Kutnohorite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kutnohorite
Catégorie V : carbonates et nitrates[1]
 Kutnohorite & aragonite - Levane Italie (vue 1,5 cm)

Kutnohorite & aragonite - Levane Italie (vue 1,5 cm)
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute Ca (Mn+2,Mg,Fe+2) (CO3)2
Identification
Masse formulaire 205.94 uma
Couleur blanc; rose pâle; jaune pâle; brun pâle.
Classe cristalline et groupe d'espace rhomboédrique; R\bar{3}
Système cristallin trigonal
Réseau de Bravais hexagonal rhomboédrique R
Clivage parfait sur {1011} (par analogie avec le groupe)
Cassure subconchoïdale
Habitus massif ; agrégat ; Sphérules polycristallines jusqu'à 2 cm
Échelle de Mohs de 3,5 à 4
Trait blanc
Éclat vitreux; mat
Propriétés optiques
Indice de réfraction e=1.535, w=1.727
Biréfringence Uniaxial (-);0.1920.
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 3,12
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La kutnohorite est une espèce minérale rare, composée de carbonate de fer, manganèse et magnésium, de formule idéale Ca (Mn+2,Mg,Fe+2) (CO3)2.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par le minéralogiste Bukovsky en 1901[2], le nom dérive du topotype de l’espèce [3].

Topotype[modifier | modifier le code]

Gisement 
Poličany, Kutná Hora (Kuttenberg), Stredocesky Kraj, Bohème, République tchèque.
Échantillons 
Les spécimens de références sont déposés à l'université Harvard, Cambridge, Massachusetts, États-Unis, N°109033, 111690, et 85670.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • kutnahorite

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle forme une série avec l’ankérite et une série avec la dolomite.
  • La Kutnohorite fait partie du groupe de la dolomite
Groupe de la dolomite

Le groupe de la dolomite est composé de minéraux de formule générale AB(CO3)2A peut être une atome de calcium, de baryum et ou de strontium. B peut être le fer, le magnésium, le zinc et ou le manganèse. Avec la même structure cristalline.

Les borates nordenskoldine et tusionite sont isostructuraux aux minéraux du groupe de la dolomite.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 4.85, c = 16.34, Z = 3; V = 332.86
  • Densité calculée = 3,08 g⋅cm-3

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
Minéral typique des dépôts sédimentaires manganésifères.
Minéraux associés 
aragonite, calcite, Rhodochrosite.

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Belgique
Rahier, Stoumont, vallée de la Lienne, massif de Stavelot, Liège[4]
  • Canada
Carrière Poudrette, Mont Saint-Hilaire, Rouville Co., Montérégie, Québec[5]
  • France
Mine de Châtillon, Villapourçon, Nièvre[6]
Brachy, Esplas-de-Sérou, Saint-Girons, Ariège, Midi-Pyrénées [7]
Mine de Coustou, Vielle Aure, Vallée de l'Aure, Hautes-Pyrénées, Midi-Pyrénées [8]
  • Italie
Levane, Bucine, Valdarno (Val d'Arno), Province d'Arezzo, Toscane[9]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Bukowsky (1901) Anz. III Congress böhm. Naturfor. und Ärzte, Prague: 293.
  3. MINER Database von Jacques Lapaire - Minéraux et étymologie
  4. Schreyer, W., Franslet, A.M., et Abraham, K. (1986) A miscibility gap in trioctahedral Mn-Mg-Fe chlorites: evidence from the Lienne Valley manganese deposit, Ardennes, Belgique. Contrib. Mineral. Petrol.: 94: 333-342.
  5. Horváth, L and Gault, R.A. (1990), The mineralogy of Mont Saint-Hilaire Quebec. Mineralogical Record: 21: 284-359.
  6. Bull. Soc. Franç. Minéralo. Cristallo. , 1974, 97, pp. 491-493.
  7. Bull. Soc. Franç. Minéral. Cristallogr., 1974, 97, pp. 475-478
  8. DE ASCENCAO GUEDES R., TIXADOR Y., CASTERET A. & GOUJOU JC. (2002) La mine de Coustou, Vielle-Aure, Hautes-Pyrénées. Le Règne Minéral, 47, 23-31
  9. Corazza, M., Pratesi, G., & Braga, R. (1994) Minerals of the Upper Arno River Valley, Tuscany, Italy. Mineralogical Record: 25: 293-299.