Eric Williams (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eric Williams.
Eric Williams
Fonctions
1er premier ministre de Trinité-et-Tobago
196129 mars 1981
Prédécesseur néant
Successeur George Chambers
Premier de Trinité-et-Tobago
19591961
Prédécesseur néant
Successeur néant
Chief Minister de Trinité-et-Tobago
10 novembre 19561959
Prédécesseur Albert Gomes
Successeur néant
Biographie
Nom de naissance Eric Eustace Williams
Date de naissance 25 septembre 1911
Lieu de naissance Port-d'Espagne, Trinité-et-Tobago
Date de décès 29 mars 1981 (à 69 ans)
Lieu de décès Port-d'Espagne, Trinité-et-Tobago
Nationalité Trinidadienne
Parti politique Mouvement national du peuple
Profession Historien

Eric Williams (homme politique)
Premiers ministres de Trinité-et-Tobago

Eric Eustace Williams était un historien et homme politique trinidadien né le 25 septembre 1911 à Port-d'Espagne et mort le 29 mars 1981, chef du gouvernement de 1956 à son décès. Parallèlement à son activité politique, il a produit aussi une œuvre historique majeure sur la Caraïbe. Il a notamment développé une thèse, contestée, visant à lier l'essor de la Grande-Bretagne de la première révolution industrielle et les profits du commerce triangulaire, jusqu'à établir un lien de causalité entre les deux phénomènes[1] : c'est l'objet de son ouvrage majeur, Capitalism & slavery (1944).

Biographie[modifier | modifier le code]

Eric Williams nait en le 25 septembre 1911 à Port-d'Espagne. il est le fils d'un petit fonctionnaire des Postes. il mène de brillantes études au Queen's Royal College avant d'obtenir une "Bourse insulaire" (Island Scholarship) pour l'Université d'Oxford. Il soutient sa thèse en 1938, intitulée The Economic Aspect of the West Indian Slave Trade and Slavery, elle est à l'origine de son œuvre la plus célèbre, Capitalism & slavery, publiée en 1944.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

En 1939, il devient enseignant à Howard University où il est nommé Full professor en 1947. En 1944, il publie un ouvrage de référence sur les relations entre esclavage et capitalisme.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Sa carrière politique commence en 1942, avec une série de conférence qu'il tient à Trinité-et-Tobago intitulée : "The West Indian Situation in the Perspective of World Affairs" (La situation des Antilles dans une perspective mondiale). Ces conférences connurent un grand succès. Peu de temps après, il devient président délégué de la Commission caribéenne. Mais ses relations sont difficiles avec les représentants des puissances coloniales (États-Unis, Royaume-Uni, France et Pays-Bas), et le Dr Williams se consacre à l'éducation politique et culturelle de son peuple. Le 21 juin 1955, son mandat n'est pas renouvelé par la Commission caribéenne.
Le Dr Williams commence alors une série de conférence en plein air dans les rues de Port-d'Espagne et acquièrent une grande popularité dans la population, mais ses positions en faveur du contrôle des naissances l'oppose à l'Église catholique romaine. La rumeur commence alors à courir qu'il est communiste, sa popularité ne faiblit cependant pas.

Chief minister (1956-1959) puis Premier (1959-1962) : De la fédération à l'indépendance[modifier | modifier le code]

En janvier 1956, il fonde le Mouvement national du peuple ((en) People's National Movement : PNM) dans la perspective des élections générales de novembre suivant. Son parti remporte treize siège sur vingt-quatre et le Dr Williams devient Chief minister. Comme chef du gouvernement de Trinité-et-Tobago, il participe à la création de la Fédération des Indes occidentales ((en) : West Indies Federation) en janvier 1958. Cependant les problèmes de leadership entre les différents territoires de la Fédération amène peu à peu à l'échec, et sous l'impulsion du Dr Williams, le Parlement de Trinité-et-Tobago refuse de participer à une fédération dont serait absente la Jamaïque. Trinité-et-Tobago devient alors un état indépendant le 31 août 1962.

Premier Premier ministre de Trinité-et-Tobago (1961-1981)[modifier | modifier le code]

Après avoir gagné l'indépendance, le Dr Williams doit affronter à la fin des années 60 la monté du Black Power dans les milieux étudiants. Des émeutes ont lieu, notamment sur le Campus de Saint Augustine de l'Université des Indes occidentales.
En 1981, Eric Williams meurt sans avoir abandonné son poste de Premier ministre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres d'Eric Williams[modifier | modifier le code]

  • (en) Eric Williams, The Negro in the Caribbean, Washington D.C., Associates in Negro Folk Education,‎ 1942, 119 p.
  • (en) Eric Williams, Capitalism & slavery, Chapel Hill, Univ. of North Carolina Press,‎ 1944, 285 p.
  • (en) Eric Williams (préf. John Dewey), Education in the British West Indies, Port-of-Spain, Printed by Guardian Commercial Printery,‎ 1950, 167 p.
  • (en) Eric Williams, Constitution reform in Trinidad and Tobago, Port-of-Spain,‎ 1955, 36 p.
  • (en) Eric Williams, The case for party politics in Trinidad and Tobago, Port-of-Spain, Printed by the College Press,‎ 1955, 36 p.
  • (en) Eric Williams, The historical background of race relations in the Caribbean, Port-of-Spain,‎ 1955, 35 p.
  • (en) Eric Williams, History of the people of Trinidad & Tobago, Port-of-Spain, Printed by PNM Pub. Co.,‎ 1962, 294 p.
  • (en) Eric Williams, British historians and the West Indies, Port-of-Spain, Printed by PNM Pub. Co.,‎ 1964, 187 p.
  • (en) Eric Williams, Inward hunger : the education of a prime minister, London, Deutsch,‎ 1969, 352 p. (ISBN 0233960554)
  • (en) Eric Williams, From Columbus to Castro : the history of the Caribbean, 1492-1969, London, Deutsch,‎ 1970, 576 p. (ISBN 0233961631)

Œuvres sur Eric Williams[modifier | modifier le code]

  • (en) Selwyn Reginald Cudjoe (dir.), Eric E. Williams speaks : essays on colonialism and independence, Wellesley, Calaloux Publications,‎ 1970, 436 p. (ISBN 0870238876 et 0870238884)
  • (en) Ken Boodhoo, The elusive Eric Williams, Kingston, I. Randle,‎ 2001, 302 p. (ISBN 9766370591 et 9766370508)
  • (en) Colin A. Palmer, Eric Williams & the making of the modern Caribbean, Chapel Hill, University of North Carolina Press,‎ 2006, 302 p. (ISBN 0807829870)
  • (en) Selwyn Ryan, Eric Williams : the myth and the man, Kingston, University of the West Indies Press,‎ 2009, 842 p. (ISBN 9789766402075)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géraldine Vaughan, Clarisse Berthezene, Pierre Purseigle, Julien Vincent, Le monde britannique 1815-1931, Historiographie, Bibliographie, Enjeux, Belin, 2010, p. 75