Enrichetta d'Este

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Enrichetta d'Este (née à Modène le 27 mai 1702 et morte à Borgo San Donnino le 30 janvier 1777) fut duchesse de Parme après son mariage avec Antoine Farnèse et membre du conseil de régence après la mort de celui-ci et jusqu'en septembre 1731. À la mort de son père, Rinaldo d'Este en 1737, elle fut un temps, avec sa sœur Amélie, régente du duché de Modène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enrichetta d'Este est la fille du duc de Modène et de Reggio d'Émilie Rinaldo d'Este et de la princesse Charlotte de Brunswick-Lunebourg, fille du duc de Brunswick-Lunebourg.

Le mariage est célébré le 5 février 1728, le marié est représenté par le prince héritier de Modène François III de Modène. En raison des nombreux liens de sang entre les deux familles, une dispense papale est nécessaire pour autoriser le mariage. La nouvelle duchesse fait son entrée à Parme le 6 juillet par la porte San Michele au milieu d'une allée de parmesans qui l’acclame. Le mariage est suivi de fêtes somptueuses, des représentations théâtrales[1] ont lieu jusqu’en 1730.

Le 20 janvier 1731 Enrichetta se retrouve veuve. Le veille de sa mort, le duc Antoine proclame comme héritier universel, le « ventre enceint » de son épouse. Le régence est assurée par un groupe composé de la veuve du duc, de l’évêque, du premier secrétaire d’État, du majordome et de deux gentilshommes de la cour. Le duché est convoité par l'Autriche et l'Espagne et il est prévu, que dans le cas où un garçon ne verrait pas le jour, que le duché aille aux fils de sa nièce Élisabeth Farnèse, reine d'Espagne.

Le 22 janvier, le comte Carlo Stampa de Soncino, plénipotentiaire de l’empereur en Italie, occupe Parme avec 20 compagnies d’infanterie et quatre de cavalerie. Le pape Clément XII, par deux brefs apostoliques datés du 25 et du 31 janvier, fait valoir ses droits sur la souveraineté du duché. L’occupation irrite le pape qui se limite à une protestation formelle. Le 22 juillet, en raison du traité de Séville, 6 000 soldats espagnols entrent en Toscane et à Parme. Les forces armées sont de nouveau équilibrées mais au détriment du Saint-Siège. Ce sont des mois d’attente, la duchesse incertaine quant à son état est soumise à de régulières visites gynécologiques, jusqu’au 31 mai, où sur l’insistance d’Élisabeth, on impose à Enrichetta une « inspection corporelle solennelle ». Sont présents don Bernardo Espelletta, le marquis de Monteleone et Neri Lapi pour l’Espagne, les membres du conseil de régence, trois médecins et Dorothée Sophie de Neubourg, duchesse douairière de Parme, belle-sœur d'Enrichetta et mère de la reine d'Espagne. Les quatre sages-femmes entrent dans la chambre de la duchesse et en sortent en certifiant qu’elle est enceinte de six mois. Un acte public est immédiatement rédigé et envoyé à routes les cours européennes. Cependant Élisabeth n’est pas convaincue et après un nouvel examen le 14 septembre, on annonce l’absence de grossesse. L’espoir de la poursuite d’une lignée masculine Farnèse s’éteint.

Enrichetta, ne pouvant revenir à Modène en raison du refus de son père, se retire dans une propriété de Colorno escortée par les gardes suisses, les gardes irlandais et un détachement de cavalerie impériale offert par le comte Stampa. En décembre, elle retourne au palais ducal pour rendre à Élisabeth les joyaux de famille qu’elle a en sa possession. Le 29 décembre 1731, le conseil de la régence remet son mandat aux mains de Dorothée Sophie de Neubourg, régente au nom de Charles d'Espagne, son petit-fils.

Enrichetta, par la suite, vit à Plaisance, Borgo San Donnino (l'actuel Fidenza) et Cortemaggiore. Le 23 mars 1740, elle épouse en secondes noces à Plaisance Léopold de Hesse-Darmstadt qui meurt le 27 octobre 1764. La duchesse meurt le 30 janvier 1777.

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Emilio Nasalli Rocca, I Farnese, dell'Oglio editore, 1969
  • (it) Giovanni Drei, I Farnese. Grandezza e decadenza di una dinastia italiana, La Libreria dello Stato, Roma 1954

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]