Armoiries du Venezuela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EscudoRBolivariana.jpg

Les armoiries du Venezuela ont été adoptées par le Congrès de la République le 18 avril 1836. Elles forment un écu à trois quartiers représentant :

  • La gerbe de blé qu'abrite le premier quartier sur champ rouge symbolise la richesse de la nation, les épis signifient l'union des États au Venezuela.
  • Le deuxième quartier réunit sur champ jaune des symboles de victoire militaire, soit trois lances, deux épées et deux drapeaux nationaux serrés à l'aide d'une couronne de laurier. Un arc et des flèches ainsi qu'un canöe ont été ajoutés pour représenter les peuples indigènes, une machette en hommage aux racines des descendants d’origine africaine.
  • Le troisième quartier montre sur fond bleu un cheval indompté pour signifier la liberté et l'indépendance.Ce cheval allait vers la droite et a été remplacé par un cheval allant vers la gauche sous la présidence d'Hugo Chavez car ce cheval allant vers la droite était considéré comme un symbole réactionnaire alors que le nouveau cheval galope à toute vitesse vers la gauche et montre la nouvelle orientation du pays.
  • Le casque de l'écu consiste en deux cornes d'abondance, symboles de prospérité. Une branche d'olivier et une branche de laurier sont maintenues par un ruban tricolore.
  • les plantes à côté de l'écu représentent la joie de vivre des citoyens

Le 7 mars 2006, Le Parlement du Venezuela adopte la modification du drapeau national afin de l’adapter à la « révolution socialiste » du président Hugo Chávez, à l’initiative du projet. Entièrement contrôlé par les partisans du chef de l’État suite au boycott des élections législatives par l’opposition en décembre, le Parlement a approuvé l’ajout d’une huitième étoile en hommage au héros national Simon Bolivar, libérateur de l’Amérique latine et inspirateur de l’idéologie du régime. Les députés vénézuéliens ont également modifié le galop du cheval blanc figurant sur l’écusson national afin de le tourner, non plus vers la droite, mais vers la gauche, afin de symboliser l’orientation politique du gouvernement. Le Parlement a également décidé certains ajouts sur l’écusson, tels qu’un kayak, un arc et une flèche représentant les armes des indigènes ou une machette de paysan, en hommage aux racines des descendants d’origine africaine.