David Quéré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quéré.

David Quéré est un physicien français, directeur de recherche au CNRS à l'ESPCI ParisTech et professeur chargé de cours à l'École polytechnique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'ESPCI ParisTech (100e promotion)[1], David Quéré effectue son doctorat à l'université Pierre-et-Marie-Curie sous la direction de Francoise Brochard-Wyart. Il rejoint le laboratoire de Pierre-Gilles de Gennes au Collège de France dans l'équipe de physique des fluides organisés. Il est actuellement chercheur à l'ESPCI dans le laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes[2] ainsi qu'au laboratoire d'hydrodynamique de l'École polytechnique[3].

Il est professeur à l'Ecole Polytechnique[4], et enseigne également à l'École centrale Paris et à l'ESPCI ParisTech. Il est conseiller scientifique de Saint-Gobain depuis 1995 et de Procter & Gamble depuis 2002. Il est professeur invité au Massachusetts Institute of Technology en 2006. David Quéré est lauréat du Prix Ernest Dechelle de l'Académie des Sciences en 2001. Il participe à l'Exposition spécialisée de 2008 qui a pour terme « L'eau et le développement durable » avec Hervé Le Treut[5],[6]. David Quéré est l'époux de l'économiste Agnès Bénassy-Quéré.

Travaux[modifier | modifier le code]

Superhydrophobie[modifier | modifier le code]

L'équipe de David Quéré a expliqué le fonctionnement de l'effet lotus[7] et développe des surfaces texturées superhydrophobes[8].

Impact de gouttes[modifier | modifier le code]

David Quéré et son équipe travaillent sur le temps d'impact d'une goutte rebondissant sur une surface[9]. Il comprend également les phénomènes à l'origine de la formation de la pointe qui apparait lorsqu'on verse un liquide dans un récipient[10] ou la production de bulles dans un fluide visqueux[11].

Système microfluidique[modifier | modifier le code]

David Quéré a compris la méthode de pêche des phalaropes qui utilise l'aspiration capillaire de leurs becs pour se nourrir. Ce système peut être transposé en microfluidique pour y guider des liquides passivement[12].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]