Dedo II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dedo II († octobre 1075), connu aussi sous le nom de Dedi II, fut margrave de la Marche de l’Est saxonne (appelée aussi Basse-Lusace) à partir de 1046 et margrave de la Marche de Misnie à partir de 1069. Il était le second fils de Thierry Ier de Brehna et d'Eilenburg et de Mathilde, la fille du margrave Ekkehard Ier de Misnie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dedo II a épousé Oda, la fille de Thietmar et la sœur d’Odo II. Oda était la veuve de Guillaume III de Weimar et la mère de Guillaume et d’Othon ou Odo II, qui sont devenus margraves de Misnie. Odo II étant mort sans avoir eu d’enfant, Dedo a hérité de la Marche de l’Est saxonne.

Lorsqu’Otto est décédé en 1067, Dedo a épousé sa veuve Adèle de Louvain en 1069, et en son nom, a revendiqué la Marche de MisnieEgbert Ier avait succédé à Otto. En réclamant la Misnie, Dedo défiait les prérogatives royales dans les marches. Dans sa rébellion, Dedo était soutenu par le comte Adalbert II de Ballenstedt qui s’était emparé du monastère de Nienburg fondé par la famille de la première épouse de Dedo. Adèle de Louvain soutenait farouchement son mari, ce qui a amené le chroniqueur Lambert de Hersfeld à la qualifié de saevissima uxor.

Adalbert de Brême, un des régents du jeune roi Henri IV, a mis fin à la révolte et a rétabli la paix en Thuringe et en Misnie. Dedo a été emprisonné et sa famille s’est retrouvée avec la seule Lusace où son fils ainé (Dedo II) lui a brièvement succédé en 1069 avant d’être assassiné. Le roi et Dedo se sont réconciliés et Dedo a pu retrouver ses fonctions.

En 1073, lorsque la noblesse saxonne s'est révoltée contre le roi, Dedo a tenté de réconcilier les deux camps. En 1075, le roi l'a chargé d'assurer la sécurité d'Iziaslav Ier qui s'était réfugié en Saxe.

Dedo laisse également une fille (Adélaïde) née de son premier mariage qui épouse la margrave d’Autriche Ernest. Dedo laisse deux fils nés de son second mariage: Henri margrave de Lusace et de Misnie et Conrad, tué au cours d’une bataille contre les Wendes.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Thompson, James Westfall, Feudal Germany, Volume II, New York, Frederick Ungar Publishing Co., 1928.
  • Bernhardt, John W, Itinerant Kingship and Royal Monasteries in Early Medieval Germany, c. 936–1075, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.
  • Pätzold, Stefan, Die frühen Wettiner - Adelsfamilie und Hausüberlieferung bis 1221. Köln, Weimar, Wien, 1997, ISBN 3-412-08697-5