Gérard Mairet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gérard Mairet (né en 1943) est un philosophe français, professeur de philosophie au département de science politique de l'Université de Paris VIII. Il a été professeur invité à l'University of California at Los Angeles (UCLA), chercheur invité résident au Getty Research Institute à Los Angeles et, dans les années 1970 et 1980 il a enseigné aux universités d'Ottawa et de Yaoundé. Il a été invité en séminaire dans diverses universités européennes, notamment à Londres, Sarajevo, Stockholm, Florence, Rome, et récemment à Lisbonne et Budapest.

Influencé dans ses années d'apprentissage à la Sorbonne par l'œuvre d'Éric Weil, et les enseignements de Jean Wahl, Jean Hyppolite, Yvon Belaval, François Châtelet, Mairet écrit que la philosophie est « la pensée du concept » et la philosophie politique « la pensée de la liberté pensée ». Philosopher, c'est donc penser le monde tel qu'il est ; c'est ainsi que son dernier ouvrage, La Fable du Monde, traduit en anglais, se présente comme une Enquête philosophique sur la liberté de notre temps où le concept moderne de souveraineté est élaboré dans la forme de son « achèvement ».

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • 1974, Le Discours et l'historique. Essai sur la représentation historienne du temps, Mame.
  • 1978, Les doctrines du pouvoir, les fondements de la pensée politique, Gallimard.
    • Nouvelle édition augmentée en 1996, sous le titre Le Principe de souveraineté. Histoires et fondements du pouvoir moderne, Gallimard, réédition dans la collection « Folio-Essai », 1997.
  • 1987, Le Dieu mortel. Essai de non-philosophie de l'Etat, PUF.
  • 1989, Discours d'Europe. Souveraineté, citoyenneté, démocratie, La Découverte
  • 1991, Maître Félin
  • 2000, Le Léviathan de Hobbes, Ellipses.
  • 2005, La Fable du monde. Enquête philosophique sur la liberté de notre temps Gallimard, « Nrf essais ».
  • 2012, Nature et souveraineté, La bibliothèque du citoyen.

Éditions et traductions[modifier | modifier le code]

Outre ses ouvrages théoriques, depuis une trentaine d'années il a édité et commenté plusieurs auteurs, renouvelant ainsi l'étude de la souveraineté, notamment Adam Smith, La Richesse des nations (Gallimard, Idées, 1976, rééd. Folio, 1990), Jean Bodin, Les Six Livres de la République (Le Livre de Poche, 1993), les Ecrits politiques de Jean-Jacques Rousseau (Le Livre de Poche, 1992). Il est également l'auteur d'une traduction intégrale et inédite du Léviathan de Thomas Hobbes (Gallimard, Folio, 6e édition, 2009) avec commentaires et notes.