Federigo Enriques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Federigo Enriques

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Federigo Enriques en 1914

Naissance 5 janvier 1871
Livourne (Drapeau de l'Italie Italie)
Décès 14 juin 1946 (à 75 ans)
Rome (Italie)
Champs Géométrie analytique

Federigo Enriques (5 janvier 187114 juin 1946) est un mathématicien italien, surtout connu aujourd'hui pour sa classification birationnelle des surfaces algébriques et pour d'autres contributions à la géométrie algébrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Federigo Enriques est né à Livourne et a grandi à Pise, dans une famille juive d'origine portugaise. Il a été un étudiant de Guido Castelnuovo, puis est devenu un membre majeur de l'école italienne de géométrie algébrique. Il a aussi travaillé en géométrie différentielle. Il a collaboré avec Castelnuovo, Corrado Segre et Francesco Severi. Il a été professeur à l'université de Bologne, puis à l'université de Rome « La Sapienza » jusqu'à son éviction en 1938, par antisémitisme de l'administration fasciste.

La classification par Enriques (en) des surfaces algébriques à équivalence birationnelle (en) près, les range dans cinq classes principales. Elle a servi de base aux travaux ultérieurs, jusqu'aux progrès accomplis par Kodaira dans les années 1950. La plus grande classe, en un certain sens, est celle des surfaces de type général : celles pour lesquelles les formes différentielles fournissent des systèmes linéaires qui suffisent à rendre visible toute la géométrie. Le travail de l'école italienne de géométrie algébrique (en) avait permis de reconnaître aussi les autres classes d'équivalence. Les surfaces rationnelles (en), et plus généralement les surfaces réglées (qui comprennent les quadriques et les cubiques dans l'espace projectif de dimension 3) sont les plus simples du point de vue géométrique.

Federigo Enriques est aussi l'auteur des "Leçons de Géométrie Projective" qui fit longtemps autorité dans cette branche des mathématiques et qui fut traduit de l'italien par P. Laberenne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Comptes rendus sur Scientia (en français)