Darío de Regoyos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Darío de Regoyos

Nom de naissance Darío de Regoyos y Valdés
Naissance 1er novembre 1857
Ribadesella, Espagne
Décès 29 octobre 1913 (à 55 ans)
Barcelone, Espagne
Nationalité Drapeau d'Espagne Espagnol
Activités peintre
Maîtres Carlos de Haes
Mouvement artistique Impressionnisme
Influencé par Georges Seurat

Darío de Regoyos y Valdés, né à Ribadesella (Asturies) le 1er novembre 1857 et mort le 29 octobre 1913 à Barcelone, est un peintre espagnol, considéré comme un des plus importants représentants de l'Impressionnisme et du néo-impressionnisme dans son pays[1].

Ses œuvres n'ont pas rencontré beaucoup de succès aux expositions en Espagne. Il avait d'ailleurs lui-même une attitude hostile vis-à-vis de l'art officiel, très éloigné de ce qu'il aimait dans la peinture européenne. Mais elles ont été très appréciées au Salon des indépendants de 1889 où il expose avec Degas, Signac, Pissarro, ainsi qu'en Belgique où il passe une partie de sa jeunesse et où il a exposé jusqu'en 1890[2].

Les débuts[modifier | modifier le code]

Malgré que son père, un architecte du quartier de Argüelles y Poza de Madrid, ne l'encourage guère dans la voie de la peinture, Regoyos s'inscrit à l'Académie royale des beaux-arts de San Fernando à Madrid[1]où il est élève du peintre paysagiste pré-impressionniste belge naturalisé espagnol Carlos de Haes.

Paris puis Bruxelles[modifier | modifier le code]

Tendido de sombra (1882)
Paysage nocturne enneigé à Haarlem (1886)
Musée Thyssen-Bornemisza
Pluie de mai. Pays basque (1902)
Musée d'Ixelles

En 1880, il part pour Paris où il demeure un an avant de se rendre, en compagnie de son ami Maximilien Luce, à Bruxelles où il reste jusqu'en 1889. C'est là qu'il expose ses œuvres pour la première fois avec Théo van Rysselberghe et Frantz Charlet. Avec eux, il adhère au groupe d'avant-garde L'Essor. En 1883, il est un des membres fondateurs du groupe bruxellois d'avant-garde Les Vingt. De retour en Espagne, il enverra régulièrement ses toiles en Belgique jusqu'en 1890. Il participe ensuite aux nouveaux salons de la Libre Esthétique et aux réunions chez Edmond Picard, le mécène de l'association. Il a pour amis les compositeurs Enrique Fernández Arbós et Isaac Albéniz, ainsi que l'écrivain Émile Verhaeren qui publiera La Espana negra après un voyage en Espagne en sa compagnie.

Un style très personnel[modifier | modifier le code]

À partir de 1888, Regoyos est influencé par Camille Pissaro, Paul Signac et surtout Georges Seurat avec lesquels il expose dans une salle offerte par La Revue blanche. Lorsque le critique d'art Félix Fénéon demande à Seurat quels peintres du « groupe des XX » sont ses disciples, il cite neuf noms parmi lesquels figure Darío de Regoyos[2]. Toutefois, si Regoyos adhère au pointillisme pendant quelques années, il s'en détache dès 1893 pour cultiver son talent de paysagiste "sombre". Regoyos a un goût très prononcé pour les paysages de la côte basque et de l'Espagne du nord, et il se différencie des impressionnistes français en traitant tous les thèmes : fêtes, scènes de rues, plage, marchés, bois.

En 1895, le peintre épouse une Française, Henriette de Montguyon. La fille aînée du couple deviendra la femme du directeur du musée du Prado, Aureliano de Beruete, lui même fils d'un grand impressionniste du même nom[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont très présentes au musée de Bilbao, mais aussi à Madrid par le biais de la donation Carmen Thyssen-Bornemisza.

  • Tendido de sombra (1882)
  • Paysage nocturne de Haarlem, 1886, musée Thyssen-Bornemisza (Madrid)
  • Filet séchant (1893), période pointilliste
  • La Calle de Alcala
  • El Gallinero, musée du Prado (Madrid)
  • Vue de San Pedro de torello
  • La Concha en San Sebastián (1906), musée Thyssen-Bornemisza

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Monneret 1987, p. 720
  2. a, b et c Monneret 1987, p. 721