Giovanni Andrea Archetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni Andrea Archetti
Image illustrative de l'article Giovanni Andrea Archetti
Biographie
Naissance 11 septembre 1731
Brescia
Ordination sacerdotale 10 septembre 1775
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
16 décembre 1782
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Eusebio
Cardinal-évêque de Sabina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 17 septembre 1775
Fonctions épiscopales Nonce apostolique en Pologne
Évêque titulaire de Calcedonia
Évêque d'Ascoli Piceno
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Giovanni Andrea Archetti (né le 11 septembre 1731 à Brescia en Lombardie[1], et mort le 5 novembre 1805 à Ascoli[1]) est un cardinal italien du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Archetti est envoyé à Bologne en 1756 comme vice-légat[1]. En 1775, alors qu'il est nonce apostolique à Varsovie, il exprime la même position intransigeante que son prédécesseur Giuseppe Garampi dans les confrontations entre les Jésuites et la Russie blanche[1]. Il est nommé évêque titulaire in partibus de Calcedonia (actuel Kadıköy, quartier de Istanbul)[1]. Arrivé à Varsovie au printemps 1776, il en repart fin 1784.

Giovanni Andrea Archetti est nonce extraordinaire à Saint-Pétersbourg auprès de Catherine II du 4 juillet 1783 à juin 1784[1].

Le pape Pie VI le crée cardinal-diacre lors du consistoire du 16 décembre 1782. Il est nommé légat à Bologne en 1785 et évêque d'Ascoli Piceno le 1er juin 1795[1]. Il participe au conclave de 1799-1800 à Venise, lors duquel Pie VII est élu pape.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • (it) Marek Inglot, La Compagnia di Gesù nell'Impero Russo (1772-1820) e la sua parte nella restaurazione generale della Compagnia, Rome, Editrice Pontificia Università Gregoriana,‎ 1997, 337 p. (ISBN 8876527222, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (Inglot 1997, p. 69)