Traité de Séville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le traité de Séville a été signé le 9 novembre 1729 par la Grande-Bretagne, la France et l'Espagne, puis plus tard les Pays-Bas, afin de mettre fin à la guerre anglo-espagnole de 1727-1729.

Les discussions préliminaires avaient déjà eu lieu entre la Grande-Bretagne et l'Espagne lors de la Convention du Pardo et du Congrès de Soissons. La plupart des clauses signées, à Séville, avaient été convenues lors de ces conférences.

Le traité est signé le 9 novembre par Juan Bautista de Orendain et José Patiño Rosales au nom de Philippe V d'Espagne, William Stanhope, Sir Robert Walpole[1] et Benjamin Keene (en) représentant George II de Grande-Bretagne et le marquis de Brancas pour le roi Louis XV. Vandermeer Francisco, délégué des États généraux des Pays-Bas, signe le traité le 21 novembre de cette année.

Par les termes du traité, la Grande-Bretagne conserve, au détriment de l’Espagne, son contrôle sur Minorque et Gibraltar et le maintien des privilèges commerciaux. En contrepartie, elle soutient la demande d'Élisabeth Farnèse, reine d'Espagne, pour la succession du duché de Parme et la Toscane. Elle est autorisée, afin de garantir sa tutelle, à envoyer 6 000 hommes dans ses futures possessions éventuellement avec l’aide des signataires dans les six mois qui suivent la signature du traité[2]. À la mort de Antoine Farnèse, l’Autriche fait occuper le duché de Parme et c’est l’intervention diplomatique de la Grande-Bretagne qui permet de dénouer la crise[3].

La projet concrétisé par une pragmatique sanction que Charles VI d’Autriche avait établi afin d’assurer sa propre succession et pour lequel il souhaite un assentiment international vient modifier l’accord. Un nouveau traité est signé à Vienne le 16 mars de cette année. Quelque temps après, l'infant Charles débarque en Italie soutenu par une flotte anglo-espagnole avec l’objectif, à terme, de prendre possession de ses territoires[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Stanhope est récompensé pour ses services du titre de baron de Harrington en janvier 1730 alors que Walpole Stanhope devient secrétaire d'État des départements du Nord.
  2. Roberto Lasagni, Dizionario biografico dei Parmigiani, Borbone Spagna Carlos, p 1/7
  3. a et b Roberto Lasagni, Dizionario biografico dei Parmigiani, Borbone Spagna Carlos, p 2/7

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]