David Gentleman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Gentleman (né le 11 mars 1930 à Londres[1]) est un artiste britannique qui travaille dans l'illustration, la gravure et le design.

Dans le domaine de la création philatélique, il a contribué à provoquer de durables changements dans les sujets et le graphisme du programme philatélique britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un designer et d'une peintre, David Gentleman étudie les arts à la St. Albans Art School et au Royal College of Art[1].

Il commence sa carrière dans l'illustration et la gravure sur bois.

Création philatélique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, il est invité à participer au concours de conception de la série de timbres-poste « Année de la productivité nationale », qu'il remporte. Ses premiers timbres britanniques sont émis en 1962. Il fait dès lors partie des artistes auxquels la poste britannique soumet régulièrement des sujets à travailler.

En 1964, il répond à un appel aux Britanniques de Tony Benn, le nouveau Postmaster General[2]. Le ministre du gouvernement travailliste d'Harold Wilson souhaite de nouvelles idées pour améliorer les illustrations des timbres britanniques. Gentleman propose d'élargir le champ des thèmes en ne se contentant plus de commémorer un événement de l'actualité et de retirer l'effigie de la reine des timbres commémoratifs pour la remplacer par la mention du pays « Great Britain » ou « UK »[3].

Régulièrement consulté sur ces deux sujets par Benn jusqu'en 1966, Gentleman lui fournit des maquettes qui ont inspiré de nouveaux thèmes et traitements graphiques sur les timbres-poste[4]. Quant à l'effigie d'Élisabeth II, celle-ci refuse de la voir disparaître, mais accepte une silhouette plus simple à manier que la photographie de Dorothy Wilding. Dessiné en 1965 par Gentleman à partir d'une monnaie gravée par Mary Gillick en 1952[5], ce cameo est néanmoins remplacé sur timbre par une nouvelle silhouette dessinée par Arnold Machin en 1967[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources de l'article[modifier | modifier le code]

  • Douglas Muir, A Timeless Classic. The evolution of Machin's Icon, éd. The British Postal Museum & Archive et Royal Mail, 2007, ISBN 9780955356919, 236 pages. L'auteur, conservateur du British Postal Museum & Archive, évoque la genèse du type Machin dans le contexte des années 1960. À partir des archives personnelles de Tony Benn, des collections philatéliques du musée et des archives de la correspondance royale, Muir retrace les efforts de Benn et Gentleman pour imposer des transformations au programme philatélique britannique.
  • Entretien avec David Gentleman par Gordon Milne, publié dans The Chronicle, journal du Great Britain Collectors Club, janvier 2000 ; republication sur le site internet de l'association, mise à jour du 21 avril 2007, page consultée le 19 septembre 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Entretien avec David Gentleman par Gordon Milne, publié dans The Chronicle, journal du Great Britain Collectors Club, janvier 2000 ; republication sur le site internet de l'association, mise à jour du 21 avril 2007, page consultée le 19 septembre 2007.
  2. Jusqu'en 1969, Postmaster General est le titre porté par le ministre britannique chargé des postes.
  3. David Gentleman, introduction à Douglas Muir, A Timeless Classic, 2007, pages 1-5.
  4. Douglas Muir, A Timeless Classic, chapitre 5, "Off with her head!", 2007, pages 55-106. Outre le récit des efforts de Benn et Gentleman sur ces thèmes, une partie des maquettes de l'album de maquettes de Gentleman sont reproduites. L'album est conservé dans les collections de l'ancien National Postal Museum.
  5. Douglas Muir, A Timeless Classic, 2007, pages 79-81. L'ouvrage replace le remplacement de l'effigie Wilding par le cameo Gentleman dans le contexte philatélique britannique des années 1960
  6. Douglas Muir, A Timeless Classic, 2007, pages 200-203.

Liens externes[modifier | modifier le code]