Pol de Meester, Arséne Herviou, Jean Coulon, Laurent Perron, Laurent Lasselle, Gérard Baron, Sébastien Villalba, Louis Arpin, Claude Doudou, Jo Pierresteguy, Philippe Meraud, Guy Paeshuys, Raymond Thomas, Bouraoui Chouk, Patrick Baroux, Lionel Loshovarn, Hervé Leydier, Gilles Simon, Bernard Maquin (Champion de France 1957), Gregory Bezruki, Albert Boutboul, Raymond Cocatre, Vincent Day, Jacques Dupre et Béatrice Joffroy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils unique d'Alcide Plée et de Raymonde Bastien, Henri Désiré Plée, commence sa carrière sportive très tôt par la gymnastique, l'haltérophilie, la boxe française, le jujitsu et l'escrime avec son père maître d'armes depuis 1912. Il arrête ses études à 17 ans lors de l'invasion de l'armée allemande de 1940. Il fuit avec ses parents à Toulouse, en zone libre. Il entre à l'Ecole des Beaux Arts et des Sciences Industrielles de Toulouse en 1941 où il suit des études artistiques brillantes (plusieurs fois Prix d"Excellence et Premier prix). Il participe à la Résistance (guide vers l'Espagne) ce qui lui vaut d'être incarcéré à la prison de Toulouse. Il est libéré lorsque l'armée allemande en déroute quitte la zone libre. Henri Plée s'établit alors avec ses parent 43 rue de Clichy à Paris et s'inscrit dès le 27 octobre 1944 au Judo Club de France de Mikonosuke Kawaishi (à cette époque en exil au Japon) pour apprendre le judo sous l'enseignement de Jean Beaujean. Élève doué, sa progression est rapide pour l'époque : 6e kyu le 27/10/1944, 5e kyu le 01/12/1944, 4e kyu le 01/12/45, 3e kyu le 04/02/46, 2e kyu le 19/11/1946, 1er kyu le 02/10/47, 1er dan le 23/01/49 (M. Kawaishi), 2e dan le 06/07/1952 (M. Kawaishi), 3e dan le 14/04/1956 (Ichiro Abe). Il est la 96e ceinture noire française et porte aujourd'hui le 5e dan de judo.

Bon judoka, fort physiquement, le travail des jambes et des poings lui manquait. Il reprend alors la boxe française au club de Banville et s'entraîne avec les meilleurs boxeurs de l'époque (Rigal, Pierre Plasait, Cayron, Pierre Baruzy…). Néanmoins, il est à la recherche d'autre chose…

Il découvre avec Minoru Mochizuki l'aïkido, le bo-jutsu, le kendo. Au travers de la presse anglosaxonne (Life Magazine), transmis par son ami et traducteur de l'édition japonaise de la revue Judo Kodokan, Rikutaro Fukuda, il découvre ce qui sera sa révélation: le karatedo. Fukuda, qui avait appris le karaté sous l'enseignement de Gichin Funakoshi, met Henry Plée en relation avec Donn Draeger qui, vivant au Japon lui transmettra un film d'une séance de karaté. Nous sommes en 1953.

Grades et décorations[modifier | modifier le code]

Karate-dô[modifier | modifier le code]

10e dan, Hanshi, grade décerné au Japon par Maître Tsuneyoshi Ogura en 1987

9e dan, Hanshi, gradé décerné au Japon par Maître Tsuneyoshi Ogura en 1984

8e dan, Shihan, gradé décerné au Japon par Maître Tsuneyoshi Ogura en 1972, validé par la FFKAMA en France en 75

5e dan, Renshi, gradé décerné au Japon par Maître Chojiro Tani

3e dan, gradé décerné en France par Maître Minoru Mochizuki

2e dan, gradé décerné en France par Maître Minoru Mochizuki

1er dan, gradé décerné en France par Maître Minoru Mochizuki

Judo[modifier | modifier le code]

5e dan 3e dan, gradé décerné en France par Maître Ichiro Abe en 1956

2e dan, gradé décerné en France par Maître Mikonosuke Kawaishi en 1952

1er dan, gradé décerné en France par Maître Mikonosuke Kawaishi en 1949

96e ceinture noire française

Aikido[modifier | modifier le code]

3e dan, gradé décerné en France par Maître Masamichi Noro (Aïkido)

2e dan, gradé décerné en France par Maître Tadashi Abe (Aikikai Hombu Dojo)

1er dan, gradé décerné en France par Maître Minoru Mochizuki (Yoseikan Aikido)

Kendo[modifier | modifier le code]

1er dan, gradé décerné en France par Maître Minoru Mochizuki

Bô-jutsu[modifier | modifier le code]

1er dan, gradé décerné en France par Maître Minoru Mochizuki

Médailles civiles[modifier | modifier le code]

Chevalier de la Légion d'Honneur (12/12/2008)

Médaille d'Or de la Jeunesse et des sports

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bienvenue sur le site non-officiel d'Henry Plée
  2. La voix du Nanbudo, n °1, juillet 1999.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chroniques martiales (ISBN 2908580802, épuisé) de Henry Plée, Budo Editions, réédité en version reliée (ISBN 9782846172905), Budo Editions, 2011
  • L'art sublime et ultime des points de vie (ISBN 9782846170482), de Henry Plée, Budo Editions, 2004
  • L'arte sublime ed estrema dei punti vitali (ISBN 88-272-1261-2), en italien, de Henry Plée avec Saiko Fujita, Edizioni Mediterranee Roma, 2002
  • El arte sublime y último de los puntos vitales (ISBN 9782908580990), en espagnol, de Henry Plée avec Saiko Fujita, Budo Editions, 2000
  • L'art sublime et ultime des points de vitaux (ISBN 9782908580815), de Henry Plée avec Saiko Fujita, Budo Editions, 1998
  • Aikido par l'image, de Henry Plée avec Louis Boileau, Judo International, 1975 (épuisé)
  • Official Basic Karate Kata, de Henry Plée avec les dessins de Roland Habersetzer, Judo International, 1973
  • Les points vitaux secrets du corps humain, de Henry Plée sur les travaux de Saiko Fujita, Judo International, 1973 (épuisé)
  • Karate : Beginner to Black Belt, de Henry Plée, en anglais, 1973
  • Karate by Picture (ISBN 9780572000813), de Henry Plée, en anglais, Foulsham Publisher, 1962 (épuisé)
  • Karate par l'image, de Henry Plée, Judo International, 1962
  • L'ABC du karaté, de Henry Plée avec les illustrations de E. Guillo, Editions Chiron, 1957 (épuisé)
  • Vaincre ou mourir, de Henry Plée, Editions Chiron, Midol Editions, 1955 (épuisé)
  • L'annuaire officiel du judo international, de Henry Plée, 1950 (épuisé)
  • L'annuaire officiel du judo international, de Henry Plée, 1948 (épuisé)

En périodique :

  • Judo KdK Magazine, revue parue de 1950 à 1972 (en partie épuisée)
  • Budo Magazine, revue parue de 1969 à 1973 (en partie épuisée)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]