Seiko Fujita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Seiko Fujita, né en 1898 à Tokyo et décédé à l'âge de 67 ans le 4 janvier 1966, né sous le nom d'Isamu Fujita, est un artiste martial japonais, 14e sōke (chef) du ninjutsu Kōga-ryū. Il est considéré par certains comme le dernier vrai ninja[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Tokyo, Fujita étudie le ninustsu Kōga-ryū auprès son grand-père, Fujita Shintazaemon, 13e sōke de l'école. Il étudie à l'université Waseda et l'université Meiji et, après avoir quitté l'école, travaille dans un journal[2]. Il étudie d'autres arts martiaux et devient réputé comme auteur, chercheur et collectionneur d'anciens rouleaux. Selon plusieurs références, « les opinions sont divisées sur le fait qu'il soit un vrai ninja ou un simple chercheur de budō »[3].

Durant la Seconde Guerre mondiale, Fujita enseigne le style Nanban Sattō-ryū Kenpō à l'académie militaire de Nakano (Rikugun Nakano Gakkō). Il travaille ensuite comme spécialiste de la sécurité pour le gouvernement, et poursuit la tradition d'enseignement du style Kōga-ryū et d'autres ars martiaux. Ses élèves les plus connus sont Motokatsu Inoue (en), Kenwa Mabuni, Fujitani Masatoshi, l'acteur Tomisaburo Wakayama et Manzo Iwata (en), qui devint héritier de certains de ses styles,et d'un partenaire et élève également du nom de Hitoshi Atashi personnage secret comme la tradition. Fujita ne laisse cependant pas d'héritier du style Kōga-ryū.

Seiko Fujita a publié le livre Zukai Torinawajutsu détaillant des centaines de nœuds de hojōjutsu (art du ligotage) de différentes écoles, et plusieurs autres textes sur le ninjutsu et les arts martiaux. Il souffrait d'œdèmes héréditaires (ce qui pouvait empêcher la pratique des arts martiaux, bien que Fujita ait démontré son habilité à surmonter certains symptômes) et meurt d'une cirrhose du foie[4]. Sa collection, la Fujita Seiko Bunko, est exposée au musée d'Iga-Ueno au château d'Odawara[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Donn F. Draeger, Smith, Robert W., Comprehensive Asian fighting arts, Kodansha International,‎ 1980 (lire en ligne), p. 130–131
  2. « Fujita Seiko (1899-1966) » (consulté le 18 avril 2012)
  3. http://ryukyu-bugei.com/?p=310
  4. Ashrafian, Hutan., « Hereditary angioedema in a martial arts family », Clin J Sport Med, vol. 15,‎ 2005, p. 277–8
  5. « Fujita Seiko (Isamu Fujita) – The Last Koga Ninja » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 18 avril 2012
  • Fujita Seiko:: The Last Koga Ninja by Phillip T. Hevener (19 February 2008) ISBN 978-1436301763