David J. C. MacKay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David MacKay

Naissance [1]
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Champs Apprentissage automatique, théorie de l'information, énergie durable
Institutions Université de Cambridge,
California Institute of Technology,
Département de l'Énergie et du Changement climatique du Royaume-Uni
Diplôme Université de Cambridge
Renommé pour L'énergie durable - pas que du vent ![2],[3]
Distinctions Membre de la Royal Society

David John Cameron MacKay, membre de la Royal Society, est Professeur de philosophie naturelle du département de physique de l'Université de Cambridge[4] et conseiller scientifique en chef du Département de l'Énergie et du Changement climatique britannique (DECC)[5].

Avant d'y être nommé, il était surtout connu pour être l'auteur du livre L'énergie durable — Pas que du vent (Sustainable Energy — Without the Hot Air en anglais)[2],[6], que l'on peut lire gratuitement et dans son intégralité via Internet.

Vie[modifier | modifier le code]

David MacKay est le cinquième enfant Donald MacCrimmon MacKay et Valerie MacKay. Son frère aîné, Robert S. MacKay FRS (né en 1956), est Professeur de Mathématiques à l'Université de Warwick.

David MacKay a fait ses études à la Newcastle-under-Lyme School (Staffordshire, Angleterre) et il a représenté la Grande-Bretagne aux XVIe Olympiades internationales de physique en Yougoslavie en 1985, où il a reçu le prix spécial pour la meilleure épreuve expérimentale. Il est allé au Trinity College (Cambridge), où il a reçu un baccalauréat ès arts en Sciences, spécialité Physique théorique et expérimentale, en 1988. Il est ensuite allé au California Institute of Technology (Caltech) en tant qu'étudiant Fulbright. Il a reçu un PhD (Computation and Neural Systems) en 1992[7].

En janvier 1992, David MacKay a été nommé Smithson Research Fellow à la Royal Society au Darwin College de Cambridge, où il a continué son travail transdisciplinaire au sein du laboratoire Cavendish (département de Physique de l'Université de Cambridge). En 1995, il est devenu chargé d'enseignement au sein de son département, puis maître de conférences en 1999 et Professeur en Philosophie naturelle en 2003. Il a été élu membre de la Royal Society en mai 2009.

Les contributions de David MacKay[8],[9] au sujet de l'apprentissage automatique et de la théorie de l'information incluent le développement de l'inférence bayésienne[10] appliquée aux réseaux neuronaux[11], la redécouverte (avec Radford M. Neal) des codes de parité à faible densité[12] et l'invention de Dasher[13], un logiciel de communication populaire chez les gens qui sont dans l'incapacité d'utiliser un clavier traditionnel[14]. Son livre Information Theory, Inference, and Learning Algorithms a été publié en 2003[15].

Parmi ses centres d'intérêt au-delà de la recherche, on trouve le développement de méthodes d'apprentissage efficaces et le développement de l'Afrique ; il a donné régulièrement des cours à l'African Institute for Mathematical Sciences au Cap, depuis la création de celui-ci en 2003 jusqu'en 2006.

En 2008, il a écrit un livre sur la consommation d'énergie et la production d'énergie sans combustible fossile intitulé Sustainable Energy — Without the Hot Air (récemment traduit en français sous le titre L'énergie durable — Pas que du vent). David MacKay a dépensé 10 000 livres sterling sur ses propres deniers pour faire publier son livre, et le tirage initial (5 000 exemplaires) a été épuisé en seulement quelques jours[16]. Le livre a reçu un commentaire élogieux de The Economist[17], du Guardian[16], et de Bill Gates, qui l'a qualifié de « l'un des meilleurs livres qui aient jamais été écrits au sujet de l'énergie. »[18],[19] Tout comme son livre sur la théorie de l'information, David MacKay a rendu son livre gratuitement accessible sur Internet.

David MacKay a été nommé Conseiller scientifique en chef du Département de l'Énergie et du Changement climatique en septembre 2009[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.inference.phy.cam.ac.uk/mackay/bio.html Autobiographie personnelle de David MacKay.
  2. a et b (en) MacKay, David, Sustainable Energy: Without the Hot Air, Cambridge, UIT Cambridge,‎ 2008 (ISBN 978-0-9544529-3-3, lire en ligne)
  3. David MacKay, L'énergie durable : pas que du vent !, 443 p. (lire en ligne)
  4. http://www.inference.phy.cam.ac.uk/mackay/ Page personnelle de David JC MacKay à l'Université de Cambridge
  5. a et b DECC press release
  6. « Britons of the Year », The Daily Telegraph,‎ décembre 2009, p. 15 (lire en ligne)
  7. http://www.inference.phy.cam.ac.uk/mackay/bio2.html Autobiographie académique de David MacKay
  8. http://www.informatik.uni-trier.de/~ley/db/indices/a-tree/m/MacKay:David_J=_C=.html David MacKay dans DBLP
  9. http://scholar.google.com/scholar?q=david+mackay David MacKay dans Google Scholar
  10. DOI:10.1162/neco.1992.4.3.448
  11. DOI:10.1162/neco.1992.4.3.415
  12. DOI:10.1049/el.19961141
  13. S. A. Wills et D. J. C. MacKay, « DASHER—An Efficient Writing System for Brain–Computer Interfaces? », IEEE Transactions on Neural Systems and Rehabilitation Engineering, vol. 14, no 2,‎ 2006, p. 244–246 (PMID 16792304, DOI 10.1109/TNSRE.2006.875573) modifier
  14. D. J. Ward et D. J. C. MacKay, « Artificial intelligence: Fast hands-free writing by gaze direction », Nature, vol. 418, no 6900,‎ 2002, p. 838–838 (PMID 12192400, DOI 10.1038/418838a) modifier
  15. (en) MacKay, David, Information Theory, Inference and Learning Algorithms, Cambridge, Cambridge University Press,‎ septembre 2003 (ISBN 978-0-521-64298-9, lire en ligne)
  16. a et b (en) Leo Hickman, « Power to the People », The Guardian,‎ 30 avril 2009 (lire en ligne)
  17. (en) « Meltdown », The Economist,‎ 8 avril 2009 (lire en ligne)
  18. (en) Bill Gates, « Clear Thinking on the Topic of Energy », The Gates Notes,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 14 janvier 2011)
  19. (en) « YouTube - ‪How Many Light Bulbs? with David MacKay From Cambridge Ideas‬‏ » (consulté le 28 juin 2011)