David Bordwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Bordwell est un auteur et théoricien du cinéma américain, né le 23 juillet 1947. Il est titulaire de la chaire Jacques Ledoux en études filmiques [Jacques Ledoux Professor of Film Studies], retraité du département de communication des arts de l'Université du Wisconsin-Madison[1]. Il est marié à Kristin Thompson avec qui il a écrit deux manuels scolaires : Film Art et Film History. Film Art est le manuel le plus utilisé pour l'introduction à l'apprentissage du cinéma aux États-Unis[2].[réf. à confirmer]

Bordwell en conférence sur l'économie de l'industrie du cinéma; le diagramme sur le tableau montre l'Oligopole qui existait dans l'industrie du cinéma américaine pendant l'âge d'or d'Hollywood.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Bordwell est intéressé par la Politique des auteurs (Ozu, Eisenstein, Dreyer), le cinéma national en général (Hong Kong), l'histoire du style cinématographique ainsi que par la théorie narrative. Bordwell est considéré comme le fondateur de la théorie cognitive[3], une approche qui traite de la Psychologie cognitive comme une base pour la compréhension des effets cinématographiques. Il a été établi comme une alternative à l'approche psychanalytique-interprêtrice qui dominait les études sur le cinéma durant les années 1970 et 1980.

En 2014 il est membre du jury du 38e Festival international du film de Hong Kong.

Néoformalisme[modifier | modifier le code]

Bordwell a également été associé à l'approche méthodologique connue sous le nom de « néoformalisme », bien que cette approche a été écrite majoritairement par Kristin Thompson[4]. Le Néoformalisme est une analyse cinématographique basée sur l'observation d'abord effectuée par les théoriciens littéraires, les formalistes russes : le néoformalismes explique qu'il y a une distinction entre une histoire et la forme qui conduit cette histoire. Par exemple, dans un polar, le meurtre se produit au début de la chaine d'événements, mais nous avons connaissance du comment et du pourquoi du meurtre seulement à la fin du film et non au début. Le néoformalisme traite principalement de l'idée de la défamiliarisation, terme général du néoformalisme pour désigner le but de base de l'art dans nos vies.

Bordwell faisant une conférence sur la théorie du cinéma.

Les néoformalistes rejettent de nombreuses suppositions et méthodologies déjà établies par d'autres écoles de cinéma, en particulier l'approche Herméneutique. On compte dans le néoformalisme, la psychoanalyse lacanienne et certaines variations du Post-structuralisme. Dans son œuvre Post-Theory: Reconstructing Film Studies, Bordwell et son coéditeur Noël Carroll tiennent des arguments contre ce type d'approche, ce qu'ils revendiquent comme étant de « Grandes Théories » qu'utilisent les films pour les structures théoriques pré-déterminées plutôt que d'adhérer à une recherche à mi-chemin qui pourrait réellement éclairer la façon dont les films fonctionnent. Beaucoup d'écoles de cinéma ont critiqué le neoformalisme, notamment Slavoj Žižek dont Bordwell a lui-même été le critique[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
  • (en) David Bordwell, The Way Hollywood Tells It: Story and Style in Modern Movies, Berkeley, University of California Press,‎ 2006
  • (en) David Bordwell, Figures Traced in Light: On Cinematic Staging, Berkeley, University of California Press,‎ 2005
  • (en) David Bordwell et Kristin Thompson, Film Art: An Introduction, New York, McGraw-Hill,‎ 2003, 7e éd.
  • (en) David Bordwell, Planet Hong Kong: Popular Cinema and the Art of Entertainment, Cambridge, Harvard University Press,‎ 2000 (lire en ligne)
  • (en) David Bordwell, On the History of Film Style, Cambridge, Harvard University Press,‎ 1997 (lire en ligne)
  • (en) Noël Carroll (éditeur) et David Bordwell (éditeur), Post-Theory: Reconstructing Film Studies, Madison, University of Wisconsin Press,‎ 1996
  • (en) David Bordwell et Kristin Thompson, Film History: An Introduction, New York, McGraw-Hill,‎ 1994 (2002)
  • (en) David Bordwell, The Cinema of Eisenstein (page consultée le 23 juillet 2008), Cambridge, Harvard University Press,‎ 1993 (lire en ligne)
  • (en) David Bordwell, Making Meaning: Inference and Rhetoric in the Interpretation of Cinema, Cambridge, Harvard University Press,‎ 1989 (lire en ligne)
  • (en) David Bordwell, Ozu and the Poetics of Cinema, Princeton, Princeton University Press,‎ 1988
  • (en) David Bordwell, Narration in the Fiction Film, Madison, University of Wisconsin Press,‎ 1985
  • (en) David Bordwell, Janet Staiger et Kristin Thompson, The Classical Hollywood Cinema: Film Style and Mode of Production to 1960, New York, Columbia University Press,‎ 1985
  • (en) David Bordwell, The Films of Carl-Theodor Dreyer, Berkeley, University of California Press,‎ 1981
  • (en) David Bordwell, French Impressionist Cinema : Film Culture, Film Theory, and Film Style, North Stratford, NH 03590, Ayers Company Publishers, Inc,‎ 1974, Reprint 2002 éd.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.davidbordwell.net/
  2. Back cover of (en) Film Art: An Introduction, 7th edition, McGraw Hill,‎ 2004
  3. bien qu'il s'agisse de Kurt Lewin en réalité.
  4. In (en) Kristin Thompson, Breaking the Glass Armor, Princeton Univ Press,‎ 1988
  5. (en) Slavoj Zizek: Say Anything de David Bordwell, sur son site de cinéma (page consultée le 24 juillet 2008)