Günter M. Ziegler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ziegler.
Günter M. Ziegler, en 2006

Günter M. Ziegler (né le 19 mai 1963 à Munich) est un mathématicien allemand. Ziegler est connu pour ses recherches dans le domaine des mathématiques discrètes et en géométrie, et particulièrement la combinatoire des polytopes (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ziegler a fait ses études à l'Université Louis-et-Maximilien de Munich de 1981 à 1984, et a reçu son Ph.D. au Massachusetts Institute of Technology à Cambridge, Massachusetts en 1987, sous la direction d'Anders Björner (en). Après des postes de post-doctorant à l'Université d'Augsbourg et à l'Institut Mittag-Leffler, il a reçu son habilitation en 1992 à l'Université technique de Berlin, où il est devenu professeur en 1995[1],[2]. Ziegler est ensuite allé à l'Université libre de Berlin.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Ziegler a reçu le prix Gerhard Hess d'un million de deutschemarks décerné par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) en 1994 et le Prix Gottfried Wilhelm Leibniz de 1,5 million de deutschemarks, le prix plus prestigieux allemand en matière de recherche, attribué par la DFG en 2001[1],[3]. En 2006, la Mathematical Association of America a accordé à Ziegler et Florian Pfender le Prix Chauvenet, sa plus haute récompense en mathématiques, pour leur papier sur le nombre de Kissing (en)[2],[4].

En 2006 il est devenu président pour deux ans de la Deutsche Mathematiker-Vereinigung[2].

Choix de publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mathematics People », Notices of the American Mathematical Society,‎ mai 2001, p. 511–513 (lire en ligne)
  2. a, b et c January 2006 prizes and awards, American Mathematical Society.
  3. page de la DFG citant Ziegler comme récipiendaire du prix Leibniz.
  4. Florian Pfender et Günter M. Ziegler, « Kissing numbers, sphere packings, and some unexpected proofs », Notices of the American Mathematical Society,‎ septembre 2004, p. 873–883 (lire en ligne).