Grand sceau des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand sceau des États-Unis
Image illustrative de l'article Grand sceau des États-Unis
Détails
Adoption 1782
Cimier [précision nécessaire]
Écu D'argent à 6 vergettes de gueules, au chef d'azur.
Supports Pygargue à tête blanche affrontée.
Devise E pluribus unum (recto)
Annuit cœptis et Novus Ordo Seclorum (verso).
Autres éléments [précision nécessaire]

Le Grand sceau des États-Unis (Great Seal of the United States) est utilisé pour prouver l'authenticité de certains documents au sein du gouvernement américain. C'est en 1782 qu'il a été utilisé publiquement pour la première fois.

Description[modifier | modifier le code]

Il comporte un pygargue à tête blanche aux ailes déployées tenant un rameau d'olivier dans une serre et treize flèches dans l'autre, l'ensemble symbolisant la paix ainsi que la défense par la guerre. L'oiseau est surmonté par treize étoiles rappelant les treize États originaux. La bannière E Pluribus Unum (littéralement « De plusieurs, un ») rappelle la réunion des 13 États à l'origine des États-Unis.

Les 13 États d'origine sont aussi rappelés par les 13 étoiles au-dessus de l'aigle, les 13 rayures du blason, les 13 flèches, les 13 feuilles et 13 olives du rameau d'olivier (ces deux dernières représentations l'étant par tradition et non formalisées) ainsi que par la phrase "E Pluribus Unum" qui contient 13 lettres.

Bien que les États-Unis n'aient jamais adopté de blason national, le recto du sceau est souvent utilisé comme tel et figure sur les documents de l'État fédéral tels que les passeports ou sur les drapeaux.

Le sceau du président des États-Unis et du Vice-Président sont fortement inspirés du Grand sceau des États-Unis. Mais le sceau du Sénat des États-Unis en est lui plutôt éloigné (avec bonnet phrygien, faisceaux et absence d'aigle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Billet de un dollar[modifier | modifier le code]

Billet de 1 dollar

Le Grand sceau figure sur le verso du billet de un dollar américain. Suite à une décision de Franklin D. Roosevelt, président au moment de sa conception en 1935, le sceau y figure inversé ; le verso du sceau (la face qui inclut l'Œil de la Providence au sommet d'une pyramide) est à gauche et le recto à droite.

Version actuelle[modifier | modifier le code]

La version actuellement utilisée par le Département d'État est sensiblement la même que celle de 1885, elle-même basée sur la version de Lossing, en 1856.

US-GreatSeal-Obverse.png US-GreatSeal-Reverse.png


Le revers du sceau dans les théories du complot[modifier | modifier le code]

De nombreuses théories du complot maçonnique voient dans le revers du Grand sceau un signe de l'influence de la franc-maçonnerie sur le gouvernement des États-Unis. Ces théories s'appuient sur trois principaux arguments:

L'Œil de la Providence[modifier | modifier le code]

Le revers proposé par le 3e comité en 1782

L'Œil de la Providence serait un symbole maçonnique.

Bien que l'Œil de la Providence soit de nos jours un symbole très fréquent dans la franc-maçonnerie des États-Unis, tel n'était pas encore le cas dans les années 1770 et 1780, quand le Grand sceau fut dessiné. Il s'agissait d'un symbole essentiellement chrétien, présent dans de très nombreuses églises. À la différence du triangle seul ou du triangle muni d'un tétragramme (autres représentations chrétiennes traditionnelles de Dieu), il n'apparaît que très rarement dans les premiers documents maçonniques. Ce n'est qu'à partir de 1797, soit plusieurs années après son apparition dans le Grand sceau des États-Unis, qu'il commencera à se répandre dans la franc-maçonnerie [1].

La pyramide[modifier | modifier le code]

Le revers dessiné par Lossing en 1882

La pyramide serait un symbole maçonnique.

On trouve dans le symbolisme maçonnique traditionnel, dès 1745 au moins, une « pierre cubique à pointe », composée d'un cube surmonté d'une pyramide de base carrée, mais aucune pyramide en tant que telle[2]. Les pyramides en tant que telles ne font l'objet d'aucune entrée dans la plupart des ouvrages de référence sur le symbolisme maçonnique. Si elles sont parfois présentes dans l'iconographie maçonnique plus tardive, en particulier pendant la grande période de l'égyptomanie du XIXe siècle, c'est presque toujours à titre d'élément décoratif. On trouve aussi des études personnelles réalisées par des francs-maçons sur le symbolisme de la pyramide, mais pas davantage que sur n'importe quel autre symbole ou sujet de réflexion sans spécificité maçonnique. Enfin, l'aspect « égyptien » de la pyramide du Grand sceau n'apparaît que bien après sa création, sur la version dessinée par l'historien Benson John Lossing, en 1882. Précédemment, le dessin ne présente pas véritablement une pyramide, mais plutôt un empilement de 13 marches de tailles décroissantes.

L'appartenance des créateurs du sceau à la franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Lettres des devises permettant de reconstituer le mot « mason ».

Les concepteurs du sceau auraient tous été francs-maçons.

Tel n'est pas le cas[3]. Benjamin Franklin était indiscutablement franc-maçon et avait été, entre autres, Vénérable de la loge des Neuf Sœurs pendant deux ans, mais aucune de ses propositions pour le sceau ne fut retenue[4]. Parmi les quatre dont les idées furent retenues, ni Charles Thomson ni Pierre Du Simitière ni William Barton n'étaient franc-maçons. En ce qui concerne Francis Hopkinson, une possible appartenance maçonnique a parfois été évoquée, mais n'a jamais pu être démontrée[5],[6].


D'autres « indices », ou supposés tels, ont été signalés par les tenants des théories du complot maçonnique, comme le décryptage du mot « mason » en superposant deux triangles (voir figure ci-contre), ou encore le fait que l'année de la déclaration d'indépendance des États-Unis, gravée à la base de la pyramide, soit également celle de la fondation des Illuminés de Bavière.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Masonic Dollar? », Freemasons-freemasonry.com (consulté le 2013-12-26)
  2. Sur cette illustration de 1745, en haut à droite, numéro 14.
  3. « Associated Press story, Tuesday, February 12, 2008 as hosted by », Foxnews.com,‎ 2008-02-12 (consulté le 2013-12-26)
  4. Hodapp, Christopher; Freemasons for Dummies, Wiley Publishing, 2005, pp 155–156
  5. Design by King & Associates (www.edking.com), « the Masonic Service Association », Msana.com (consulté le 2013-12-26)
  6. (en) Richard S. Patterson et Richardson Dougall, The Eagle and the Shield: a History of the Great Seal of the United States, Department of State, Office of the Historian, Bureau of Public Affairs,‎ 1978 (lire en ligne), p. 529

Articles connexes[modifier | modifier le code]