Hôtel de Galliffet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de Galliffet.
Hôtel de Galliffet
L'Hôtel de Galliffet siège de l'Institut culturel italien.
L'Hôtel de Galliffet siège de l'Institut culturel italien.
Présentation
Type Hôtel particulier
Date de construction 1776-1792
Propriétaire État italien
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Commune Paris
Arrondissement 7e arrondissement
Adresse 73 rue de Grenelle et 50 rue de Varenne
Localisation

L’Hôtel de Galliffet est un hôtel particulier situé à Paris dans le 7e arrondissement, aux 73 rue de Grenelle et 50 rue de Varenne. Il est actuellement le siège de l'Institut culturel italien de Paris et de la délégation italienne auprès de l'OCDE.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel a été construit entre 1776 et 1792 par Étienne-François Le Grand et le sculpteur Jean-Baptiste Boiston pour le marquis Simon-Alexandre de Galliffet, président au Parlement de Provence, à l'emplacement de l'hôtel du président Talon, qui datait de 1680.

Saisi comme bien d'émigré en 1792, il est affecté en 1794 au ministère des Relations extérieures dont Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord sera l'hôte le plus illustre.

En 1821, les héritiers du marquis de Galliffet parvinrent à rentrer en possession de l'hôtel qui est divisé en appartements et en partie loué, notamment à l'infant d'Espagne don Francisco de Paule en 1838 et au nonce du Pape en 1850.

En définitive, l'État italien le loua en totalité en 1894 avant d'en faire l'acquisition en 1909. L'ambassade a été transférée en 1938 à l'hôtel de Boisgelin et l'hôtel de Galliffet abrite aujourd'hui l'Institut culturel italien et la délégation italienne auprès de l'OCDE.

Situé en cœur d'îlot, l'hôtel est relié à la rue de Grenelle par un passage qui est une restitution du XIXe siècle réalisée par l'architecte Jean-Louis Provost, ainsi qu'à la rue de Varenne. Comme l'hôtel qui le précédait, il communiquait également avec la rue du Bac, sur laquelle se trouvait l'entrée sur le jardin, marquée par un porche monumental, au niveau du no 84 (supprimée en 1837).

Les façades sur cour et sur jardin sont célèbres par leur ordre colossal au sol.

Le décor intérieur à l'antique est remarquable, notamment le grand salon avec des reliefs de Boiston. L'escalier date de 1898.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]