Dean Barker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barker.
Dean Barker Sailing pictogram.svg
Dean Barker America's Cup World Series (4).jpg
Dean Barker en 2011
Contexte général
Sport Voile
Période active depuis 1988
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Naissance 18 avril 1972 (42 ans)
Lieu de naissance Auckland
Palmarès
Or Arg. Bro.
Coupe de l'America 1 3 0
Coupe Louis-Vuitton 2 0 0
Championnat du monde de match racing 1 0 0
* Dernière mise à jour : 31 janvier 2014

Dean Barker, né le 18 avril 1972 à Auckland, est un marin néo-zélandais. Il est notamment connu pour ses participations à la coupe de l'America avec le syndicat Emirates Team New Zealand dont il est le skipper depuis 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Apprentissage en séries olympiques[modifier | modifier le code]

Ayant grandi dans la baie d'Auckland, Dean Barker découvre très tôt la voile avec son père, qui lui offre un Optimist à neuf ans. Après sa scolarité calme et sérieuse[1] à la Westlake Boys High School d'Auckland, il entame une formation en commerce mais quitte l'école pour se consacrer à la voile[2]. Bénéficiant du soutien financier de son père[1], propriétaire du chaîne de vêtements, il navigue tout d'abord sur Classe P – à bord duquel il remporte les coupes Tauranga et Tanner en 1988 – et 470, avant de se spécialiser en Laser. Il remporte le championnat du monde junior de Laser en 1990 à Muiden, aux Pays-Bas, puis en termine deuxième l'année suivante à Largs, en Écosse[3]. Aux championnats du monde de Laser de 1993, tenus à Auckland, Barker termine à la 10e place après d'excellentes premières régates[3]. Cette déception le pousse à abandonner le Laser pour le Finn[4], avec l'espoir de participer aux Jeux olympiques de 1996. Il s'entraine alors avec le médaillé de bronze de Barcelone Craig Monk[2].

Il est alors contacté par Russell Coutts, le skipper du défi néo-zélandais Team New Zealand, pour participer à la coupe de l'America 1995 à San Diego. Il s'entraîne pendant cinq mois avec l'équipe mais il privilégie sa préparation olympique et reste à Auckland. Il domine les sélections olympiques avant de s'effondrer dans les dernières régates, battu par Monk[2]. Très atteint moralement, il songe sérieusement à abandonner la voile[4]. Il participe alors à des rallyes automobiles en Nouvelle-Zélande en Ford Escort[1].

Coupes de l'America[modifier | modifier le code]

Russell Coutts le rappelle auprès de lui et il intègre la cellule arrière de Team New Zealand. Mis à la tête d'une équipe rajeunie, il obtient de bons résultats sur la scène internationale de match racing et il devient le skipper du bateau d'entraînement pour la coupe de l'America 2000[4]. Il se révèle alors être un adversaire de choix pour Coutts, battu par son protégé près d'une fois sur deux[5]. Après être sorti victorieux des quatre premières régates de la coupe de l'America 2000 face au challenger italien Prada, Russell Coutts lui témoigne de sa confiance en lui confiant la barre de Team New Zealand pour la 5e régate, décisive pour la victoire finale. Barker en sort victorieux, apportant à son équipe le dernier point nécessaire à la défense du trophée[4].

À la suite de cette victoire, Coutts, Brad Butterworth et d'importants membres du défi néo-zélandais rejoignent l'équipe suisse d'Alinghi. Dean Barker se retrouve seul à la tête de Team New Zealand avec le navigateur et designer Tom Schnackenberg[5]. Il s'attache à reconstruire l'équipe en vue de la coupe de l'America 2003. En mai 2000, deux mois après avoir pris la tête de TNZ, il remporte le championnat du monde de match-racing[4]. Cette expérience lui a permis de gagner en maturité, qui impressionne ses proches et les observateurs en raison de son jeune âge[4],[5].

En 2003, Barker affronte Alinghi, vainqueur de la coupe Louis-Vuitton et conduit par son mentor Russell Coutts. Dans une compétition très disputée, le voilier NZL-82 rencontre des difficultés techniques importantes et doit abandonner dans les régates 1 et 4 pendant que son spi se déchire dans la cinquième, laissant Alinghi voguer vers la victoire finale. Barker se rabat alors sur le Finn. Il termine 12e des championnats du monde et se qualifie pour les Jeux olympiques d'Athènes, où il termine à la 13e place[3].

Grant Dalton, le nouveau directeur d'Emirates Team New Zealand, lui maintient sa confiance et le reconduit au poste de skipper. Il remporte les championnats 2004 et 2006 des Louis-Vuitton Acts, terminant deuxième du championnat 2005 derrière Alinghi. Après avoir remporté la coupe Louis-Vuitton 2007, il s'incline 5-2 en finale de la coupe de l'America, terminant la dernière manche à seulement une seconde d'Alinghi. Alors qu'Alinghi et le challenger BMW Oracle Racing s'affrontent devant les tribunaux à propos du protocole de la 33e coupe de l'America, le gouvernement néo-zélandais et Emirates Team New Zealand mettent en place les Louis Vuitton Pacific Series, une version simplifiée de la coupe de l'America. Cette épreuve, qui se déroule en janvier et février 2009, voit la victoire d'Emirates Team New Zealand sur Alinghi. L'année suivante, Barker remporte trois des quatre épreuves du Trophée Louis-Vuitton, dernières à voir des duels de Class America[6].

Un catamaran noir, muni d'un mât-aile rouge, vole à la surface de l'eau
Emirates Team New Zealand dans la baie de San Francisco avant le début de la coupe Louis-Vuitton 2013.

En effet, après la victoire de BMW Oracle Racing dans la coupe de l'America 2010, le défi américain décide la création d'une nouvelle jauge de voiliers pour la 34e édition, prévue en 2013, des catamarans de 22 mètres propulsé par une aile[7]. Dean Barker, qui n'a jamais véritablement navigué en multicoque[8], fait l'acquisition d'un catamaran Classe A pour se familiariser au maniement de ces voiliers[2]. Il s'entraîne longuement avec l'Australien Glenn Ashby, plusieurs fois champion du monde sur Classe A, Tornado et F18[2] et entraineur du skipper d'Oracle James Spithill en 2009 et 2010[8]. En janvier 2011, il participe aux championnats d'Australie et termine à la cinquième place, démontrant ses capacités d'adaptation et étant souvent le plus rapide sur les bords de près[9]. Barker poursuit son apprentissage du catamaran en participant avec Emirates Team New Zealand au circuit Extreme 40. Après avoir dominé le début de la saison, les Néo-Zélandais terminent le championnat à la troisième place, derrière Luna Rossa et Groupe Edmond de Rothschild[10].

En 2012, il remporte avec ETNZ le championnat des régates en flotte[11] des America's Cup World Series, courus sur des catamarans AC45. En 2013, il termine troisième des World Series avant de remporter largement la coupe Louis-Vuitton face à Luna Rossa Challenge, en ne concédant qu'une défaite sur l'ensemble de la compétition. Face à Oracle Team USA, il domine les premières manches de la coupe de l'America, menant jusqu'à 8-1, avant de voir Oracle Team USA remporter huit victoires de suite et gagner la coupe sur le score de 9-8.

Dean Barker participe à la saison 2014 des Extreme Sailing Series[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dean Barker est marié à la joueuse de hockey sur gazon Mandy Smith depuis 2004, avec qui il a eu quatre enfants[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Coupe de l'America[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • 1990 : vainqueur du championnat du monde junior de Laser
  • 1991 : deuxième du championnat du monde junior de Laser
  • 2000 : vainqueur du championnat du monde de match racing

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

  • 1988 : vainqueur des coupes Tauranga et Tanner en P-Class
  • 1998, 2004, 2005, 2006, 2008 : champion de Nouvelle-Zélance de match racing

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Suzanne McFadden et Eugene Bingham, « Yachting:All about winning », The New Zealand Herald,‎ 23 juin 2007 (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f (en) Suzanne McFadden, « Yachting: Dean Barker's Cup destiny », The New Zealand Herald,‎ 1er octobre 2013 (lire en ligne)
  3. a, b et c (en) ISAF, « Fiche de Dean Barker », sur le site de la Fédération internationale de voile (consulté le 23 septembre 2013)
  4. a, b, c, d, e et f (en) Ivor Wilkins, « Dean Barker Profile: Chosen to Succeed », Sailing World,‎ 31 janvier 2003 (lire en ligne)
  5. a, b et c (en) Suzanne McFadden, « Dean Barker, boy racer », The New Zealand Herald,‎ 20 octobre 2001 (lire en ligne)
  6. Agathe Armand, « Class America : le chant des cygnes », Voiles et Voiliers,‎ 2 décembre 2010 (lire en ligne)
  7. Pierre Le Clainche, « Vers une Coupe de l'America plus rapide et plus spectaculaire », Le Monde,‎ 14 septembre 2010 (lire en ligne)
  8. a et b (en) Christopher Clarey, « In America's Cup, Rivalry Starts at Helm », The New York Times,‎ 22 septembre 2013 (lire en ligne)
  9. (en) Australian International A Division Catamaran Association, « Ashby Champion in 2011 », sur a-cat.org.au,‎ 6 janvier 2011 (consulté le 8 octobre 2013) : « Team New Zealand’s Dean Barker has adapted well to sailing these small high performance catamarans, finishing 5th overall, and often exhibiting the best upwind speed of any of the competititors. »
  10. « Extreme Sailing Series: Victoire de Luna Rossa aprés une nette victoire dans le dernier Act de la saison », sur nauticnews.com,‎ 11 décembre 2011 (consulté le 14 octobre 2013)
  11. (en) America's Cup, « America's Cup World Series 2011- 2012 Fleet Racing Overall Results »,‎ 2012 (consulté le 8 octobre 2013)
  12. « Barker, Ainslie et Cammas, avec la "Cup" en tête », sur eurosport.fr, Eurosport,‎ 19 février 2014 (consulté le 19 février 2014)