Jean Hyppolite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buste de Jean Hyppolite par Jean-Marie Meslin dans la cour du lycée Jean Hyppolite de Jonzac (Charente-Maritime).

Jean Hyppolite, né le à Jonzac et mort le à Paris, est un philosophe français, spécialiste de Hegel ; il a été professeur au Collège de France après avoir dirigé l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm.

Successeur de Martial Guéroult au Collège de France et proche ami de Maurice Merleau-Ponty, il a été un pédagogue renommé, célébré par ses élèves, dont Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Gérard Granel ou Étienne Balibar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Hyppolite entre à l'École normale supérieure en même temps que Jean-Paul Sartre, Georges Canguilhem et Raymond Aron. Il assiste aux cours de Kojève sur la Phénoménologie de l'esprit de Hegel à l'École pratique des hautes études.

Professeur au lycée Henri-IV, où il a pour élève Gilles Deleuze, il est ensuite professeur à l'Université de Strasbourg, aux côtés de Georges Canguilhem, puis à la Sorbonne avant de devenir directeur de l'École normale supérieure (Ulm) en 1954, fonction qu'il exerce pendant neuf ans tout en poursuivant ses activités d'enseignement. En 1963, il est élu au Collège de France, en tant que titulaire de la Chaire d'histoire de la pensée philosophique, succédant à Martial Guéroult qui était titulaire de la chaire d'histoire des systèmes philosophiques. Les deux volumes Figures de la pensée philosophiques rassemblent ainsi divers textes d'histoire de la philosophie, portant sur Platon, Descartes, Fichte, Hegel, Marx, Freud, Bergson, Husserl, Alain, Jaspers, Heidegger, Bachelard, Merleau-Ponty et Sartre.

Un historien de la philosophie ?[modifier | modifier le code]

Comme nombre de ses contemporains, il s'intéressait beaucoup à l'existentialisme et à la phénoménologie, ainsi qu'au structuralisme et au marxisme. Par ailleurs, sa leçon inaugurale au Collège de France fait état de son intérêt pour la spécificité de la philosophie par rapport à l'histoire et aux sciences, explorant notamment le concept d'une vérité philosophique distincte des vérités scientifiques, à partir du constat qu'un système philosophique ancien ne se laisse pas dépasser par les philosophies plus nouvelles. Il s'interroge également, après Husserl et Heidegger, sur ce que signifie faire de la philosophie après Hegel, dernier auteur d'un système philosophique: s'il accepte, à la rigueur, l'idée heideggérienne d'une « fin de la métaphysique », il considère toutefois que la philosophie continue à jouer son rôle, bien que celui-ci soit modifié, notamment en raison du progrès scientifique. Pour lui, la philosophie se caractérise à la fois par une exigence de cohérence, qu'on voit à l'oeuvre dans l'analyse des démonstrations effectuées par les auteurs de systèmes philosophiques, et par l'exigence de rendre compte de l'expérience vécue. La première exigence distingue la philosophie de l'art, la seconde des sciences. Cette démarche est illustrée, par exemple, par le fait de publier la traduction de la Phénoménologie de l'esprit avant d'en proposer le commentaire. Canguilhem écrivait ainsi:

« Quoi de plus simple – mais quelle singularité à l’époque -, que cette déclaration dans la Préface à la traduction de la Phénoménologie de l’esprit : « C’est en préparant un travail d’ensemble sur la Phénoménologie que nous avons été conduit à rédiger cette traduction. » Hyppolite traduit le texte qu’il entend commenter, en publie la traduction avant le commentaire, met n’importe qui en mesure de confronter le commentaire au texte. La probité, en philosophie comme ailleurs, consiste à exposer sa preuve à l’improbation éventuelle[1]. »

A l'instar de Guéroult, Jean Hyppolite est l'une des principales figures de la tradition française d'histoire de la philosophie, qui considère que celle-ci fait partie de la philosophie elle-même. C'est d'ailleurs, selon lui, l'un des enseignements d'Hegel, qui a voulu récapituler dans son système l'ensemble de l'histoire de la pensée philosophique. Sa conception de l'histoire de la philosophie est pour autant complexe, comme l'indique le titulé de sa chaire au Collège de France, ce que rappelle Michel Foucault: « Historien de la philosophie, ce n’est pas ainsi qu’il se définissait lui-même. Plus volontiers, plus exactement, il parlait d’une histoire de la pensée philosophique. Dans cette différence se logeaient sans doute la singularité et l’ampleur de son entreprise[2]. »

Traducteur de Hegel[modifier | modifier le code]

Jean Hyppolite reste célèbre pour son travail sur Hegel et, de façon plus générale, pour ses travaux d'histoire de la philosophie. Il a écrit la première traduction française de la Phénoménologie de l'esprit et publié un grand commentaire de cet ouvrage, intitulé Genèse et structure de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel (Paris, Aubier-Montaigne, 1946). Parmi ses remarquables ouvrages sur l'hégélianisme, il faut également signaler son Introduction à la philosophie de l'histoire de Hegel et Logique et Existence. Sa connaissance intime de Hegel n'allait cependant pas de pair avec un hégélianisme, comme chez Kojève: à plusieurs reprises, Hyppolite prenait ses distances avec la dialectique hégélienne ou son projet systématique, affirmant ainsi, par exemple, dans ses travaux sur Fichte que celui-ci était plus actuel que Hegel, en raison de l'ouverture et de l'actualité des problèmes qu'il avait posé.

À propos de sa traduction de la Phénoménologie de l'esprit, on peut citer cette remarque d'Alain Badiou : « J'ai été extraordinairement frappé par une observation que m'a faite une fois un de mes traducteurs en allemand, Jürgen Brankel, un philosophe de Hambourg, qui m'a déclaré qu'il était passionné par la traduction française de la Phénoménologie de l'esprit par Jean Hyppolite, infiniment plus que par le livre de Hegel. Il considérait qu'en réalité, le livre de Hegel en allemand était un livre passablement informe, brouillé, un typique livre de jeunesse, disait-il, et que Hyppolite en avait fait un véritable monument, tout à fait nouveau et que, en vérité, il fallait distinguer tout à fait la Phénoménologie de l'esprit de Hegel et la traduction de la Phénoménologie de l'esprit par Hyppolite, qui était un livre de plein exercice dans lequel selon lui la philosophie allemande devait immédiatement et impérativement puiser. »[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Un lycée de Jonzac porte son nom[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Bianco (éd.), Jean Hyppolite, entre structure et existence, Paris, Presses de la rue d'Ulm, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Pierre Macherey, ENTRE PHILOSOPHIE ET HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE : LE HEGEL DE JEAN HYPPOLITE, ENS Ulm - Journée d’études consacrée à Jean Hyppolite (salle des Actes, samedi 27 mai 2006)
  2. Foucault, allocution d’hommage prononcée le 19 janvier 1969, publiée dans le n°2 de la Revue de Métaphysique et de Morale de cette même année et reprise dans le t. I des Dits et Ecrit (éd. Gallimard, 1994, p. 779-785), citée par Pierre Macherey, ENTRE PHILOSOPHIE ET HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE : LE HEGEL DE JEAN HYPPOLITE, ENS Ulm - Journée d’études consacrée à Jean Hyppolite (salle des Actes, samedi 27 mai 2006)
  3. A. Badiou, « Jean Hyppolite, Un style philosophique », conférence prononcée lors du colloque Jean Hyppolite, entre structure et existence qui se déroula à l'école normale supérieure le 27 mai 2006.
  4. Cf. site web du Lycée Jean-Hyppolite, consulté le 10 août 2013.