El Cerrito (Colombie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerrito.
El Cerrito
Blason de El Cerrito
Blason
Drapeau
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Valle del Cauca.svg Valle del Cauca
Alcalde Reynaldo García Burgos
Code DANE 76248
Démographie
Gentilé Cerriteños
Population 53 244 hab. (2005[1])
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 41′ 17″ N 76° 19′ 00″ O / 3.688056, -76.3166673° 41′ 17″ Nord 76° 19′ 00″ Ouest / 3.688056, -76.316667  
Superficie 46 600 ha = 466 km2
Localisation
Carte de El Cerrito
Carte de El Cerrito

Géolocalisation sur la carte : Colombie (relief)

Voir sur la carte Colombie topographique
City locator 14.svg
El Cerrito
Liens
Site web http://www.elcerrito-valle.gov.co

El Cerrito est une municipalité colombienne, qui fait partie du département de Valle del Cauca.

Elle se trouve à 47 km de la ville de Cali et elle est séparée d'elle par la Cordillère Occidentale (Colombie) des Andes.

La municipalité est connue parce qu'elle abrite le domaine "El Paraíso", où l'écrivain Jorge Isaacs a vécu et a adapté son roman María. Une partie de son territoire appartient au parc national naturel de Las Hermosas.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la municipalité, d'origine castillane, fait référence à la pente où la ville est située : aux pieds d'un des massifs de la Cordillère des Andes colombiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve en plaine, sur les bords du fleuve homonyme, sur le versant occidental de la Cordillère Centrale.

Elle se répartit en deux zones topographiques : une montagneuse qui comprend les flancs occidentaux de la Cordillère Centrale et une plaine qui comprend la vallée du fleuve Cauca. L'hydrographie de la région comprend les fleuves Amaime, Cauca, Cerrito et Sabaletas, nombreux torrents et petits corses d'eau, et du lac Tres Américas.

Frontières[modifier | modifier le code]

El Cerrito est limitrophe au nord avec Guacarí et Ginebra, à l'est avec Chaparral, appartenant au Département de Tolima, au sud avec Palmira, et à ouest avec Vijes.

Arrondissements et quartiers[modifier | modifier le code]

Ses arrondissements (corregimentos) sont : Santa Elena, El Placer, San Antonio, Santa Luisa, El Pomo, El Castillo, El Moral, El Carrizal, Aují, Los Andes et Tenerife.

Le chef-lieu municipal est subdivisé en plusieurs barrios (quartiers) San Rafael, Santa Bárbara, Chapinero, Buenos Aires, Eduardo Cabal Molina, La Estrella, El Rosario, Sagrado Corazón, Álvaro Navia Prado, El Cincuentenario, La Esperanza, Sajonia, Pueblito Valluno, Coincer, Villa del Carmen, Los Samanes, Villa Cariño, Villa La Paz, Brisas de la Merced (Teatrino), Nuevo Amanecer et El Porvenir.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'arrivée des conquistadores conduits par Sebastián de Belalcázar, le territoire était habité par les pijaos qui, sous le commandement du cacique Calarcá, furent battus par les Européens. Dans la région de Guazábara, où les indigènes adoraient l'arbre "totujandi", le capitaine Gregorio de Astigarreta fonda le domaine "San Jerónimo de los Ingenios" qui appartenait à la commune de Guacarí et où les premières habitations furent construites en 1797. Le conseil communal de Cali fonda la commune de Pantanillo qui avait juridiction du fleuve Las Guabas jusqu'au fleuve Nima. Elle passa en 1821 sous la juridiction du Canton de Buga et qu'il fut transféré aux terrains donnés par Petrona et Sebastiana Cárdenas successivement.

La première messe fut célébrée par le prêtre don Manuel José Guzmán le 30 août 1825 qui donna le nom "San Jerónimo" au territoire. Par une ordonnance du 14 octobre 1854 des organes législatifs du Cauca, le district de Guzmán fut fondé, en honneur du prêtre. Par l'ordonnance du 30 août 1864, ce territoire fut élevé au rang de district municipal avec le nom d'El Cerrito.

Dans le territoire de la municipalité se trouvent quelques-unes des anciennes tenues de la Valle del Cauca. Parmi elles, se trouve l'Hacienda El Paraíso, construite durant le XVIIIe siècle aux pieds de la cordillère Centrale. L'écrivain Jorge Isaacs a utilisé ce domaine comme cadre de son roman "María."

Activité économique[modifier | modifier le code]

Les principales activités économiques sont l'agriculture et l'élevage avec la production de raisin, de canne à sucre et le travail du cuir. Sur ce territoire, du maïs, du soja, du riz, du millet, des haricots, des piments et des fleurs tropicales comme les orchidées sont également produits.

S'ajoutent à ces activités primaires, la production de meubles (spécialement en bois) et le tourisme.

Festivités[modifier | modifier le code]

Procession du Vendredi Saint à El Cerrito
  • "Fête de l'Oignon" à Tenerife Valle Despensa Agrícola de la Valle, à l'août.
  • "Fête du paysan" dans le quartier d'Auji, au juillet.
  • "Semaine sainte".
  • "Fête de l'Anniversaire".
  • "Fête du raisin" dans le quartier de Santa Elena.
  • "Día de blancos y negros" dans le quartier d'El Placer.
  • "Concours de cerf-volant" durant les mois de juillet et août.
  • Fête patronale en honneur de la Très Sainte Vierge de Chiquinquirá.
  • "Festival Isaacsiano de la Culture" réalisé par la fondation "Centre Cultural Universitas Maison de la Culture."

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Dans la ville, on peut retrouver divers bâtiments ayant une valeur historique comme les domaines coloniaux: El Albión, Trejitos, La Merced, La María, La Cruz, El Paraíso, Piedechinche, La Concepción, Novillero, La Argelia, La Aurora, San Miguel, Trapiche de San Fernando, El Hatico, Milán, El Trejo, Villa Mercedes et San Joaquín.

Parque Francisco Antonio Rada

Les autres attraits touristiques sont:

  • Maison Canonique
  • Siège éducatif Pedro Antonio Molina
  • Siège éducatif María Inmaculada
  • Pont El Trincho
  • Théâtre en plein air "Marina Arango"
  • Hôtel Club El Paraíso
  • Ancienne maison du Colegio Jorge Isaacs
  • Centre Culturel Universitas
  • Gare ferroviaire et petit place de Sainte Bárbara
  • Stade municipal <<Alfredo Vásquez Cobo>>
  • Parque Francisco Antonio Rada et structure de la place
  • Portail de l'ancien hôpital et cimetière
  • Galerie

Infrastructures et transports[modifier | modifier le code]

Rues[modifier | modifier le code]

Un réseau collègue El Cerrito routier avec les pays limitrophes: Buga, Rozo, Palmira et Costa Rica (Ginebra). Il possède rues intérieures de liaison en outre avec à Ginebra.

Religion: paroisses de l'Église catholique[modifier | modifier le code]

Les trois paroisses d'El Cerrito appartiennent au diocèse de Palmira: la paroisse de la Vierge de Chiquinquirá fondée par la fondation d'El Cerrito; la paroisse du Perpétuel Secours fondée le 16 juillet 1990; et la paroisse du Seigneur de la Miséricorde fondée l' 8 novembre 2000.

Autres juridictions[modifier | modifier le code]

Il appartient au District Judiciaire de Cali aussi, au Cercle de Registre et Notariat de Buga et à la circonscription électorale de la Valle del Cauca, il est Cercle Notarié en outre.

Tourisme[modifier | modifier le code]

la Hacienda el Paraiso
  • Hacienda d'El Paraíso, (à 16 km du chef-lieu municipal, sur la rue qui mène à Santa Elena, El Pomo et El Castillo, dans la Cordillère Centrale. Endroit décrit dans le roman María de Jorge Isaacs, de 1867, et qu'il s'est transformé dans la destination touristique plus importante et de dont le nom naît la dénomination "Territorio Paraiso" pour indiquer la zone touristique comprise entre Guacarí, Ginebra, El Cerrito et Palmira. Il se trouve dans la zone nommé "paseo de la olla" où il est possible aussi de pratiquer des sports extrêmes comme : parapente, mountain-bike, équitation et canyoning.
  • La fête nationale de l'oignon à Tenerife. C'est une des fêtes les plus célèbres et suggestives et elle est considérée comme la "distribution agricole de la Valle del Cauca." Ils peuvent admirer palmiers de cire haute jusqu'à 70 mètres.
  • Le musée de la canne à sucre, qu'il fait partie du tenu Piedechinche dans la commune centrale. La maison de la hacienda Piedechinche, construit au XVIIIe siècle, c'est une démonstration typique de l'architecture vallecaucana de l'époque coloniale. Les meubles, du XIXe siècle et début du XXe siècle, acquis par collections différentes du pays, ils sont caractéristiques d'une habitation ancienne. Cette zone du département de Valle del Cauca fut le berceau des premiers moulins qu'ils donnèrent origine à l'industrie sucrier.
  • La fête du paysan d'Ajui. C'est une célébration paysanne communautaire, réalisée dans le quartier d'Auji, dans le cadre des fêtes pour la Vierge del Carmen. Il offre une variété culturelle et joyeuse, pendant qu'il projette la communauté et ses valeurs en événements comme le "reinado infantil campesino" (royaume paysan enfantin).

Projet Territorio Paraíso[modifier | modifier le code]

Le Projet Territorio Paraíso est un projet du gouvernement qui comprend l'agrandissement de rues, avec des incitations juridiques et économiques pour le développement du tourisme dans les municipalités de Guacarí, Ginebra, El Cerrito et Palmira.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Entre les plats typiques nous pouvons trouver l'arroz atollado (plat de riz), le sancocho (une soupe), les pandebono (sandwichs) et les empanada.

Entre les gâteaux nous trouvons la Génoise, le blanc-manger et l'amargo.

Beaucoup sont faits avec les variétés du fruits: raisin (en tous ses dérivés), chontaduro (fruit du palmier Bactris gasipaes), mangues, bananes, oranges, papaye, nèfles et caimos (Pouteria caimito).

Personnalités liées à El Cerrito[modifier | modifier le code]

Époque de l'Indépendance[modifier | modifier le code]

José María Cabal
  • José María Cabal, (général pendant la guerre d'Indépendance du Nueva Granada), né dans le domaine de le Concepción de l'Alisal, El Cerrito, quand il appartenait au Canton de Buga, pour ce motif il est honoré à Buga, le 25 mai 1769; il participa avec Antonio Nariño à la promulgation des Droits de l'homme et pour cette cause il fut confiné en Europe. Il lutta contre Juan de Sámano dans le Cauca, en défendant la ville de Popayán, il gagna la bataille de Río Palo dans la commune de Caloto, Cauca revint à sa tenue, où il fut capturé et transféré à Popayán. Il fut fusillé ici sur la place la plus grande le 19 août 1816.
  • María Antonia Ruiz, l' "héroïne noire" grandit dans le domaine de Saint Agustín; après le début des mouvements indipendentistes jura au colonel Joaquín Riascos qu'il aurait donné sa vie s'il était nécessaire pour la liberté. Quand les troupes réalistes fussiez à la tête par Simón Muñoz se rapprochèrent de la tenue, María Antonia sortit avec un groupe de fantassins armé d'un tambour et une trompette de bataille, en criant: "Vive la Patrie", "Vive l'armée conquérante de Boyacá!", "Vive le Cauca libéré!". Muñoz, croyant qu'il s'agissait de l'armée républicaine de Bermúdez, se retira vers le Tuluá. Grâce à cette entreprise Simón Bolívar lui fit visite dans la domaine de San Agustín.
  • L'histoire mentionne aussi, les noms de José Julián Arango Ruiz et José Toribio Arango Ruiz.

XX siècle[modifier | modifier le code]

  • Francisco Antonio Campo: prêtre catholique de la commune.
  • Francisco Antonio Rada: prêtre catholique de la commune.
  • Henry Nieto Navia: (2 juillet 1945 - 22 mai 2007), fils d'Alfredo Nieto G. et Rosa E. Navia Varón compléta les études à El Cerrito, Troisième et deuxième classe Central de la Valle (Buga), et à l'Université Santiago de Cali, Cali attribuées un titre universitaire à il en droit en 1970. Comme juge exerça au Buenaventura. Membre fondateur du Centre Culturel Universitas, le 22 mai 1966, il resta en activité jusqu'à le moment de sa mort. Prêtre fut ordonné le 27 novembre 1982 et il prêta son œuvre comme curé de Santa Elena (quartier d'El Cerrito), Candelaria, à la paroisse de San Cayetano et à la Cathédrale de Nôtre Dame du Chapelet de Palmar à Palmira. Fidèle cette dévotion reçut au Seigneur de la Divine Miséricorde, il réalisa la procession des enfants pendant la Semaine Sainte à Palmira et il créa quelques groupes apostoliques et laïques. Il réalisa son travail humanitaire principalement à Tumaco, Nariño.
  • Álvaro José Domínguez Cabezas, footballeur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mi Valle del Cauca – El Tiempo
  • Así es Colombia - Los Municipios - El Espectador
  • Procerato Caucano, Gobernación del Valle 1964 78 -80 y 105 -107
  • El Cerrito, Ciudad Cariño Ayer y Hoy “La tierra del Paraíso” Carlos Franco Vallejo
  • Boletín de la Academia de Historia del Valle del Cauca, Dic 1967 pág
  • "María". Jorge Isaacs Ferrer
  • New Granada. Twenty Months in the Andes, Capítulo XX a Buga y Palmira, publicado en 1857, Mister Isaac F. Holton
  • Guía de Rutas por Colombia, Puntos Suspensivos editores. 2007


Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « El Cerrito » (voir la liste des auteurs)

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « El Cerrito » (voir la liste des auteurs)