Double vitrage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éléments d’un double vitrage.

Un double vitrage est une paroi vitrée constituée de deux vitres séparées par une épaisseur d’air immobile, dite « lame d’air ». Une variante, le vitrage à isolation renforcée, est rendue encore plus performante par l'ajout d'un traitement isolant sur une (ou plusieurs) des faces intérieures du double vitrage.

Le survitrage est la technique d'ajout d'une deuxième vitre à une fenêtre ancienne initialement dotée d'un simple vitrage (sans avoir à changer la fenêtre complète).

Principe[modifier | modifier le code]

Le double vitrage est apparu à la fin des années 1970 « suite aux prises de conscience engendrées par les deux premiers chocs pétroliers »[1]. L’intérêt du double vitrage est de permettre une meilleure isolation thermique, la lame d’air constituant un bon isolant, bien meilleur que le verre lui-même. Le double vitrage permet ainsi de réduire l’« effet de paroi froide » d’où une diminution de la condensation et une diminution des pertes de chaleur en hiver. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie rappelle toutefois que « seulement 10 à 15 % de la chaleur [d'un logement] s’échappe par les fenêtres »[2].

Afin d’améliorer l’isolation, la lame de gaz est parfois constituée de gaz inertes (argon, krypton), gaz moins conducteurs de la chaleur que l'air ; ils limitent les pertes dues à la conduction ou la convection[3].

L'isolation est encore meilleure en faisant le vide dans l'intervalle entre les vitres. Cette méthode, utilisée notamment au Canada dans les années 1970, a été abandonnée après quelques années. En effet, les joints finissent par céder à la différence de pression, laissant entrer l'air ambiant, ce qui cause des problèmes de condensation entre les deux parois vitrées.

Pour augmenter encore les performances thermiques, il est possible de multiplier les lames de gaz, en insérant, soit un troisième verre, soit un ou plusieurs films polyester (double vitrage à film suspendu). Le film polyester tendu parallèlement entre les deux vitrages crée une double chambre thermique. Cela permet d'atteindre quasiment les performances thermiques du triple vitrage, mais avec les caractéristiques de poids d'un double vitrage[1].

Concernant l'isolation phonique, le double vitrage est moins performant qu'un simple vitrage, à épaisseur de verre égale. Ceci est dû en partie à un phénomène de résonance dans les fréquences basses. L'ensemble verre-gaz-verre constitue en effet un système mécanique du type masse-ressort-masse.

Vitrage à isolation renforcée[modifier | modifier le code]

Un vitrage à isolation renforcée (VIR) est pourvu d'un traitement qui s’oppose au rayonnement infrarouge et forme une barrière thermique, sans constituer un obstacle trop important à la lumière visible. Un VIR empêche donc la chaleur de sortir l'hiver, et de rentrer en été.

Le traitement consiste en une fine couche transparente, de métal ou d'oxydes métalliques (argent notamment), déposée sur l’une (ou plusieurs) des faces intérieures d'un double (ou triple) vitrage[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Performances d'isolation[modifier | modifier le code]

Un vitrage (ou une fenêtre) est qualifié par trois paramètres :

  • Le coefficient de transfert thermique, noté U (ou Ug pour la vitre[4], ou Uw[5]pour la fenêtre entière), est l'inverse de la résistance thermique surfacique[6]. Il se mesure en watts par mètre carré-kelvin (W/(m².K) ), et exprime donc un flux thermique (une déperdition thermique en hiver) par unité de surface (du vitrage ou de la fenêtre) et par degré de différence de température entre l'ambiance chaude d'un côté du vitrage (en général l'ambiance intérieure) et l'ambiance froide de l'aure côté[7]. Plus U est bas plus le vitrage est isolant.
  • le coefficient de transmission lumineuse, noté TL, est en % la fraction de lumière qui entre dans le bâtiment au travers du vitrage.
  • le coefficient transmission énergétique (ou facteur solaire), noté g (ou FS), est en % la fraction de l'énergie solaire qui entre dans le bâtiment au travers du vitrage. Il conditionne le confort d'été (pour une fenêtre exposée au soleil : sud, ou ouest en fin de journée). Un vitrage de facteur solaire de 0,42 ne laisse passer que 42 % de l’énergie du soleil. C’est-à-dire que 58 % de l’énergie solaire ne pénètre pas dans l’habitat.

Un double vitrage standard a un coefficient de transfert thermique Ug d’environ 2,9 W/(m²K), un double vitrage haute performance peut descendre jusqu’à 1,1 W/(m²K). Pour un survitrage il peut être d’environ 3,3 W/(m²K).

Épaisseurs[modifier | modifier le code]

Les épaisseurs sont souvent désignées de la façon suivante : A/B/C. Avec A, B, et C, les épaisseurs en millimètres des éléments (vitre extérieure, lame d’air, vitre intérieure). Des doubles vitrages courants sont en 4/16/4.

Les deux vitres ont souvent la même épaisseur. Sinon, on parle de double vitrage asymétrique. Le double vitrage asymétrique permet une meilleure isolation phonique car les fréquences de coïncidence des deux vitres sont différentes. En général, la vitre extérieure est souvent la plus épaisse : 10/10/4. Cependant, le sens n'a pas d'effet sur les performances d'affaiblissement acoustique. Seul lors de l'utilisation d'un vitrage feuilleté, le sens de mise en place sera conditionné par les contraintes de protection des personnes en fonction de la situation.

Comparatif[modifier | modifier le code]

Comparatif de différents types de vitrage[8]
Type Coefficient de transmission thermique (Ug en W/m2.K) Facteur solaire (g) Coefficient de transmission lumineuse (Tl) Masse par unité de surface (kg/m2)
Triple vitrage à 2 couches faiblement émissives avec 2 lames d'argon 0,8 50 % 70 % 30 (pour un vitrage 4/12/4/12/4)
Triple vitrage à 2 couches faiblement émissives avec 2 lames de krypton 0,4 49 % 70 % 48 (pour un vitrage 4/18/4/18/4)
Double vitrage à isolation renforcée (VIR) avec une lame d'argon et une couche basse émissivité sur la face intérieure du vitrage extérieur 1,2 à 1,1 65 % 80 % 20 (pour un vitrage 4/16/4)
Double vitrage à film suspendu avec 2 lames de krypton 0,6 53 % 73 % 20 (pour un vitrage 4/10/film/10/4)
Double vitrage à film suspendu avec 2 lames de xenon 0,3 37 % 48 % 20 (pour un vitrage 4/12/film/12/4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Thierry Gallauziaux, David Fedullo, Le grand livre de l'isolation , 3ème édition, Eyrolles, 2011, p. 217-222.
  2. « Parois vitrées » sur l'espace « Éco-citoyens » de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie
  3. Laure Noualhat, « Et un, et deux, et trois vitrages », sur Libération,‎ 23 novembre 2010
  4. "g" pour glass, vitre en anglais
  5. "w" pour window, fenêtre en anglais
  6. le "R" des isolants ; un U de 0,66 à un R de 1,5, un U de 1,1 à un R de 0,9 etc.
  7. Par exemple une fenêtre de 1 m² dont le Uw est de 1,5 laisse passer 30 W si la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur est de 20 degrés.
  8. http://www.actu-environnement.com/ae/news/performance_thermique_cstb_fenetre_3680.php4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]