Ferrocolumbite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferrocolumbite
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[1]
Ferrocolumbite
Général
Classe de Strunz 4.DB.35
Formule brute FeNb2O6FeO.Nb2O5
Identification
Masse formulaire[2] 337,654 ± 0,004 uma
Fe 16,54 %, Nb 55,03 %, O 28,43 %,
Couleur Noir à noir brunâtre
Système cristallin Orthorhombique, (2/m 2/m 2/m), Groupe spatial = Pcan
Clivage [010] Distinct
Cassure Sub Conchoïdal
Habitus Massif ou granulaire, généralement la texture observée dans le granit ou d'autres roches magmatiques est strié avec des lignes parallèles sur la surface du cristal ainsi que sur ses faces de clivage
Échelle de Mohs 6
Trait brun foncé
Propriétés optiques
Biréfringence Biaxial (+), b=2.29-2.4
Propriétés chimiques
Densité 5.3 - 7.3, moyenne = 6.3
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La columbite ou niobite, niobite-tantalite ou encore columbate vient en fait de la subdivision de la colombite qui regroupait en réalité deux minéraux distincts de même type, une forme fer et une forme manganèse. Ce minéral noirâtre est en association avec le niobium et le tantale.

Découverte[modifier | modifier le code]

Découverte pour la première fois à Haddam, dans le comté de Middlesex, au nord-est des États-Unis.

Associations[modifier | modifier le code]

Taille[modifier | modifier le code]

Le plus grand cristal jamais découvert était une plaque faisant 6 mm d'épaisseur et 61X76 cm[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. P. Cerny et al. "The tantalite-tapiolite gap: natural assemblages versus experimental data" Canadian Mineralogist 30 (1992) 587 free download
  4. free download
  5. (en) P. C. Rickwood, « The largest crystals », American Mineralogist, vol. 66,‎ 1981, p. 885–907 (lire en ligne)